• 28

    Alors que l'on franchissait les grandes portes d'entrer de la Sagrada Familia, Suzanne wheeler apparut devant nous.

    -Laurent Kirke, bien le bonsoir !

    Mon père la salua, poing sur le torse :

    -Rose blanche, c'es un honneur de vous revoir !

    -Allons, ne faites pas de cérémonie ! Vous nous avez tant aider par le passé ! 

    -Non, ce n'était vraiment rien ! Tout le plaisir était pour moi ! dit-il en souriant. Sinon, y a t'il quelque chose que je pourrais faire pour vous ?

    -Vous, non. Mais votre fille, oui. J'ai besoin de m'entretenir avec elle quelques minutes ... est-ce possible ?

    Mon père me jeta un regard du genre "qu'est ce que tu as fait ?", auquel je répondis par un vague haussement d'épaule.

    -Oui, bien sure ... Jen, vas-y je t'attend ! me dit-il.

    Son ton était plein de sous-entendu...

    -Bien, alors suis-moi ! s'exclama t'elle en re-rentrant dans la gigantesque église.

    -------------------

    Elle m'avait reconduite dans la grande salle qui s'était pratiquement vidée.

    La porte était toujours grande ouverte au-dessus de nos têtes.

    Les quelques sorciers restant, discuter avec des fantômes, pour la plupart.

    Ethan était toujours là, discutant avec les triplés.

    Dés que Gaby me vit, il se dirigea vers moi :

    -Qu'est ce qu'il y a ? Tu as oublié quelque chose ?

    Je fis non de la tête et lui montra Suzanne du menton, qui marchait droit devant elle.

    Il leva un sourcil, suspicieux.

    J'haussa les épaules, l'air ignorante.

    -Jen, vient ici, s'il te plaît ! fit Suzanne.

    Je la rejoignis en faisant un petit signe à Gaby.

    Suzanne et les trois autres roses étaient là, m'entourant et me dévisageant sans discrétion.

    -Tu as des cheveux magnifiques ! s'exclama Esi Kumba en les touchants.

    Je sentais mon visage se réchauffer.

    -Peux-tu sortir ton grimoire, s'il te plaît ? demanda poliment Jin Sakurai.

    J'hocha la tête en claquant des doigts. Le grimoire apparut.

    Arthur Lux eut l'air surpris :

    -Ouvre-le ! dit-il, curieux.

    Je lança un regard à Suzanne qui hocha la tête.

    Je me mis ma main à l'endroit de l'empreinte et le grimoire s'ouvrit.

    Arthur Lux le pris dans les mains et le feuilleta, totalement absorber.

    -Arthur as toujours voulu en savoir plus sur les arcanes et incantation du temps ... m'expliqua doucement Esi.

    -Je suis sidérée ... tu as déjà atteint le niveau de magie d'un 3eme année à la Spell Academy ! s'exclama Arthur.

    Tous curieux, ils allèrent constater ses dires dans mon grimoire.

    Puis ils m'observèrent tous, surpris.

    -Euh ... qu'est ce qu'il y a ? demandai-je, pas rassurée.

    -Tu es au courant du fonctionnement des grimoires, n'est ce pas ? me demanda Arthur.

    J'hocha la tête :

    -A chaque sort acquis, le sort suivant devient lisible. C'est pour cela que très peu de sorcier ou sorcières ont réussi à terminer leur grimoire et leur apprentissage.

    -... et tu as réussi à aller aussi loin ... toute seule ? questionna Jin, l'air épater.

    -Euh ... Mamy m'a beaucoup conseillé mais oui ... répondis-je, pas très sûre.

    Suzanne s'approcha et me tapota la tête :

    -Tu es fantastique ! Peu de gens sont arrivé à ce niveau en aussi peu de temps ! Tes parents savent que tu es une temporel ? 

    Je sursauta. C'était la première fois qu'on me nommait comme ça ...

    -Non. Ils ne savent rien de ma magie. Je m'entraînais en secret ...

    Jin s'approcha de moi et me demanda :

    -Tu penses être capable de refermer la porte seule ?

    -Je ne sais pas ... peut-être ? répondis-je, hésitante.

    -Essaye ! fit Esi, excitée.

    -Je ... je ne veux pas faire ça devant des gens ... dis-je en regardant dans la direction d'Ethan et des triplés.

    Les quatre roses s'entreregardèrent malicieusement, tout en souriant.

    Suzanne alla murmurer quelque chose à Véronica qui accepta la chose, l'air surprise.

    Elle mit sa baguette en micro :

    -Sorciers, sorcières, il est à présent temps de vous séparer des ancêtres aimer, la nuit est presque terminer et les roses veulent refermer la porte. Je vous demande donc de bien vouloir rentré chez vous, avant que le soleil se lève et qu'un humain vous aperçoit en plein vole !

    Les fantômes retournèrent sagement, un à un vers la porte. Les sorciers firent pareil.

    Niky se dirigea vers moi :

    -Tu viens avec nous ? Ton père nous a invité a dormir chez vous !

    -Je dois rester avec les roses, elles veulent étudier mon grimoire... je vous rejoint le plus vite possible ! dis-je en utilisant un demi-mensonge.

    -Ok ! dit-il, sans rien relever.

    Une fois la salle vide, Suzanne se tourna vers moi :

    -Maintenant, tu peux, n'est ce pas ?

    -C'est de l'abus de pouvoir ... marmonnais-je.

    Esi rit.

    -Privilège d'une rose ... fit Arthur en souriant.

    Je ris aussi en me dirigeant sous la porte.

    Il restait quelques membres du premier cercle, curieux et les roses.

    -Vas-y, essaye Jenne ! m'encouragea Suzanne.

    J'inspira à fond.

    Je fis un signe avec mon index et mon grimoire -toujours dans les mains d'Arthur- revint vers moi.

    Je claqua des doigts et ma baguette apparut dans ma main gauche.

    De ma main droite, je chercha une incantation pouvant m'aider dans mon grimoire qui flottait devant moi.

    Ne trouvant rien de très précis, je décida de trouver une autre manière de faire.

    Je fis disparaître mon grimoire et je fixa la porte.

    Je ferma les yeux et la visualisa dans mes pensées.

    Le silence complet m'aidait à me concentrer.

    Je leva ma baguette, mes yeux toujours fermer.

    Je commença à des tracer des cercles dans le vide.

    Je visualisa la porte en train de se fermer, petit à petit.

    Lorsque dans mon esprit la porte fut fermer, je fis un trait avec ma baguette.

    De peur d'avoir raté, j'ouvris les yeux et constata...

    Et constata que j'avais réussi ... a fermé la porte toute seule ! 


    votre commentaire
  • 07

    Certain m'appel la "princesse de sang humain", mais je déteste ce surnom.

    Je préfère le titre de "croc sucrée". Oui, la plupart des vampires m'appel par ce titre "La princesse aux crocs sucrée".

    J'aime bien, ça me plaît. Je suis connu pour être la sang pure la plus inoffensive, ce qui n'est pas faux.

    Nicolas, en plus d'être mon meilleur ami, est mon protecteur - mon garde du corps, si vous préférez.

    C'est lui qui est vraiment dangereux... dans tout les sens du terme.

     

    -Tu ... vous êtes la princesse Lily ? fit Benoit apeurer.

    L'information avait mis du temps a monté ...

    J'hocha la tête.

    Quoique, j'avoue qu'une vrai princesse de sang pure ne s'amuserait jamais dans la forêt avec des vampires de "basse classe" et ne serait jamais habiller d'un jogging...

    -Alors ... alors je vous en supplie ! Aidez moi ! Aidez mon petit frère ! Dîtes-moi comment vous pouvez encore vivre après votre rejet de la cérémonie du sang ! s'exclama t'il.

    Je soupira de nouveau. Ce n'était ni le premier et certainement pas le dernier à venir me demander ça ...

    -Lily... murmura Sabrina en me mettant une main sur l'épaule.

    Je savais qu'elle compatissait. Je n'aimais pas cela non plus.

    -Je suis désolé Benoit, mais je ne peux rien pour votre petit frère. Je suis une exception, aucun autre nouveau-né n'a pu supporter le lait comme je l'ai fait. Alors ... essayez de le forcer de toute vos forces, c'est tout ce que je peux vous dire ... je suis désolé de ne pas pouvoir vous aidez après votre long voyage ... dis-je en me retournant.

    J'avais l'intention de courir droit vers chez moi, mais je n'en eus pas le temps.

    Brent me rattrapa par le bras et hurla :

    -Vous les sang purs, vous vous prenez pour des saint et nous, vous nous prenez pour des moins que rien ! Sa, on l'a bien compris ! Mais vous pourrez quand même nous aidez pour un nouveau né ! Je suis sur que vous connaissez le moyen et que vous ne le gardez que pour vous ? Hein ? Bâtarde royale !

    Et il me cracha dessus.

    Au moment où il me cracha dessus, tout mes amis reculèrent à une distance de sécurité.

    J'étais encore sous le choque, mais je sentais la colère monté.

    -Et merde ! entendis-je Nicolas juré, son portable à la main.

    Je fixa Brent dans les yeux. Les siens étaient rouge. Rouge comme le sang. Le sang, la chose que je détestais le plus au monde.

    Je fis apparaître mes griffes, tél un chat (une aptitude rien qu'à moi) et je me mis à le griffé rapidement.

    Je commença a feulé et a sortir mes crocs.

    -De quoi vous avez peur ? C'est juste une petite chatte inoffensive ! s'exclama t'il, plein d'orgueil.

    -La bâtarde royale va te buter, sale chien ! feulais-je, pleine de fureur. 

    Et je fonça sur lui, mes griffes bien sortit.

    J'allais lui trancher la tête net, lorsque Lias et Léo apparurent.

    Léo protégea Brent et Lias me bloqua contre lui.

    -Pourquoi tu protèges se connard ? Rouge, rouge, rouge ! Je vais le buter ! hurlais-je.

    -Tu ne tueras personnes ! Pas de tes mains en tout les cas ... fit Léo calmement.

    Je feula.

    -Lily, calme-toi... me chuchota Lias à l'oreille. Calme-toi. Le rouge va partir, le sang n'est plus là ...

    Il me mit une main devant les yeux.  Je me calma aussitôt.

    -C'est bon ? demanda Lias.

    -Oui, grand-frère. répondis-je.

    Il enleva sa main.

    Je vis alors que Léo et Lias avait l'air énerver. En colère, même.

    -On a lu dans tes pensées. me dirent-ils en même temps.

    -Et je ne laisserais jamais un vampire qui débarque de sa campagne insulter ma soeur comme ça ! fit Léo en montrant les crocs.

    -Je pense exactement pareil ! fit Lias en feulant.

    Je vis que Brent commençait a flippé sérieusement. Benoit et les huit autres n'osaient pas bouger.

    Mes amis avaient l'air d'apprécier le spectacle.

    Brent tomba a cause d'une racine alors qu'il marchait a reculons.

    Léo l'empoigna au cou et le leva tél un chiffon pour mettre le visage de Brent à sa hauteur :

    -Normalement, je t'aurais tuer sur place. Mais en présence de ma soeur je ne tue jamais, tu as de la chance ... ne t'approche plus jamais de notre famille où tu pourrais le regretter !

    Et il le lâcha.

    Lias s'approcha à son tour :

    -La prochaine fois que je te vois, je te tuerais de mes propres mains et j'irais tuer toute ta tribu, est-ce clair ? dit-il d'un grand sourire.

    Brent hocha la tête, se releva et partit en courant, sans demander son reste.

    -Bien, maintenant que ta furie est calmé, je vais pouvoir retourner en cour ... fit Léo en s'étirant.

    Lias se tourna vers Benoit et les autres :

    -Il était avec vous, n'est ce pas ? Puis-je savoir pour quel raison a t'il provoqué ma soeur ? 

    -Euh... et bien ... balbutia Benoit.

    -On était en train de faire un attrape-foulard quand cette bande nous est tombé dessus ! fit Viviane, boudeuse.

    -Mauvaise perdante ! fit Ruben en toussant.

    Elle le fusilla du regard.

    Ray lui expliqua la situation.

    Pendant ce temps, Nicolas m'avait rejoint :

    -Désolé, je n'ai pas eus le temps d'intervenir ...

    -Tu les as appelé, c'est déjà pas mal ! dis-je en haussant les épaules.

    -Ca va mieux ? s'inquiéta Léo.

    -Oui. mais dés que je vois du rouge je... sa commence a partir au quart de tour à chaque fois ! C'est énervant à la fin !

    -Bah ... c'est comme sa et puis c'est tout ! Qu'est ce que tu veux qu'on fasse ? Du moment qu'on peut t'arrêter, tout va bien ! fit Léo en balayant le problème de la main.

    Un vrai grand-frère flemmard ... quoique, il n'est jamais contre une petite bagarre ...

    -Ramenez le bébé ici, on verra se qu'on peut faire mais on ne vous promet rien... fit Lias.

    Une larme roula sur la joue de Benoit :

    -Merci, merci infiniment !

    -Maintenant, dépêchez-vous d'aller le cherche, le temps presse ! s'exclama t'il.

    Ils partirent sans se retourner. Ray frappa des mains :

    -Bien après sa, rentrer chez vous ! C'est fini pour aujourd'hui ... bravo à l'équipe bleu !

    Je soupira et couru vers Lias :

    -T'es pas sérieux ?? Tu vas l'aider quand même ? Mais ce bébé va mourir quoi que tu fasses ! Qu'es ce que sa change qu'il meurt maintenant où plus tard ? Juste que si il meurt plus tard, ce sera encore plus triste !

    Sans m'en rendre compte, j'avais fini ma phrase en hurlant.

    La plupart de mes amis étaient déjà partit. Il ne restait plus que Ray, Léo, Nicolas, Ruben, Lias et moi.

    -Comment ça ? demanda Ray.

    -Comment tu peux le savoir ? demanda Ruben.

    -C'est quoi cette histoire ? fit Nicolas.

    Léo se passa une main dans le cheveux en faisant un "aaah aaah" d'agacement.

    Lias me tapota la tête :

    -Si il y a une once de chance pour pouvoir te rallonger la vie même de quelque jour, je suis prêt a tout pour toi ! Sa doit être la même chose pour eux ...

    Je sentis une larme couler le long de ma joue.

    -C'est injuste ! dis-je seulement.

    -Pourquoi penses-tu comme ça ? demanda Lias, curieux.

    -Tu vois les choses de ton point de vue immortel ! Mais moi qui suis mortel et sur qui le temps fait de l'effet, je peux te dire que c'est injuste ! Autant pour vous que pour moi ! De mon côté, je vis avec vous, tout en sachant qu'un jour je vais mourir pendant que vous continuerez à vivre encore longtemps sans moi ! 

    -Mais ... voulu me couper Léo.

    -Mais de votre côté, vous m'avez vu grandir, vous avez des souvenirs et des créer des liens avec moi, mais une fois que je vais mourir, vous n'y pourrais rien y faire ! C'est injuste des deux côtés mais surtout du votre ! Parce que quand je vais mourir, c'est vous qui allez en souffrir !

    Ils reçurent tous mes paroles, choqués.

    Un silence me répondit.

    Lias se passa une main devant les yeux. Mais j'eu le temps d'entrevoir une étincelle de souffrance dans ces yeux.

    -Je ne veux plus en entendre parler ! fit Léo en partant, l'air en colère.

    Ruben et Nicolas se concertèrent du regard.

    -Tu es mortelles ? me demanda Ruben.

    J'hocha la tête.

    Il eut l'air choquer.


    votre commentaire
  • 06

    Oui, je me remis à courir.

    Car le but du jeu n'était pas que de trouver et de prendre le foulard...

    Non, il fallait ramener celui-ci dans notre base.

    C'était la partie la plus compliqué, car seul les attaquants pouvait tenir le foulard. Je ne pouvais donc le passer à personne d'autre qu'Emile.

    Ray me coursait tel un jaguar a plein gaz. Il puait la crotte de chien à des kilomètres. Je riais ouvertement :

    -Tu pus Ray ! Va te laver !

    -Je t'embête, petite peste ! hurla t'il.

    Kagan avait déjà abandonner : il n'avait pas beaucoup d'endurance.

    -Allez, vas-y ! T'es plus très loin ! entendis-je au-dessus de moi.

    -Allez Lily !!!! Fais-nous gagner ! entendis-je encore.

    -Allez Lily ! cria Ruben près de notre foulard bleu.

    J'allais y arriver, lorsque Nicolas se mit devant moi, comme pour me protéger et hurla :

    -Attention Lily !

    A ce cris, tout mes amis - dont Ray- m'entourèrent.

    Une dizaine de silhouette sortirent des ombres en nous entourèrent.

    Apparemment, d'autres vampires qui n'étaient pas du coin...

    -Vous auriez pas pu atteindre une milli-seconde de plus pour apparaître ? J'étais sur le point de gagner ! m'exclamais-je, exaspérer.

    Viviane et les autres arrivèrent.

    -Qu'est ce qui se passe ici ? cria Kagan.

    On soupira tous de ... d'agacement ?

    Kagan avait le physique d'une grosse brute prête à vous martyrisez n'importe quand, d'ailleurs, il a souvent eut beaucoup de problème à cause de cela, alors qu'en vrai, seul son physique fait peur...

    -Kagan, tait-toi ! fit Sabrina.

    Ray s'approcha du groupe et demanda :

    -Qui est à la tête de ce ... groupe ?

    Celui qui se trouvait devant lui leva la main.

    Un blond platine aux yeux bien rouge : il venait donc de se nourrir ... charmant.

    -Je suis Ray. Et vous qui êtes-vous ?

    -Nous sommes des vampires du Moussages en Auvergne. Je suis Benoit. Bref, on a couru jusqu'ici...

    -Et ? Fit Nicolas, tendus.

    -Et quoi ? fit un vampire de manière agressive.

    -Calme-toi, Brent. Ils ont le droit de savoir, on est dans leur territoire, après tout ...

    Le dénommer Brent montra les crocs en feulant et partit bouder plus loin.

    -Et donc ? repris Nicolas.

    -On nous a dit que c'est ici qu'on pouvait trouver ... la famille de sang pur, les Roosins. Est-ce vrai ?

    Tout le monde se détendis d'un coup.

    -Idiote ! me fit Nicolas en me tapant sur la tête. A cause de ton pressentiment débile j'ai eu peur pour rien !

    -Dis donc ! C'est toi qui l'a pris trop au sérieux ! lui répondis-je sur le même ton.

    -Ce n'est pas le moment pour les gamineries ! s'exclama Sabrina.

    Oui, il n'était pas rare que les vampires de toute part vienne voir ma famille. Comme Benoit l'a dit, nous sommes une des rares familles de sang pur. Pour la simple et bonne raison qu'il est difficile aux sang pur de copuler. 

    -Et donc ? demanda Benoit.

    Ray soupira.

    -Vous nous avez interrompus pour ça ? s'exclama Ruben. On allait gagner ! Je m'en fiche, on a gagné !

    -Le jeu n'a pas été fini. Match nul ! annonça Adrien.

    Quand est-ce qu'il était apparu ? Il a un don pour apparaître de nul part !

    On fit tous la tête.

    Je me leva, m'approcha de notre foulard bleu, j'y accrocha le foulard vert et j'annonça :

    -Je viens de finir le jeu ! On a gagné ? 

    Adrien soupira, siffla deux coup et s'exclama en souriant :

    -Le match est fini, les bleus l'ont emporté !

    On se tappa tous dans les mains en se félicitant les uns, les autres, pendant que l'équipe de Viviane étaient sous le choque et que le groupe de Benoit avait l'air perdu ...

    -Euh ... et donc ? demanda t'il pour la troisième fois, en se reprenant.

    -La famille Roosins se trouvent bien ici. Vous avez besoin de quelque chose de spécial ? répondit Nicolas.

    -On veut rencontrer la princesse au sang humain ! fit Brent en s'avançant vers nous.

    Sans le vouloir, je lui foutu un bon uppercut dans le menton.

    Il n'eut même pas le temps de le voir arriver ...

    Le groupe se tendit immédiatement.

    -Désolé, c'est partit tout seul ... juste appelez-moi encore une fois comme ça et vous êtes mort ... c'est clair ? les menaçais-je en les fusillant du regard.

    Oui, l'un des pouvoirs d'un sang pur et d'avoir un pouvoir de "supérieur" face aux autres vampire, si je le voulais, je pourrais les tuer. C'est pour cela que les sang pur sont redoutés et si rare, malheureusement...

    Je pu lire la peur s'insinuer en eux, petit à petit, jusqu'à ce que l'information leur monte aux cerveaux.


    votre commentaire
  • 05

    Il été partit, il y a maintenant 5 bonnes minutes.

    Je n'avais encore rien entendu : ni combat, ni bruit de lutte, ni coup de sifflet.

    Mais j'avais un mauvais pressentiment...

    -Psst ! entendis-je du côté gauche.

    Je me retourna sans un bruit.

    Nicolas était à deux branches au-dessus de moi ... quand est-ce qu'il était arriver ??

    -Qu'est ce qu'il y a ? articulais-je silencieusement.

    Il descendit, se mit à côté de moi et chuchota:

    -Viviane s'est violemment fait désinguer par Quentin et Sabrina ... c'était trop drôle ! Sinon, Ruben défend notre foulard et toi ? Quoi de neuf ? 

    -Je cherche une manière de m'approcher de ce foulard sans avoir à me battre contre cette brute de Kagan ! C'est encore lui le gardien de foulard ! J'en ai assez ! C'est comme de la triche ... et Ray qui sert de traqueur ...

    -Buh Buh ! fait-il en le mimant avec ces bras. Faux ! Ray est un attaquant aussi ! D'ailleurs, quand Viviane c'est battu, il l'a laissé tomber et est partit attaquer notre foulard ... il s'est pris le piège numéro 4 en pleine face ...

    Je ris discrètement :

    -haha, sérieux ? J'aurais jamais penser qu'il marcherait ! Une bassine de crotte de chien suspendu au-dessus d'un trou ! Il se voyait à des kilomètres ! 

    -Peut-être que Ray est malade ? dit-il en blaguant.

    Oui, un vampire -Ray en est un- ne tombe pas malade, c'est impossible !

    -Sinon, quand est-ce que tu compte attaquer ? Tu as besoin d'aide ? continua t'il.

    -Je vais pas tarder ... Emile attend mon signal pour faire diversion ... dit, tu as un bon odorat ?

    Il me fit une grimace.

    -Tu peux juste me dire si tu perçois l'odeur d'un intrus ou de quelque chose d'anormal ? lui demandai-je, pas rassurer.

    Il hocha la tête, sans poser de question.

    Nicolas est mon meilleur ami. C'est un vampire ayant le même âge que moi, enfin ... c'est un nouveau-né lui aussi. A la différence qu'il boit du sang. Le problème avec lui, c'est qu'il ne veut pas se fiancer. Il a donc été viré du nid et va au lycée, comme moi. Mais il est belle et bien un vampire, avec encore ces dents de lait...

    Il leva la tête et commença à humer l'air. Il me regarda à nouveau :

    -Non, je ne perçois rien de suspect ... pourquoi qu'est ce qu'il y a ? 

    -J'ai un mauvais pressentiment ...

    Il leva un sourcil, puis soupira.

    -Je suppose que ton pressentiment est à prendre en compte ... je vais faire attention. Va prendre se foulard, occupe toi seulement et uniquement de ça ! Je couvre tes arrières !

    Il se redresse et j'hocha la tête.

    -Je compte sur toi alors ! dis-je en sautant de l'arbre.

    A peine avais-je atterris par-terre, que j'utilisa la poussée pour me propulser en avant. 

    Je courus de toute mes forces vers le foulard, qui étais encore à environ 200 mètres.

    Je pris une grande inspiration, tout en courant, et je siffla le plus fort possible entre mes doigts.

    Immédiatement, j'entendis un sifflement de retour. Emile avait commencer à bouger !

    Il ne me restait plus que 50 mètres avant d'atteindre le foulard, lorsque je vis Kagan me foncer droit dessus en criant un "pas de quartier". Je réussis cependant à l'éviter avec souplesse. Mais en tournant la tête une demi-seconde, je vis Ray me charger à son tour derrière moi.

    Je commença a courir vers le foulard de toute mes forces, à pleine puissance.

    Kagan et Ray arrivait vers moi des deux côtés, tout en ayant le foulard droit devant.

    Encore 10 mètres.

    Encore 5 mètres.

    Encore 2 mètres.

    J'arracha le foulard du tronc de toute mes forces (je faillis déraciner l'arbre au passage) et je me remis à courir.

     


    votre commentaire
  • 27

    Avec moins de personne, la salle avait l'air plus grande.

    Un cercle se forma autour de Véronica qui se trouvait là, baguette à la main.

    -Mes frères et soeurs qui êtes rester pour la cérémonie de fidélité des partenaires des nouvelles rose, je vous remercie de votre présence pour les encourager ! Pour commencer, j'appelle à me rejoindre, celui qui sera le partenaire de la rose verte : Zeno Dal Re, venant d'Italie !

    Un jeune homme de mon âge, s'avança vers Véronica et se tourna face à nous. 

    Une silhouette bien taillé, une peau mat, des cheveux châtains et des yeux vert.

    Esi Kumba, la rose verte se mit devant lui et elle recula de deux pas.

    La rose verte de son chapeau se détacha de celui-ci et lévita jusqu'à Zeno.

    -Je jure en mon nom, d'être le partenaire le plus fidèle de la rose verte et de ne jamais lui tourner le dos !

    L'écho de sa voix rebondis sur les vitraux.

    Puis la rose verte descendit jusqu'à lui et s'ouvrit au-dessus de sa tête.

    -C'est le signe d'acceptation... me chuchota Niky.

    -Maintenant, j'appelle, Mia Ross, partenaire de la rose bleu, venant du Canada !

    Une jeune fille au teint beige, cheveux brun et yeux brun s'avança.

    La même scène se déroula avec Arthur Lux, la rose bleu.

    -A présent, le partenaire de la rose noir, Hikaru Sato, venant du japon !

    Un garçon aux cheveux noirs et aux yeux noirs s'avança.

    Encore une fois, la même scène se déroula avec Jin Sakurai, la rose noir.

    -Et maintenant, j'appelle le partenaire de la rose blanche. J'avoue que nous avions beaucoup hésiter sur celui-ci, car la rose blanche à venir et aussi spécial qu'imprévisible. J'appel donc, Ethan Laurelin, venant de Spell City, espérant qu'il soit à la hauteur.

    Un garçon aux cheveux brun et aux yeux gris s'avança.

    Suzanne Wheeler vint devant lui mais ne recula pas.

    -Es-tu certain de ta décision, jeune sorcier ? demanda t'elle.

    -J'en suis certain. Et comme je vous l'ai dit, si vous pensez que je ne fais pas mon boulot, vous pouvez me faire ce que vous voulez !

    -Bien, alors commençons... fit Suzanne.

    Elle recula seulement d'un pas et tendis ces mains vers le dénommé Ethan :

    -Jeune sorcier, Ethan Laurelin, acceptes-tu de juré fidélité à la rose blanche ?

    -Je le jure.

    -Jures-tu de ne jamais la trahir ? De ne jamais la laisser s'entacher ? De toujours lui montrer le chemin pour la guider ? De ne te dévouer à elle et rien qu'à elle ?

    -Je le jure sur ma vie et sur mon sang, rien n'entachera la rose blanche.

    Suzanne hocha la tête et la rose lévita jusqu'à ce qu'elle s'ouvre au-dessus de la tête d'Ethan.

    Pourquoi tant de question pour le partenaire de la rose blanche ? me dis-je.

    -Parce que la rose blanche, est la rose la plus délicate et la plus pur. Elle est la chef de la bande, si tu vois ce que je veux dire. Les autres roses sont ses gardes du corps en quelques sortes. La rose blanche et celle qu'on considère comme étant la plus puissante sorcière de l'époque. Je me demande qui a été choisi ... sa doit être un vrai monstre de puisance ... m'expliqua Gaby.

    -Sinon, outre cette question, je crois bien avoir gagner mon paris, chère frère ... fit Niky.

    -Comment sa ? fit Dany.

    -Si nous voyons bien les partenaires, il y a 3 garçons et une fille et donc ... cela veut dire ... mmm ... tu vois ?

    Dany grogna.

    -Oui, chez les nouvelles roses, il y a donc 3 filles et un garçon ...bravo Niky ! fit Gaby.

    -Sur ce, je clos cette soirée et cette cérémonie ! A notre revoyure et à notre lendemain ! s'exclama Véronica.

    -Vous avez encore parier ? Vous savez bien que c'est toujours Niky qui gagne ! dis-je, faussement exaspéré.

    -Salut les triplés ! Vous êtes rester ? Merci du soutien ...

    Ethan Laurelin venait d'apparaître à nos côtés. 

    Non, je ne l'avais pas vu arriver.

    -Oui, enfin, on est surtout rester pour avoir des info' sur les roses ! fit Niky.

    Ethan rit. Il avait un jolie rire. Il se tourna vers moi :

    -Tu es leur petite soeur ?

    J'observa Gaby. 

    Celui-ci vint me prendre dans ses bras d'un air protecteur :

    -C'est tout comme, donc bas les pattes !

    Ethan rit de nouveau :

    -Ne t'inquiète pas, je voulais juste savoir ! Après tout, vous parlez toujours d'elle, alors au bout d'un moment, je voulais moi aussi la rencontrer !

    A ces mots, mon visage commença à se chauffer. Je devais être rouge pivoine.

    -Calme-toi ! On ne parle de toi qu'entre nous et il a dû nous entendre ... me murmura Gaby.

    Plus mal à l'aise, tu meurs ...

    Je soupira et me dégagea de l'emprise de Gaby :

    -Arrête de lire dans mes pensées ! Et toi, arrête de rigoler ! dis-je à l'attention de Niky.

    -D'accord, d'accord, fit Niky en levant les mains, je me rend ! 

    -C'est rare de te voir en dehors de l'île. Je n'aurais jamais pensé que tu deviendrais le protecteur de la rose blanche... fit Dany.

    -Oui, au départ, ils étaient contre le fait que je vienne. Mais je veux vraiment le faire ! J'ai été préparer à l'être depuis ma naissance ! Toute ma raison d'être et de vivre est de protéger la rose blanche, c'est tout. fit Ethan.

    Il avait l'air à la fois fière et desespérer :

    -Eh ben ... euh ... Ethan ? Je te souhaite bonne chance pour la suite ! Je dois rejoindre mon père, à bientôt Niky, Gaby, Dany ! dis-je en m'enfuyant partant rapidement.

     

    -Papa, vu que c'est fini, on y va ? dis-je en le rejoignant.

    Il hocha la tête :

    -D'accord, mais où est Mamy ?

    -C'est vrai sa ... depuis le début de la cérémonie de fidélité je ne l'ai plus vu ... Mamy ? dis-je un peu fort.

    Mamy apparut devant moi :

    -Tu m'appelles et je viens ma petite, c'est cela un pacte !

    -Bien, alors on y va ! fit mon père.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires