• 79

    Ouvrir les yeux n'est pas un probléme. Mais quant on est bien confortablement installer dans un endroit chaud et doux, tél un cocon, on veut prolonger le moment le plus possible. Je ne voulais pas ouvrir les yeux. Je me sentais bien, en sécurité. Je voulais prolonger se moment de béatitude le plus possible.
    -Vive la flemme ... marmonnais-je en me tournant.
    Une respiration me fit ouvir les yeux.
    J'étais dans mon lit, sous une couverture polaire, toute douce.
    Collé a moi, me tenant dans ces bras, comme si j'étais une petite fille : Axel. Même si je connaissais la vérité sur celui-ci, sa proximité me paraissait encore étrange. Malgrés ma gêne, je referma les yeux en prenant mes aises, tout en écoutant sa respiration.
    Il paraissait dormir profondément.
    J'aurais pu rester plus longtemps dans cette position, mais je me sentais pleine d'énergie. Je m'assis donc sans déranger mon frère et pris son portable qui était sur le lit.
    Il faisait déjà nuit. Son portable contenait des dizaines d'appels en absence et une cinquantaine de message. J'hésitais à le réveiller, il avait l'air de bien dormir, il devait être fatiguer ...
    Je sursauta soudainement, lorsque le téléphone se mit a sonné et que je vis le nom inscrit.
    -Axel ! Axel, réveille toi !!! Axel on est mal !! m'eclamais-je en paniquant.
    Celui-ci bondit d'un coup et se mit sur moi, tendu :
    -Qu'est ce qui se passe ?
    -Elle ... elle est en train de t'appeler ! Qu'est ce qu'on fait ??? dis-je en lui montrant l'écran.
    Il plissa les yeux et se détacha de moi en se détendant.
    Il prit son portable, décrocha le plus naturellement possible :
    -Allo, maman ? Oui [...] Ne t'inquiéte pas, tout va bien. [...] Oui [...] Non [...] Je sais pas [...] Peut-être [...] Je ne suis pas à la maison, je suis chez Dom Aegil [...] Sa bibliothéque est passionante. [...] D'accord. [...] Ok. [...] Bye.
    Et il raccrocha.
    Son sang froid m'avait surprise.
    -Maman est ... commençais-je.
    Il secoua la tête :
    -Damien a envoyé Maman loin d'ici, en mission spécial. Elle ne sera pas de retour avant au moins une semaine. Elle n'est pas au courant de la situation ici ... ou plutôt, on a tout fait pour ... Sinon tu vas bien ?
    Je mis quelques secondes à comprendre sa question.
    -Oui, pourquoi ?
    -Tu t'es endormi d'un coup il y a deux jours ... tu as eu une poussée de fiévre.
    -Ah ... bah ça va mieux ! dis-je en souriant. Excuse-moi de t'avoir réveiller aussi soudainement à une heure pareille ...
    -Non, tu as bien fait. Si je n'avais pas répondu, Maman aurait flairer quelque chose. Mais j'avoue que je dormais bien ... ça faisait longtemps que je n'avais pas aussi bien dormi ...
    -Tu ne dors jamais ?
    -Je ... depuis toujours j'ai un sommeil assez agiter ... et je laisse mon portable avec le son. Là je l'ai mis en silencieux parce que tu dormais ... et en te voyant dormir j'ai dû te suivre dans le sommeil...
    -Tu as l'air encore fatiguer, tu devrais encore dormir un peu.
    -Je ... je ne pense pas pouvoir encore ...
    -Rallonge-toi et ferme les yeux. lui dis-je d'une voix autoritaire.
    Sans hésiter, il le fit.
    Je commença à lui caresser les cheveux, comme s'il était un petit garçon.
    Au bout de quelques minutes, je sentis son corps se détendre et sa respiration s'appuiyer.
    -Tu vois, tu étais fatiguer ... murmurais-je en souriant.
    Je mis un coussin contre son dos pour me remplacer et me leva en silence.


    votre commentaire
  • 78

    La porte s'ouvrit avec un bruit effrayant.
    Une ombre noir pénétra dans notre monde.
    Lily se mit devant moi précipitemment, me protégeant de son corps.
    -Qui ... qui êtes-vous ? demanda t'elle courageusement.
    L'ombre nous fixa et nous dévisagea un bon moment et s'avança d'un pas dans notre direction, puis s'étira en baillant.
    Lily me jeta un regard interrogateur, auquel je répondis en haussant les épaules.
    L'ombre s'avança encore d'un pas et je pu enfin le voir clairement.
    Un garçon d'à peu près notre âge était là. Aussi étrange qu'il pu paraître, je le voyais de façon floue. Tout ce que je pouvais dicerner était ces cheveux chatains et ces yeux vert.
    Il fit un tour complet sur lui-même tout en observant les alentours. Une fois son inspection finit, il se dirigea droit vers nous :
    -Est-ce que vous pouvez me dire où je suis ?
    -Et toi tu peux nous dire qui tu es ? dis-je en croisant les bras.
    -Je m'appel Cali ... Cal. Je m'appel Cal. Et vous ?
    -Je suis Aria. dis-je simplement.
    -Je suis Lily ! s'exclama celle-ci en souriant.
    Le garçon hocha la tête.
    -Et donc, où sommes-nous ? demanda t'il.
    -Tu ne perd pas le nord ... marmonnais-je.
    Un sourire en coin pris forme sur son visage.
    Lily retourna s'asseoir et nous invitâmes à faire de même.
    -Sers-toi ! l'invita t'elle.
    -Je ne suis pas fan du sucrée, désolé ...
    -Domage ! fis-je en mangeant un macaron.
    -Tu aimes quelques choses en particulier ? demanda Lily.
    -Je n'ai pas vraiment faim ... A peine je retrouve ma mémoire qu'on m'envoit quelque part sans que je sache où ... vous savez ce qu'est cette endroit ? Parce qu'il est étrange !
    Lily et moi le dévsageâmes.
    -Quoi ? fit-il de mauvaise grâce.
    -Rien ... serais-tu aussi en changement d'ADN ? demandai-je, curieuse.
    Il parut réfléchir un court instant :
    -C'est possible ... oui il m'avait dit qu'une fois ma mémoire revenu mon état initial devrait revenir ... comment le sais-tu ?
    -Lily et moi sommes aussi en plein changement d'ADN. Elle est une vampire, je suis une Sicarius ... et toi ?
    -Une vampire ? Une Sicarius ? C'est une blague ?
    -Non, nous sommes sérieuse ... fit Lily en buvant sa tasse.
    Il soupira :
    -Je vais vous croire ... je suis un ange. Ou plutôt, moitié ange et moitié démon dans cette incarnation. A cause de certaine circonstance, j'ai été transformer en humain pendant un certain temps. Mais sa ne change pas ma question ! Où est-on ?
    -Nous sommes dans un entre-deux. Entre le rêve et la réalité. Seul ceux qui sont puissant ou en changement d'Adn peuvent entré ici, apparemment. C'est un monde d'imagination et de rêve. C'est tout ce que je peux te dire ... fit Lily.
    -Je ... vois. Et comment on en sort ?
    -Quand ta porte du réveille apparaît. Il suffit de patienter...
    Il se passa une main sur le visage.
    -Dit ... pourquoi est-ce que je le vois floue ? demandai-je à Lily.
    -Il n'est peut-être pas encore dans la même longueur d'onde que la notre. Son changement est peut-être plus rapide ou moins puissant que nous.
    Il secoua la tête :
    -Non ! Aria ... c'est sa ? Si tu me vois floue c'est que tu es bien une Sicarius ... une bleu en plus, t'es hyper rare ! Enfin ... ma transformation humaine a été faite à partir du mensonge et de l'illusion. Tu peux simplement voir au travers car ta nature execre le mensonge. Quand j'aurais retrouver ma véritable apparence, tu me verras correctement.
    -Tu es sais beaucoup sur les Sicarius ? demandai-je, curieuse.
    -J'en sais à peu près sur toute les créatures existante si c'est ta question ... ayant grandit dans les sphéres céléstes, j'ai vu apparaître toute sorte de créature...
    -Tu as des ailes ? fis Lily, curieuse.
    -Oui ... fit Cal en levant un sourcil.
    On discuta un peu chacun à propos de son histoire, puis Lily leva la tête :
    -Aria, ta porte du réveil vient d'apparaître. A bientôt !
    -C'est donc ça une porte du réveil ? fit Cal en se levant pour aller l'examiner.
    Je me leva, pris mon chat et leur fit un dernier signe d'au revoir avant de passer la porte.


    votre commentaire
  • 77

    Un rire me fit ouvrir les yeux.
    Lily était là, toujours dans le même cadre, à la même place.
    Mon chat jouait avec elle, la léchant sur la joue. Elle riait :
    -Arrête ! Hahaha ... tu me chatouilles !
    -Lily ! m'exclamais-je.
    -Re-bonjour Aria ! fit-elle en souriant. Je ne pensais pas te revoir aussi vite !
    -Je t'avoue que je pensais pareil ...
    -Tu as l'air d'aller mieux. Il s'est passé quelque chose de bien ?
    J'hocha la tête et lui raconta ce qui s'était passer. Tout en m'écoutant, elle grignotait les sucreries et buvait se qui se trouvait dans sa tasse, sans m'interrompre.
    Lorsque j'eus fini, elle s'arrêta et reposa sa tasse :
    -Je vois ... Nicolas t'a trouvé. Merci d'avoir respecter mon souhait... mais est-ce que tu vas bien ?
    Je vis de l'inquiétude dans ces yeux.
    -Oui, pourquoi ?
    -Si tu es ici, alors que ta tante t'a dit que les Sicarius n'avait pas besoin de dormir ... c'est que ta transformation n'est pas totalement terminé ...
    -C'est ... vrai. chuchotai-je, en baissant la tête.
    -Je n'ai pas dit sa pour ... je ...
    Elle ne trouvait pas les mots et paraissait embêter.
    Je secoua la tête :
    -Ne t'en fais pas. C'est peut-être juste à cause du choque d'enfin savoir la vérité sur ma mémoire effacer ... je ne me suis jamais remise en queston pour essayer de savoir ce qui s'était produit avant ... je ... j'avais peur de n'avoir rien ... aucun souvenir ... être vide est une senssation assez horrible ... j'ai toujours éviter d'y penser ...
    -Je suis sur que tu retrouveras la mémoire ! Une mémoire sceller n'est pas effacer mais enfermer au fond de la personne ! Et si tu allais voir le Roi Bleu ? Je suis sur qu'il t'aidera !
    -Tu le connais ? demandai-je, surprise.
    -Plus ou moins ... dit-elle, vaguement.
    Elle changea de sujet en me demandant des nouvelles du monde, en me parlant de ce qu'elle avait connu.
    Mon chat faisait des aller-retour entre elle et moi, distribuant des caresses et des léchouilles, comme pour nous rassurer et nous dire que tout allait bien.
    Mais soudain, son dos se fit rond et il feula contre quelque chose derrière moi : une porte noir était apparu...


    votre commentaire
  • 76

    Au bout d'un moment, il ferma son ordinateur, éteignit son portable et soupira en fermant les yeux.
    Je fis apparaître un verre d'eau devant moi et le lui tendis.
    Il l'accepta et le bu d'un trait.
    -Ce que je vais te raconter maintenant ... je ne le dirais qu'une fois. Je refuse de reparler de sa à l'avenir. Est-ce que c'est clair ?
    J'hocha la tête.
    -Ce jour là, j'ai pris la photo et je suis parti en mission. Je devais simplement me mettre en relation avec un prince elfe pour du commerce de plante médicinale. Ce jour là, ...tu es parti faire ton rapport. Dans le manoir du conseil, il n'y avait que Damien, Richard, Gordon, Billy et ... Sam.
    -Sam ? demandais-je.
    -Oui, il était le meilleur boss des informateurs qui soit ... tu es allée faire ton rapport et d'après Damien, tu as commencé a agir bizarrement. Tu as demandé si tu pouvais parler en privée à Sam et Richard. Ils ont accepté et vous êtes aller parler dans une salle à part ... puis Damien t'a entendu hurler et lui et Gordon ont accouru pour te retrouver évanouie, pleine de sang et entouré de feu. Près de toi se trouvait Richard évanouie et le cadavre de Sam ... on a jamais sû ce qui c'est passé. Le manoir a pris feu partiellement. Quand tu t'es réveillé, tu as commencé a attaqué tout ceux qui t'approcher avec ton feu. Tu avais l'air à la fois terrorisé et prête a tué quiconque t'approcher. Plus le temps passé, plus tu devenais incontrôlable et tu brûlais tout ce qui t'entouré. Tu délirais et tes propos n'avais aucun sens ... le conseil a donc décidé de ... t'endormir. T'endormir encore une fois. Mais pour te maîtriser, ils ont décidé de t'effacer la mémoire, certains que tu étais comme sa à cause de ce qui c'était passé dans cette salle close.
    -Je ... tu penses que c'était vrai ? Que ... que ce qui s'est passé dans cette salle m'avait traumatisé ? J'ai tué se Sam tu penses ?
    -Malheureusement, à l'époque j'étais jeune. Si le conseil disais que tu étais traumatisé, c'est que tu l'étais et ni maman ni papa ne pouvait rien faire que d'accepter. Alors ... avec l'aide de Dalia, ils ont scellé ton feu, tes souvenirs et tes émotions. Après sa, ils t'ont endormis de force pendant ... deux ans.
    -Deux ... ans ?
    J'étais sous le choque.
    -Mais c'est pas possible ! Je me souviens d'avoir quitter la maison pour passer le test et ... non ... c'est vrai ... je me souviens seulement d'être rentrer à la maison, seule, après avoir passé le test ... qu'est ce que sa veut dire ?
    -Je ne savais pas qu'il t'avait tout effacer. Pendant deux ans, je venais te voir  dés que j'avais un moment. A cette époque, quiconque disais du mal de toi, je l'envoyé à l'hopital. Le conseil n'en pouvait plus de mon comportement. Ils ont donc décider de me faire une fleur, comme ils disaient, et on acceptait, au bout de deux ans de te réveiller. Mais ils m'ont demandé de garder mes distances avec toi pendant les premiers temps, pour que tu ne retrouves pas la mémoires ... j'ai accepté.
    -C'est pour sa que tu étais là mais que tu ne t'approchais pas ?
    -Oui ... c'était dur. Tu es revenu seule du manoir, personne ne s'était dérangé pour venir te chercher ou te ramener. Tu avais la peau sur les os et tu n'étais habillé que d'un tee-shirt et d'un pantalon trop grand pour toi. En rentrant, tu es allé directement dans ta chambre. J'ai été soulagé de te voir. Mais apparement, j'ai été le seul prévenu que tu avais été réveillé, c'est pour sa qu'Eren n'a pas compris tout de suite que tu étais là ... je pensais qu'il savait et qu'il ... s'occupait de toi.
    Il ferma les yeux et secoua la tête.
    Je voyais qu'il retenait ces larmes.
    -Le plus dur ... c'est qu'on ne savait pas que tu avais été réduite à l'état de bébé ne sachant que son nom. Je ne savais pas qu'on t'avait tout effacer ... jusqu'au savoir primaire comme manger et dormir ... quand ... quand Eren t'a trouvé, je venais de lui demander comment tu allé ... à l'air surpris qu'il a eut j'ai compris ... qu'il ne savait pas ... il est allé te voir ... et a vu ... ton état ...
    Des larmes coulaient sur ces joues a flot. Il serrait ces mains tremblantes.
    -Quant il t'a vu ... il a appelé Gordon ... qui est venu tout de suite ... il t'a pris en charge. Gordon et Damien nous on interdit d'avoir le moindre contacte avec toi ... tu n'avais pas manger, ni dormit pendant dix jours ... Quand Laura a appris l'histoire en entière, elle est rentré et nous a tous remonter les bretelles. Surtout à Maman en faite, parce qu'elle n'était jamais venu te voir ... elle avait peur de te voir dans cet état. Même te voir endormie, elle avait peur de sa propre réaction ... Papa a atténué les choses mais il s'en voulait aussi.
    Il respira a fond et sécha ses larmes, toujours avec la même manches.
    -Le pire ... c'est qu'une fois que Gordon avait fini de te remettre sur pied, tu es rentré à la maison mais ... tu n'étais plus la Aria que je connaissais. Tu étais devenu asocial, indifférenté à tout, toujours sur tes gardes ... tu me lançais des regards glacer, comme si tu m'en voulais ... je pensais que tu m'en voulais pour quelque chose en particulier et je culpabilisais ...
    -Je ne t'en voulais pas spécialement ... je n'éprouvais rien en particulier. J'étais vide à ce moment là ...
    -Oui, je sais. Gordon m'avait expliqué ce qu'il t'avait fait ... (il releva la tête et me regarda droit dans les yeux) mais sache, que depuis toujours, je t'aime énormément et que j'ai toujours gardé un oeil sur toi ! Tu es ma petite soeur que je chéris énormément ! Je n'ai jamais ... autant ressentit mon impuissance qu'au moment où ... j'ai appris que tu avais été replongé dans le sommeil ... j'ai été tenté plusieurs fois de remonter le temps et de voir ce qui s'est produit dans cette salle mais ... j'ai peur. Le temps posséde des lois qu'il ne faut pas prohiber... je suis désolé, Aria.
    Une dernière larme coula.
    Il n'en fallut pas plus pour que je m'y mette aussi. Mes yeux s'inondèrent de larme et ma vue se brouilla. Mon ventre se serrait et ma tête était vide.
    Axel avança timidement sa main dans ma direction. Je mis la mienne sur la sienne sans hésiter. Je laissa ma mémoire corporelle me prouver que ce qu'il venait de me raconter était réélle. La froideur de sa main me parut familière. Je sentais la familiarité qui me faisait ressentir de la nostalgie.
    -Axel ... ne t'excuse pas ... réussis-je à dire.
    Il secoua la tête :
    -Je n'ai aucune excuse, je suis lâche ...
    -J'ai peut-être ... ( je renifla) une solution. Si je retrouve mes souvenirs je pourrais peut-être savoir ce qui s'est vraiment passer ... comme ça tu ne t'en voudras plus ?
    Il se leva et vint me prendre dans ces bras.
    Je me leva et le serra fort à mon tour. Même si ma mémoire n'est plus, mon corps me faisait ressentir qu'il connaissait la chaleur des câlins de mon frère. Qu'il connaissait cet être chaleureux qui avait autant souffert et que j'avais detester sans raison tout en lui rajoutant de la culpabilité sans savoir.
    Mes larmes me revint.
    On resta dans les bras l'un de l'autre un bon moment.
    Puis je vis une flash de lumière. Je cru que ma vue brouiller me jouer des tours, mais Axel me chuchota de ne pas bouger, je compris qu'il avait compris.
    Des petits êtres, de la taille d'une libellule, brillait dans la salle. Ils bougeaient dans tout les sens, rangeant et classant les livres sorties de leurs rayons.
    -Les alfes lumineux ... chuchotais-je, émerveiller.
    Certains s'approchaient de nous, curieux.
    -Dis Axel ... commençais-je.
    -Ne bouge pas et ne parle pas aussi fort ! chuchota t'il.
    -Ne t'inquiéte pas, je ne pense pas que les alfes nous ferons du mal ... dis Axel, comment on peut faire pour retrouver le temps perdu ?
    Il regarda a droite et a gauche, mais les alfes ne faisaient rien de suspect. Alors malgrès ces larmes, il sourit :
    -Ce que tu dis n'as pas de sens ... mais je pense que pour le retrouver, il faut qu'on profite du temps a venir au maximum ensemble ...
    -Je ne vais pas me trouvé un copain de si tôt, alors ... dis-je en faisant semblant de soupirer l'air embêter.
    -Je ne le permetrais pas, crois-moi ! Je n'ai confiance en personne ! Surtout que j'ai appris des choses depuis ... quelques temps. Des vieux dossiers ont été déterré depuis que tu as desceller ton pouvoir entièrement ... tu te rappel cette histoire de taupe ?
    J'hocha la tête en me rasseyant. Il alla se rasseoir aussi en séchant ces joues et en se mouchant avec des mouchoirs que j'avais fais apparaître.
    -Il se trouve que la personne ayant demander a ce qu'on t'efface la mémoire soit Richard. Je pense qu'il n'a pas perdu la mémoire sur ce qui s'est passé dans la salle close et qu'il a voulu d'effacé la mémoire pour effacer tout ce qui s'y été produit ... mais je n'ai pas encore découvert pourquoi ... je ne sais même pas de quoi tu voulais parler à Sam et lui ...
    J'haussa les épaules.
    -J'ai la tête qui tourne, j'ai trop pleuré ... dis-je en posant ma tête sur la table fraîche.
    -Pareil ... repose toi. Je t'ai raconté à peu prés tout ce que je savais, mais il y a encore beaucoup de zone d'ombre. Ma principal question c'est pourquoi t'avoir enfoncé dans un sommeil profond par deux fois ?! Cette façon de procéder n'a jamais été utilisé sur qui que ce soit !
    -Peut-être que ce n'est pas consigné ? marmonnais-je, dans le vague.
    Mes yeux se fermaient doucement. Je me sentais légére et entra a nouveau dans le monde des rêves.


    votre commentaire
  • 75

    -Est-ce que ca va ? Tu commences a devenir blanche ...
    -J'ai envie de vomir, j'ai la tête qui tourne ... mais ça devrait aller ...
    -On va faire une petite pause ... fit Axel.
    -Non, je veux la suite !
    -Regarde ... c'est toi.
    J'ouvris les yeux. Il tenait devant moi, l'un des deux gros livres ouvert. C'était un album photo. Je voyais une petite fille aux yeux et aux cheveux bleu, semblablent aux miens sourire, faire des bisous baveux (je ris), grimper aux arbres, jouer à la princesse, serrer fort un Axel plus jeune dans ces bras ... sa me paraisser à la fois étrange et nostalgique.
    -J'y pense, Axel ...
    -Oui ?
    -Tu m'as dit que ton pouvoir était celui de manier l'espace-temps ?
    -Jusqu'a une certaine limite, oui.
    -Tu pourrais arrêter le temps d'une personne ?
    -Je pense que oui. Ce sera assez difficile mais pas impossible. Je suis une sorte de cale-temps. Pourquoi ?
    -J'aurais besoin de ton aide pour aider une amie ... mais pour l'instant je veux savoir la vérité ! dis-je en tournant une autre page de l'album.
    D'autres photos me représentant avec mes frères et ma soeur, mon père et ma mère. Je souriais, pleuré, boudé ... j'avais l'air d'être tellement expressive à cette époque. En bas à droite, la dernière photo avant de tourner la page, attira mon attention. Je me voyais, assise sur une branche en haut d'un arbre. J'étais habillé de la combinaison des jeunes chasseurs en formation grise foncé. Assise de profil, les yeux dans le vague, j'avais l'air de pensée profondément à quelque chose de sérieux.
    Je leva les yeux vers Axel.
    Il me scrutait mon visage avec attention.
    -Tu m'expliques ?
    Il hocha la tête, tout en se passant une main dans les cheveux :
    -Cette photo, hein ... ? L'idée de l'album photo vient de Papa. Maman et lui prennaient des photos de toi de temps en temps. Celle la ... c'est moi qui l'es prise. Tu avais huit ans à ce moment là ... ta formation de chasseuse était terminer. Le conseil t'avait confier ta première mission. Tu venais de la finir et tu étais rentré pour te doucher avant d'aller faire ton rapport au conseil ... je devais sortir aussi faire quelque chose et je t'ai trouvé comme sa sur l'arbre du jardin. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai voulu prendre ce moment en photo ... et j'ai toujours regretter de ne rien avoir remarquer ce jour là ...
    Il baissa la tête, mais j'eu le temps de voir une larme coulé.
    Le voir aussi sentimental me faisait toujours aussi bizarre. Pour moi, il était Mr Glaçon qui ne laisse paraître qu'une poker face.
    -Axel ... ça va ?
    -Oui ... murmura t'il en séchant ces larmes avec ces manches. C'est juste ... assez dur a raconté ... si j'avais remarquer ... si je t'avais posé ne serait ce qu'une question ce jour là ... ça n'aurait peut être pas finit comme ça ...
    -Raconte moi, Axel ! S'il te plaît ! Je ...
    -Non, ne dis rien ! s'exclama t'il en me coupant la parole. Je dois te le raconter quoi qu'il arrive ... Damien n'a pas tenu sa promesse, je ne peux plus tenir la mienne. Je t'aime beaucoup trop pour ça, Aria.
    Lorsqu'il prononça mon prénom, je sentis son affection pour moi. C'était la première fois que je m'en rendais compte.
    Quelqu'un frappa à la porte d'entré de la bibliothéque et entra.
    -Ton va bien, ma chérie ?
    Vesna s'approcha de moi et mis sa main fraîche sur mon front.
    -Oui ... j'ai un peu la tête qui tourne et des nausées mais ça va ...
    Elle haussa un sourcil et vit l'expression d'Axel.
    Je vis de la compassion sur son visage.
    -Tu as besoin d'aide pour finir ou tu penses pouvoir le faire ?
    -Je ... je dois le faire. Mais c'est dur ...
    -Je sais pulli meum. Sache que pour le moment elle se protége inconsciemment pour ne pas tomber dans la folie. Tu peux lui raconter sans qu'elle s'en rapelle, ne t'en fais pas.
    -Merci tante Vesna ...
    Elle hocha la tête, apparement satisfaite.
    -Mes petits, si vous avez besoin de moi ou de mon soulmate, n'hésitez pas !
    Elle partie sans entendre notre réponse.
    -Elle s'inquiéte pour nous ... dis-je à voix haute.
    -Oui et non ... répondit Axel.
    Je lui lança un regard interrogateur. Il fixait son portable et l'écran de son ordinateur.
    -La situation dehors est devenu critique. Les chasseurs traques les vampires, les gnomes et les ghouls se rentrent dedans en ce moment même ... on ne sait pas encore la raison exacte. Certains chasseurs commence a retourné leurs vestes et te cherche pour le compte de ces ******** de créatures !
    Il commença a juré et insulté plusieurs races et personnes dont le nom me paraissait familier.
    -C'est autant le chaos que sa dehors ?
    -Oui. Les humains viennent d'être mis au courant qu'une bande de terroriste a pris une maison en otage. La ville est bouclé et les civiles en sécurité ... bien. Les victimes ... zut, c'est plus que ce qui était prévu ...
    Il continua son monologue un bon moment, tout en me mettant au courant de ce qui se passait dehors.


    votre commentaire