• P25

    -Scorpion va vérifier le contenu des voitures. Sois prudent ! Enyo, accompagne-le. Vous avez l'autorisation d'autodéfense !

    -Yes ! entendis-je s'exclamer Enyo dans l'oreillette.

    -J'y vais aussi ... me chuchota Lara en passant discrètement derrière moi.

    Je répondis en hochant la tête.

    -Sia reste vigilante. Si tu vois quelque chose de suspect dis-le moi immédiatement ! ordonnais-je dans l'oreillette.

    -Bien reçu ! fit-elle sur le ton du garde-à-vous.

    Je soupira à nouveau.

    -Qu'est ce qu'il y a encore ? fit Phénix en me lançant un regard d'une demi-seconde, avant de recommencer a pianoté.

    -Contente-toi de trouver dans quelle merde on a été embarqué ! A peine parti qu'on se retrouve avec ...

    Mon oreillette grésilla et j'entendis deux rapports au même moment :

    -Fred a fini de vomir ! avait annoncé Cerbère.

    -Les coffres sont pleins d'enfants et de caisse ! s'était exclamer Enyo.

    J'entendis alors des coups de feu et des gémissements ... ainsi que des bruits de brisement d'os.

    Ils y en avaient beaucoup qui allait finir à l'hosto' aujourd'hui ...

    -Si Fred a fini de ... se vider, remonte-le dans le car. Je veux lui parler ... dis-je à Cerbère.

    -Ok ... mais il a pas bonne mine ... vient Fred ! entendis-je.

    -J'espère juste qu'il ne me vomira pas dessus ! s'exclama Phénix avec une grimace.

    -Arrête toi deux secondes et contacte Dragon. Enyo m'a dit avoir trouver des enfants dans les coffres...

    -Et des boîtes, non ? Elle les a ouvertes ?

    -Je ne le lui ai pas encore demander ... j'aimerai sortir jeter un coup d'oeil. Phénix, tu restes ici et tu fait ton taff ! 

    J'allais sortir lorsque Fred était en train de remonter, le visage blême.

    -Nous devons parler après sa ... Asseyez-vous et reposez-vous. Je m'occupe du reste...

    Il hocha la tête en silence et Cerbère se poussa pour me laisser passer.

    -Surveille-le. ordonnais-je en chuchotant.

    Il hocha la tête discrètement et monta à la suite du malade.

    Je m'avança vers les voitures.

    Enyo me fit signe vers l'un des corbillards.

    Je vis des enfants entre 7 et 13 ans environ, fille et garçon, endormi dans le coffre.

    -C'est pas vrai ... dis-je, agacée. Phénix, tu l'as ? demandai-je dans l'oreillette.

    Scorpion donna un coup de coude dans le thorax d'un homme qui avait eut le malheur d'essayer de se relever.

    -Scorpion, va voir dans la voiture bleu et jaune ! ordonnais-je.

    Il le fit sans répondre.

    -Je l'ai ! répondit Phénix. Je te met en contacte.

    L'oreillette grésilla.

    "-Corbeau ? A peine partie et déjà des ennuies ?

    -Dragon, on vient d'être attaquer par ... enfin, Phénix t'expliquera. Essaye d'envoyer ... je sais pas moi ... une troupe du DNRED ou du DGSI ... ou non prévient le TRACFIN qu'on a trouvé des gosses qui devait servir a du trafique ...

    -Trafique de quoi ?

    -Attend je te dis sa tout de suite ..." Enyo, ouvre une caisse !

    -Tout de suite Boss ! fit-elle en essayant de faire sauter le verrou de la boite.

    Lara s'approcha et fis une tape sur l'épaule d'Enyo :

    -Ce n'est pas comme ça que tu vas réussir ! La force brute n'est pas toujours la solution ! Regarde et apprend ...

    En deux temps, trois mouvements, la caisse s'ouvrit sans un bruit.

    -Tu vois Enyo ? C'est la différence qu'il y a entre les vrais espions et les combattants ! Vous êtes fort mais trop bruyant ! fit Lara en me laissant passer.

    -Bien joué Lara ! dis-je en observant le contenu ... qui aurait fait revomir Fred.

    "-Dragon, ce qui se trouve dans ces caisses ne devrait vraiment pas s'y trouver !

    -Qu'est que c'est ?

    (Je fis signe à Lara de toute les ouvrir)

    -Dans la première, il y avait un coeur, une rate et un foi. Dans la deuxième ...

    Lara recula, sidéré.

    -Dans les autres, repris-je, tu ne me croiras peut-être pas ... mais je pense qu'on est tombé sur un bingo qui fera plaisir aux TRACFIN ! Il y a des tonnes d'armes de toute sortes ! Même des lances flammes ! Qu'est ce que sa veut dire ?

    -Que vous avez de la chance ? Même en vacance vous remplissez des missions ! Vous êtes toujours aussi pro' ! Bien, je m'y met !"

    La conversation prit fin.

    -C'est du grand n'importe quoi, ce début de vacance ! s'exclama Enyo en donnant une baffe à un homme déjà à terre.


    votre commentaire
  • 27

    Pour la première fois de ma vie, j'étais entrer de moi-même au nid.

    Adrien m'emmena jusqu'à "l'infirmerie" du nid.

    Cet endroit ne comportait qu'un canapé et de plusieurs frigo remplit de poche de ... sang.

    -Nicolas ! dis-je en me précipitant vers lui. Ca va ?

    Je vis a son air surpris qu'il ne s'attendait pas à ce que je vienne.

    Lorsqu'il remarqua Adrien, il lui jeta un regard noir de fureur :

    -Toujours a faire se mêler de ce qui ne te regarde pas, Adrien !

    -C'est avec plaisir ! répondit-il avec un grand sourire. Sinon, Lily, ca va ? Tu penses pouvoir rester ici ?

    -Hein ?

    -Il a raison ... toi qui déteste le sang, ici sa empeste ... c'est bon pour toi ? demanda Lias.

    -Je ne sent rien ... je suppose que c'est bon...

    Adrien eut l'air surpris.

    -Bien, je vais voir le conseil deux minutes ... ne bougez pas d'ici ! fit Lias.

    -Si elle essaye de s'enfuir, je la rattrape ? s'exclama Adrien en riant.

    -Dis donc ! dis-je en lui tirant la langue.

    Il rit en refermant la porte. Il allait donc monter la garde ...

    -Nicolas ... ça va ? dis-je en me tournant vers lui.

    Il avait l'air d'être dans une intense réflexion.

    -Nicolas ! dis-je un peu plus fort.

    -Hein ? Euh oui ! Oui ça va, ne t'en fais pas ... je viens de me nourrir alors mes blessures sont déjà en train de se refermer...

    -Tu l'as traquer ... c'était comment ?

    -Epuisant ... surtout qu'il avait l'air de tourner en rond. Mais il commençait à avoir l'air épuiser... 

    -En a t'il vraiment après moi ?

    -Je suppose puisqu'il avait l'air de rester près de la ville.

    -Dis ... pourquoi tu en fais autant ? Pour le nid ? Pour ma mère ? Pour ... moi ?

    -Un peu de tout, je pense. Mon amie est en danger, je ne peux pas rester les bras croiser ...

    L'entendre m'appeler son "amie" m'agaça un peu...

    -Je vois. Alors bonne guérison. dis-je refroidis en me levant.

    J'avais commencer a me dirigé vers la porte, lorsque je repensa à ce que venait de m'annoncer Adrien.

    -Dis ... si je devais partir très loin ... tu serais triste ? demandai-je, hésitante.

    -Je viendrai avec toi, je pense.

    Il avait répondu sans hésitation.

    -Et si tu ne pouvais pas venir ?

    -Je te rejoindrai n'importe où, crois-moi !

    Je sentais que pour lui, ce n'était pas une option mais un besoin.

    Les choses se mettaient en place. Je commençais a comprendre.

    -Il serait peut-être temps qu'on se sépare ... je pense.

    Dire cela m'avait fait mal. Mon coeur s'était serrer.

    Mais il n'était pas question qu'il se fasse du mal pour me rejoindre, que ce soit dans le coma où dans la mort.

    -Tu ... tu le penses vraiment ? me dit-il, d'une voix tremblante.

    -Tu sais, je m'en suis rendus compte depuis un bon moment ... mais j'ai essayé de l'ignorer pour qu'on puisse rester ami et ensemble pour toujours ... pour que même si j'en vienne a mourir, tu ne sois pas triste ... mais ... je préfère qu'on se sépare avant que quelque chose ne commence ...

    -De quoi tu parles, Lily ? 

    Je sentais une boule dans ma gorge.

    Encore un peu et j'allais commencer a pleuré.

    Mais il le fallait.

    Autant pour lui que pour moi.

    -J'ai réalisé que ... en fait c'était logique ... tu as eus ton éveil à 10 ans. C'est juste après qu'on se soit rencontré pour la première fois, au bal annuel. A ce moment là ... tu as ressentis l'empreinte, n'est-ce pas ? Tu t'es emprunt de moi ... n'est ce pas, Nicolas ?


    votre commentaire
  • 11

    On pénétra dans la salle où tout les autres était déjà réuni.

    -Waouuuh ! s'était exclamait Lyra en me voyant. Vous avez réussi à le faire venir ? Par quel magie ?

    -Sam, tu m'épates ! commenta quelqu'un d'autre.

    Les commentaires allait de bon train.

    -Venez, installez-vous ! On a déjà commencer a commandé et a chanté ! s'exclama Lyra, en parfaite hôte.

    Une fille prit le micro alors qu'une chanson débutait.

    Sam me fit asseoir a côté de lui. Je me retrouvais donc entre Sam et une fille aux cheveux roux dont j'avais oublié le nom. Elle était celle qui, au parc, s'était précipiter vers le chien pour le maîtriser.

    -Met-toi à l'aise mais pas trop non plus... me chuchota Sam en rigolant.

    J'hocha la tête en enlevant mon manteau.

    Je jeta un coup d'oeil au personne présente. 

    Tout le monde était de ma classe et avait l'air de bien se connaître. Certains joué avec les maracas et autre instrument présent dans la salle pour mettre de l'ambiance. D'autres rigoler, certains manger des desserts qu'ils avaient commander, d'autre chanter avec la chanteuse improvisé... il y avait donc une bonne ambiance.

    J'essayais d'éviter de regarder Adam qui était assis en face de moi, à côté de Lyra et d'un autre garçon.

    -Tu veux commander quelque chose ? me proposa la rousse en me tendant le menu.

    Je le pris en la remerciant et y jeta un coup d'oeil rapide avant de le faire passer à Sam.

    -Tu ne veux rien manger ? Ou tu n'as pas d'argent sur toi ? On peut t'en prêter si tu veux ... me proposa la rousse.

    -Non, ne t'inquiète pas ! Je ... ne suis pas fan du sucrée. 

    C'était la seule réponse et explication débile qui m'était venu en tête.

    Mais elle eut l'air convaincu ...

    -Je vois ! Sinon, tu veux chanter quelque chose ? Regarde ...

    Et elle se mit a m'expliqué le fonctionnement de la "box" dans laquelle nous étions, lorsque je lui fis comprendre que c'était ma première fois dans ce genre d'endroit. 

    Lorsqu'elle eut fini je la remercia avec un sourire :

    -Merci beaucoup de tes explications... et merci pour ce que tu as fais pour moi au parc !

    Elle hocha la tête et me cria à l'oreille à cause du bruit que les autres faisait :

    -Ne t'inquiète pas, je sais ce que c'est d'avoir une phobie ! Et d'ailleurs, appelle-moi Lia, Célia c'est trop long ...

    Elle rit et je ris aussi en hochant la tête.

    Elle m'avait dit son nom sans que j'eus à le lui demander ! 

    Sam m'hurla soudainement dans les oreilles, armé du micro (quand est-ce qu'il s'était lever ?) :

    -Est-ce que tu t'amuse bien, Sasha ? 

    Je me boucha les oreilles. Cet imbécile avait déjà oublié que j'étais a moitié chat ?!

    -Oui ! lui répondis-je en hurlant.

    Il rit dans le micro, faisant que tout le monde se tut en se mettant les mains sur les oreilles.

    -C'est bien ! Musique ... staaaaaaart ! hurla t'il comme un excité.

    Non, il était un excité.

    Un malade.

    Mais c'était drôle de le voir comme sa.

    La musique commença.

    -Qu'est ce que c'est que cette chanson ? demandais-je doucement pour moi-même.

    Un mec vint a côté de moi et me répondit dans l'oreille :

    -C'est un opening d'animé ! C'est un fan d'animé et de manga celui-la ! Mais c'est tellement stylé qu'on ne peut rien dire !

    Et il se mit à rire. Etant dans l'ambiance, je me laissa aller aussi en riant aux éclats.

    -T'es sympa comme mec ! Je suis sûr que tu ne te souvient pas de mon nom, donc je me présente, je suis l'as du club de foot : Kilian. Si un jour t'a un problème avec quelqu'un, prévient-moi ! D'accord mec ?

    J'hocha la tête :

    -Merci Kilian ! répondis-je.

    Je crois bien que c'est la première fois que je souris autant.

    Il se reppencha vers moi :

    -Sinon à part sa je suis un zooanthrope de type félin ... je suis un jaguar. Mais sa garde-le pour toi, p'tit frère.

    J'hocha la tête. Il me fit un signe du menton pour m'indiquer de lui répondre à mon tour.

    Je me pencha donc vers son oreille pour lui répondre :

    -Je ... suis un chat. Sasha ... enchanté ?!

    J'avoue ne pas être très sur de moi pour répondre sans mentir.

    Mais apparemment, Kilian ne le prit pas mal et me donna une grande claque dans le dos en riant.

    Sam lui tendis le micro, Kilian me fit un petit signe et se leva pour chanter.

    Sam prit sa place. Kilian chanta tellement mal qu'il reçut des plaintes et des commentaires des autres.

    Il fut tellement critiqué que cela me fit rire jusqu'au larme.

    Sam rit aussi beaucoup.

    La musique fut interrompus et une voix se fit entendre dans les hauts-parleurs :

    "Votre réservation se termine dans 5 minutes, veuillez régler vos notes et sortir. Veillez à ne rien oublier, s'il vous plaît. Nous vous remercions de votre visite !"

    Tout le monde se plaignit que le temps avait passer trop vite.

    Je pris mes affaires, et je sorti, suivis de Sam.

    Une fois dans la rue, on se dit au revoir les uns aux autres et nous fûmes dispatcher pour rentrer.

    J'étais étrangement avec Lia, Kilian, Sam, Lyra et Adam.

    Cette journée avait assez mal commencé, mais elle avait fini de manière ... magique !


    votre commentaire
  • 48

    -Donc tu aurais des questions ? me demanda t'il, une fois calmer.

    -Oui, des tonnes pour tout t'avoué ! m'exclamai-je surexcité. 

    -Eh, bien profites-en, grâce à mon moment de blanc tu as toute mon attention ! fit-il en souriant.

    -"moment de blanc" ? demandai-je.

    -Le morceau que tu as entendu n'est pas terminé ... 

    -C'est toi qui l'a composé ? Il est magnifique ! dis-je, sincèrement.

    Il hocha la tête timidement.

    -Merci ... sinon, tu me dis ce que tu veux savoir ?

    -Oui. En bref, tout à l'heure ton père m'a avoué que j'étais une ... non, en faite je n'ai appris qu'il n'y a que quelque jour que j'étais une Sicarius et que j'ai rencontré ton père, quand tu n'étais pas là ... et là ... j'apprend en le rencontrant qu'il n'y a pas de race de Sicarius comme moi ... je veux dire bleu ...et ensuite voilà que ton père ce matin, m'apprend que je suis la dernière princesse des Sicarius ... il a parlé de sang bleu ou je ne sais quoi ... désolé mes explications sont toute embrouillé ...

    -C'est rien. Je crois avoir compris. En tout les cas, tu as l'air extrêmement déboussolé ... 

    -Je suis complètement perdue ... avouais-je.

    -Je vois ça ! Bien ... si je résume, tu as appris il y a peu, que tu étais une Sicarius et il n'y a que ce matin que tu as appris ... ton statut. J'ai bon ?

    -C'est ça ! appuyais-je. 

    -D'accord ... et que veux-tu savoir ?

    -Eh bien, pour commencer, qu'est-ce que le sang bleu ?

    -Le sang bleu est un sang assez spécial qui coule dans les veines des être de la famille royale. Il ne reste que notre Roi de nos jours qui est ce sang ... enfin, il n'y avait que le Roi ... as-tu saigné récemment ?

    -Je me suis blesser mais mon sang était rouge ...

    -Quand t'es-tu éveillé ?

    -C'est à dire ?

    -On va faire plus simple ... raconte moi ta vie de A à Z.

    -Psychologue ?

    -Encyclopédie on t'a dit, non ? blagua t'il.

    Pour toute réponse, je me contenta de lui tiré la langue.

     

    Pendant un long moment que je n'avais pas vu passer, je lui raconta ma vie de A à Z, comme il me l'avait demander.

    Je me sentais à l'aise en sa présence, comme avec son père.

    Il m'avait interrompu de temps en temps pour faire un court résumer de ce que je venais d'expliquer ou pour avoir plus de détail. Lorsque j'eus fini, il me demanda un moment de réflexion pour pouvoir me donner des réponses clairs sur ce que je voulais savoir ou sur ce que j'avais vécu.

    J'étais donc là, assise à côté de Briag qui avait les coudes posés sur ces genoux, dont la tête reposer entre ses mains.

    Il avait l'air d'avoir une réflexion intense, j'essayais donc de respiré le moins fort possible pour plus de silence.

    Mais malheureusement, nous n'avons jamais ce que nous voulons, car lorsqu'il releva la tête, mon ventre fit autant de bruit qu'un chien grondant après un intrus pour annoncer qu'il était temps de le remplir.

    Je sentis mon visage rougir.

    -Désolé, je n'ai pas vu le temps passé moi non plus. s'excusa t'il. Allons manger, nous parlerons après !

    Il se leva et je le suivis.

    Il se dirigea vers la salle à manger.

    Lorsque nous arrivâmes, Vesna et Larry buvaient du vin ensemble vers le milieu de table.

    Discrètement, nous nous mîmes vers l'extrémité droit de la table.

    -Que veux-tu manger ? me demanda t'il, en s'installant.

    -Je peux demander n'importe quoi ?

    -N'importe quoi ! fit-il en souriant.

    Je remarqua alors ces yeux était d'un beau violet clair.

    -Tes yeux ont la même couleur qu'une pierre de Kunzite ! C'est magnifique ! m'exclamais-je, sans m'en rendre compte.

    Il eut l'air surpris et je vis ces joues rosir un peu.

    -Les tiens sont tout aussi magnifique. Si l'on doit les comparé à une pierre, ce serait entre le topaze et le tanzanite... 

    -C'est la première fois qu'on me dit qu'ils sont beau ... même mes cheveux bleu, ce n'est pas naturel ...

    -Et pourtant tu es nés comme ça ! Bref, que veux-tu manger ? 

    Il ne tournait pas non plus autour du pot !

    -Je voudrais bien alors ... mmm ... un gratin ... non ... mmm ... c'est dur ! Qu'est ce que tu vas prendre, toi ?

    -Je pense que ce soir, je vais demander des raviolis à la viande.

    -Je vais prendre alors un steak de saumon avec du riz. C'est bon tu penses ?

    Il hocha la tête et claqua des doigts.

    Un clochette apparut en flottant devant lui. Il l'a secoua.

    Le chef brownie de la dernière fois sorti de la cuisine pour venir vers nous.

    -Le jeune maître a appelé ? demanda t'il, craintif.

    -Notre invitée et moi-même voudrions manger...

    Le brownies se tourna vers moi et écarquilla les yeux.

    -Jeune invitée, mon coeur déborde de joie de vous revoir ! Quels mets voudriez-vous que cuisine prépare ?

    -Je voudrais un steak de saumon avec du riz, s'il te plaît ! dis-je en souriant.

    Il hocha la tête et se tourna vers Briag.

    -Et le jeune maître ?

     


    votre commentaire
  • 10

    J'étais encore sidéré de ma rencontre avec Sam et de ses pouvoirs.

    -Et donc, je relance ma proposition : veux-tu venir avec nous au karaoké ? Sa te calmera et sa te changera les idées ... à moins que tu ne veux pas te socialiser ?

    J'eu un choque :

    -J'ai l'air tant que ça d'être asocial ? C'est portant malgré moi ...

    -Vu ton instabilité, je comprend très bien que c'est malgré toi. Je comprendrai très bien que tu ne veuilles pas venir de peur qu'on te découvre... mais si tu acceptes, tu pourras compter sur moi pour te couvrir en cas de problème. Alors, qu'en dis-tu ?

    J'hésitais.

    -Lioz, qu'en penses-tu ? lui demandai-je, incapable de décidé.

    -C'est ton choix, Sasha. Mais sache que cela te ferait du bien d'avoir des interactions avec d'autre humain... puisque tu l'es a moitié et que ce jeune dauphin te propose son soutien en cas de bavures ...

    Je soupira, indécis.

    Mais Lioz avait raisons, je voulais avoir plus de lien avec des gens de mon âge.

    -Je viens ! m'exclamais-je en souriant. Je compte sur ton aide qui sera surement précieuse ...

    -Bien ! s'écria Sam. Alors allons-y ! fit-il en me levant par le bras.

    Lioz avait était éjecter de mes genoux :

    -Appel ta mère pour qu'elle ne s'inquiète pas. Je vous suivrai de loin pour voir que tout va bien, d'accord ?

    -D'accord Lioz. Merci. lui répondis-je alors qu'il partait déjà en direction des buissons.

    -Et donc, que t'as t'il dit ? me demanda Sam, curieux.

    -Tu viens de l'entendre, non ? Il m'a conseillé d'appeler ma mère et qu'il va me surveiller de loin...

    Je sortis mon portable.

    -Tu sais, on ne comprend le langage que de ceux de notre espèce. Je ne comprend pas la langue des félins et les félins ne comprennent pas la langue des amphibiens ... c'est comme ça. En bref, je n'ai pas compris ce que ce chat te disais. Pour moi, il ne faisait que miauler. 

    -Ah ? Mais ... 

    Ma mère décrocha à ce moment là. Je lui expliqua donc la situation, elle semblait heureuse et surexcité à la fois. Elle me raccrocha avec un "amuse-toi bien !".

    -Voilà, on peut y aller... conclus-je.

    -Adam, Sasha vient avec nous ! On y va ! s'exclama Sam en m'entraînant, un bras autour de mes épaules.

    Adam s'approcha de nous et marcha à ma droite. 

    On venait de sortir du parc, quand je remarqua qu'il me dévisageait avec un visage sérieux :

    -Tu es sûr que tu vas bien ?

    J'hocha la tête en regardant droit devant moi, génê.

    -Ne t'inquiète pas Adam, on va bien s'amuser et il va s'en remettre ! s'exclama Sam.

    Le reste du chemin fus assez calme, sans compter les exclamations de Sam...

    Adam le brisa seulement en annonçant, une fois arriver devant le karaoké un "c'est là" pas du tout commode.

    Il avait l'air en colère. Non ... agacé ? Non plus ... je ne comprenais pas.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires