• P01

    Avez-vous déjà eu l'impression d'être... à part ? De ne pas être comme les autres ? D'être ... complètement décaler, comme si vous n'étiez pas comme les gens qui vous entourent ? De penser que la réalité, vous rejettes sûrement ? Que vous n'aviez peut-être rien à faire dans ce monde ? Que vous êtes né par erreur ?

    Que vous n'auriez jamais du naître ?

    Moi, si. Souvent. Beaucoup. Tout les jours. Oui, tout les jours, je me le suis dit. Qu'est ce que je fais dans ce monde qui ne veut pas de moi ? A par avoir l'impression d'embêter mon entourage de ma présence, qu'est ce que je fais "ici" ? Suis-je une erreur de la nature ?

    Je pensais souvent cela. Quand ai-je commencé à me le demander ? Je ne sais plus trop...mais à cause de cela, je pense avoir aujourd'hui gâcher des années de ma vie, en ayant eu des idées aussi noir. J'ai gâcher de mon temps et de ma jeunesse. Mais grâce a cela, il m'a repéré. Il m'a trouvé et ma donner un but. Une vie. Quelque chose qui m'est propre. Une responsabilité.

    Une façon d'exister.

    Lorsque j'avais 10 ans, j'avais déjà ces idées noirs, qui me pourrissait l'esprit. Je m'auto-déprimée et je faisais souvent l'école buissonnière. J'allais faire des paris pour gagner de l'argent et pouvoir aller m'amuser. Je sortais même des fois le soir, a l'insu de mes parents... Puis un soir, tard, j'étais dans un bar ou j'étais maintenant une habituée. J'avais parier une petite somme que j'avais gagner au poker, aux fléchettes. Evidemment, je réussis à gagner : j'avais mis les trois fléchettes dans le mille ! J'étais une pro de la précision. Les fléchettes étaient mon domaine de prédilection. Le patron du bar m'ébouriffe les cheveux en riant. Le perdant me tend quelques billets, que je prend soigneusement. Je vais pour m'asseoir au comptoir, commander un verre de lait, comme d'habitude. Puis il est la, debout devant moi. Il me fixe. Il ouvre la bouche en me pointant du doigt :

    - Toi ! Tu n'as rien a faire ici ! Suis-moi !

    Drinnng ... Driiiinnnng... Driiiiiiinnnnnggggg

    J'ouvre les yeux. Je cherche a tâtons mon portable. J'éteins le réveil. Je me frotte les yeux. Rêvez de mon enfance était rare. Mais ce moment, qui avait changer ma vie était un de mes meilleurs souvenirs...

    -Oy ! Alexia ! T'es debout ? Dépêche-toi tu vas être en retard !

    Zut. M*rde. Crotte. Je ne voulais pas me lever. Je voulais encore bénéficier un peu plus de la chaleur de ma couette adorée. Je m'emmitoufla dedans.

    - Debout, j'ai dit ! Mick est déjà debout ! Allez ! hurla t'elle en tapant contre une casserole.

    Je détestais me réveiller du mauvais pied. Ou de mauvaise humeur. Je soupira.

    -Debout j'ai dit ! s'exclama t'elle, en ouvrant la porte.

    Je grommela un "ok", en sortant un pied de la couette. 

    Elle hocha la tête et retourna dans la cuisine.

    Je m'habilla rapidement et alla les rejoindre. Mick était déjà à table, en train de manger son petit déj'. Il me fit un signe de la tête.

    -lu'... lui répondis-je en baillant.

    On se connaissait assez tout les deux pour savoir que ni lui, ni moi n'étions du matin.

    J'avala mon petit déj' rapidement.

    -T'as dormi ? demandai-je.

    -Oui ! Comme un bébé ! me répondit Carla.

    Ce n'est pas à elle que je m'adressais, mais j'acquiesçais quand même. Je ne devais pas la froisser. Elle ne nous servait que de couverture. Elle n'était au courant de rien. Elle ne nous servait "officiellement" que de tutrice. 

    Je me leva et pris mes affaires. Mick me suivit.

    -A ce soir ! m'exclamai-je en sortant.

    - Bonne journée ! répondit-elle.

    Oui, elle ne savait rien.

    -Alors ? T'as dormi cette nuit ? redemandai-je.

    -mmmm...2h je pense... j'ai cherché des info' mais y a rien de potable... notre cible n'est toujours pas apparu...

    Il bailla. 

    Oui, mieux valait qu'elle ne sache rien...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique