• 64

    Je me rendis compte alors que je pleurais.

    -Hein ? Que ...

    J'essayais de m'essuyer les larmes, mais elles ne s'arrêtaient pas de couler.

    Elle continua de me bercer et m'encourager en me chuchotant des choses rassurantes, jusqu'à ce que je me calme. Le chat n'avait pas broncher et dormer toujours coller à moi.

    -C'est bon ? me demanda t'elle, une fois mes joues séches.

    J'hocha la tête.

    -Tu es la deuxième personne a me calmé de cette manière ...

    Elle sourit :

    -Eh bien sa marche plutôt bien. Tu ne te sent pas plus légère maintenant ? Pleurer fait toujours du bien et soulage énormémément. Pleurer est une chose que nous les filles possédons pour être plus forte, il faut l'utiliser et même l'user ! Mais il ne faut pas en abuser et pleurer pour rien ...

    -Les garçons pensent que c'est une faiblesse... dis-je en me mouchant dans un mouchoir qu'elle venait de me tendre.

    Elle se rassit à sa place.

    -Toi aussi tu as grandit entouré d'homme ? On est dans le même bateau ... fit-elle en riant.J'ai deux grand frères et un ... ami. Enfin, Nicolas n'est pas vraiment un ami ... il l'a toujours été mais, si je devais définir notre lien, je devrais dire qu'il est mon âme-soeur...

    Je souris :

    -Il doit te manquer ... Oui, comme tu dis, on est dans le même bateau ...  J'ai deux grands frères et une soeur. Je suis la dernière... et la plus étrange certainement ...

    Et je me mis à lui raconter pour la 3e fois de la "journée" mon histoire de long en large et en travers. Je sentais de tout mon être que je pouvais lui faire confiance.

    Une fois mon récit finit, elle avait les yeux qui briller :

    -Alors comme ça tu es la princesse ? J'ai entendu parler de toi ! Penser te rencontrer ici ... je comprend mieux ! J'aurais dû m'en rendre compte à ta couleur, quelle idiote je suis !

    Elle riait et s'exclamais, joyeuse et pleine de vie.

    Son attitude me mettait du baume au coeur. Je me sentais mieux en sa présence.

    Est-ce pour cela que mon chat n'avait pas réagit lorsqu'elle m'avait enlacer ?

    Je le caressa, il se redressa et s'assit face à moi. Il me mit une pate sur la bouche.

    "Un vrai chat !" pensais-je en souriant. Il commença à me carressait le menton de sa tête.

    -Il t'aime vraiment beaucoup se chat, prends-en soin ! s'exclama t'elle en mangeant un morceau de brownies.

    -Dis, tu es vraiment une vampire ? dis-je pour la énième fois.

    -Est-ce si dur a croire ? demanda t'elle en riant. Je suis une princesse de sang pure mais j'ai rejetter la cérémonie du sang. J'ai vécu presque comme une humaine jusqu'a récemment. Je me nourris comme les humains avec une certaines préférences pour les sucreries ...

    -J'ai remarqué ! dis-je en riant à mon tour. Mais tu dors vraiment de puis longtemps, non ? Tu ne peux pas te réveiller ?

    Elle reposa le cookie qu'elle était sur le point d'engloutir :

    -Je ... si je me réveille je n'aurais certainement pas plus de deux jours à vivre, celon mon médecin. Je ne suis qu'une vampire de sang pure a moitié éveiller ... c'est un état instable dû a mon rejet de sang ...

    -Et tu n'as pas encore trouver de solution ?

    Elle fit non de la tête.

    -Je ... je pense pouvoir t'aider. Je ne sais pas encore comment mais je pense que j'en suis capable ... tu me fais confiance ?

    Elle sourit :

    -On est amie. Je te fais confiance. Je n'ai plus rien à perdre à part la vie de toute façon ! fit-elle nonchalante.

    -Hé ! Ne sois pas si pessimiste on dirait moi ! dis-je en feignant d'être vexer.

    Elle rit de nouveau. Mon chat sauta à terre.

    Lorsqu'elle redirigea ces yeux vers moi, elle s'arrêta de rire et ses yeux perdirent un peu de leur joie :

    -Aria, il faut que tu t'en aille, ta porte du réveil vient d'apparaître...

    Je me retourna pour suivre son regard, et en effet, la même porte enflammer était réapparut.

    -Lily, je te promet de revenir le plus vite possible ! Je vais essayer de trouver une solution pour toi ! C'est promis ! Alors attend moi ! dis-je en me levant et en ramassant mon chat.

    Celui-ci me lécha la joue, je souris.

    -Ne t'inquiéte pas, je ne risque pas de bouger d'ici. Revient quand tu veux ! fit Lily en me faisant unsigne d'au revoir.

    Je le lui rendis et m'avança vers la porte.

    Alors que je m'y engoufrais, elle s'exclama :

    -Aria, rapelle toi : avant d'avoir des doutes : tu es Aria. Seulement Aria ! C'est suffisant, crois-moi !

    J'aurais voulu me retourner et courrir lui faire un câlin, mais c'était déjà trop tard.


    votre commentaire
  • 63

    Je n'arrête pas de dormir, ces derniers temps.

    Cela en devient une habitude ! J'en ai assez de dormir, m'évanouir, dormir !

    -Tu n'y peux rien, me répondit une voix.

    -Comment sa, "je n'y peux rien" ? demandai-je en buvant une tasse de thé fumante qui se trouvais devant moi.

    -Plus une personne est puissante, plus elle a besoin de sommeil. L'énergie physique est importante mais l'énergie psychique l'ai encore plus ... d'ailleurs, qui es-tu ?

    -Ne devrais-tu pas commencer par te présenter toi d'abord ?

    La personne rit.

    -Je m'appelle Lily. Je suis une vampiresse assez ... spécial. Et toi ?

    -Je m'appelle Aria. Je suis ... perdue.

    La jeune femme rit de plus belle. Son rire était contagieux, car elle réussit a me faire sourire.

    -Où nous trouvons-nous ? demandai-je.

    -Aucune idée, nous sommes dans ton rêve mais aussi dans le mien ... un mélange des deux peut-être ? dit-elle en mangeant un donuts.

    J'en profita pour observer les alentours : derrière nous, une fôret et un portail. Devant nous, le manoir de Dom Aegil. Là où nous étions était un jardin gigantesque remplit de verdure et d'arbuste taillé de manière ... féérique. J'étais assise sur le trône blanc de mon rêve précédent. Devant moi, se trouvé une petite table ronde où était disposer une douzaine de sorte de gâteau différente que Lily engloutissait avec une joie visible. Je repris ma tasse chaude entre les mains et bus une gorgée.

    Le chat bleu et rouge apparut d'un coup en dessous de ma chaise et sauta sur mes genoux pour se lover contre mon ventre.

    -Il est mignon et étrange à la fois ... est-ce ton chat ? me demanda la dénommé Lily.

    -Oui et non. C'est apparement la forme de mon pouvoir... dis, c'est un rêve, n'est ce pas ? Alors tu n'existe pas vraiment, n'est-ce pas ?

    -Si. J'existe. Je dors depuis un certain temps déjà ... j'ai déjà perdu la notion du temps. Mon corps est très affaiblit par le changement d'ADN alors je dors le temps de trouver une solution autre que la mort ... et toi ? Tu m'as dit que tu étais perdue ... si tu m'expliquais ?

    -On a le temps tu penses ? Parce que c'est long ...

    -Dans un rêve, on a toujours le temps, Aria ... fit elle en souriant.

    Elle m'avait dit être vampire, mais elle ressemblait plus à une humaine qu'autre chose.

    -Quel âges as-tu ? demandai-je, curieuse.

    -J'ai dû faire mes 18 ou 19 ans récemment ... cela fait longtemps que je ne me suis pas réveillé. Et toi ?

    -J'ai 15 ans ... bientôt 16. Dis ...  tu es vraiment une vampire ? Tu n'es ni pâle et tes yeux sont magnifique !

    Elle eut l'air suprise :

    -Merci. Je trouve que tes yeux bleu sont vraiment beaux. Tes cheveux sont naturel ?

    Je baissa la tête, tout en faisant signe que oui.

    -Tu m'a dit que tu étais perdue. Si tu es ici, c'est que ton ADN change de forme, toi aussi, non ? Qui es-tu, Aria ? me demanda t'elle.

    -Mmm ... pour résumé mes parents sont chasseurs, je suis née Sicarius et mes pouvoirs ont été sceller et ... j'ai vécu comme une chasseuse mise à l'écart pendant plusieurs années de ma vie avant de péter un câble et de desceller mes pouvoirs. Et maintenant, je suis certainement en train de me changer en Sicarius... ce chat et ce que j'ai descellé ... dis-je en caressant le-dit chat.

    Il ronronna.

    -As-tu peur de la transformation ?

    Je fis non de la tête.

    -Regrettes-tu d'avoir desceller ce petit chat ?

    -Non. Je penses même que j'aurais dû faire sa plus tôt ...

    -Alors pourquoi es-tu perdu ?

    -Disons que je ne sais plus où j'en suis ... et je ne suis plus certaine de savoir qui je suis ...

    Elle but son thé d'une traite et engloutit un cookie. Elle me fit signe de faire de même.

    Je pris un cookie et le mangea délicatement.

    Lily m'obseva, ses yeux emplit de compassion et se leva pour s'approcher de moi.

    Elle m'enlaça par derrière :

    -Tu as vraiment l'air perdue, Aria. Je pense que si tu es venu jusqu'à moi, c'est que je dois t'aider ... ne t'inquiéte pas et ne pleure pas, je suis là, tu n'es pas seule !

    Elle colla sa joue à la mienne.

    Je me rendis compte alors que je pleurais.


    votre commentaire
  • 62

    Son recul me fit de la peine.

    -Aria, ne pleure pas. Laisse lui le temps d'absorber tout ça ... il s'en veut déjà énormément pour ce qui s'est produit ... à l'époque. Il a encore faillit raté le coche cette fois-ci, il s'en veut surement encore plus ...

    -Mais cette fois ... dit tu peux me décrire ce qui s'est passé ? S'il te plaît, Axel !

    Mon frère échangea un regard avec Briag et hocha la tête d'une manière entendu.

    -Aria ... par quoi devrais-je commencer ...

    -Tyona m'a demandé de montrer mon pouvoir. Et aprés, la seul chose dont je me souviens et d'avoir vu mon feu me soutenant comme un tabouret et Briag qui me tend la main ... pour m'endormir.

    -Tu ... tu as fermer les yeux. D'abord il n'y a rien eut. Puis d'un seul coup, on a tous ressentit une onde meurtrière qui nous a tous fait reculer. Et autour de toi a commencé a apparaître une sorte de flamme géante et informe possédant plusieurs couleur, comme du bleu, du rouge, du violet et d'autre couleur ... un vrai arc-en-ciel, quoi. Ce feu ta entouré, tes sphères ont commencè a gravité autour de toi d'une manière vraiment menaçante pour nous. La flamme qui t'entouré et devenu toute bleu d'un coup et a commencer a grandir, jusqu'a faire un trou au toît. Après, comme si quelqu'un avait baisser le feu, la flamme a rapetissit et n'a entouré que toi. Tes sphères ont disparut et tu as commencé a saigné du nez. Tu pâlissais de plus en plus et ton feu ne nous laisser pas approcher. C'est là que Dom Aegil a réussi a trouvé une brèche et contrôlé ton pouvoir un minimum pour qu'on puisse s'approcher de toi.

    -C'est là que tu as repris conscience quand ton frère ta touché, poursuivit Briag. J'ai essayé de te sortir de ton feu en essayant de faire en sorte que tu restes cosnciente mais ce fut compliqué et tu t'es rendormis. Après, ton feu a tourné de bleu à violet et a commencé a te guérir.

    -On a réussit tant bien que mal a t'emmener ici, grâce au pouvoir d'Eren qui est arriver au bon moment et on a tout essayé pour te réveillé jusqu'à tout à l'heure... conclut Axel.

    Leur histoire paraissait à la fois irréaliste et très plausible. Mais je sentais qu'il me cachait quelque chose.

    -Qui était alors l'ombre bleu dans mon rêve, d'après vous ? demandai-je, sceptique.

    -Certainement le Roi bleu ... fit Axel.

    Briag le fixa bizarrement avant de reprendre :

    -Ton sang bleu a du faire quelque chose pour te réveillé. En tout les cas, j'espère que ton chat va apprendre a se tenir tranquile parce qu'il m'a parut dangereux...

    Je lui tira la langue, il sourit.

    -Juste n'en parlait a personne, s'il vous plaît ... promettez-le... Eren aussi ...

    Mes paupières papillonaient toute seul.

    -Aria, rendors-toi. Tu es fatigué. Je te promet de ne rien dire. Dors.

    Et sur ces belles paroles d'Axel, je m'endormis.


    votre commentaire
  • 61

    Mon culot me surpris moi-même.

    Rien que de demander à Dom Aegil de sortir alors qu'il était chez lui, aurait dû me mettre mal à l'aise. Mais il n'en fus rien.

    Tyona, Telma et Laura sortirent les premières, en silence.

    Papa les suivèrent en compagnie de Larry.

    Dom Aegil soupira et sorti à son tour, pousser par Vesna qui s'exclama avant de passer le seuil :

    -Ne t'inquiéte pas, Aria. Suis ton instinct !

    Je souris. Vesna était adorable.

    Eren s'approcha de moi, avec délicatesse.

    -Tu penses que je peux te toucher ou ton don va me brûler ?

    Je ferma les yeux. "C'est mon frère" pensais-je très fort.

    Je rouvris les yeux en hochant la tête.

    Il avança sa main, doucement et réussi a me caresser la joue et à mettre sa main sur mon front.

    -Ca va, tu n'as pas de fièvre ... constata t'il avec un soupire de soulagement.

    Je remarqua alors qu'Axel me dévisageait d'une manière étrange.

    -Qu'est ce qu'il y a ?

    -Je ... t'expliquerai.

    Briag fit un signe du doigt vers la porte et celle-ci se referma toute seul :

    -Bien, maintenant qu'il ne reste que ceux que tu as choisi, parle.

    -Curieux ? demanda Eren en riant.

    -Très ! s'exclama sincérement Briag.

    J'inspira profondément.

    Et une fois de plus, j'expliqua mon histoire, depuis que j'avais desceller mon pouvoir jusqu'a maintenant, en étant sincère et en ne cachant rien. Je leur expliqua même mes ressentits lors de certains passages.

    Ils m'écoutèrent tous attentivement, sans posés de questions.

    Lorsque j'eus fini, un silence de réflexion s'ensuivit.

    -Je ... vois. conclu Axel en brisant le silence. Alors il est peut-être temps que je rompt ma promesse, moi aussi. Sa te soulagera déjà beaucoup et te rendra peut-être ta mémoire... je ne pensais pas qu'ils  t'avaient carrément laisser un trou noir pour mémoire ... je comprend moi aussi beaucoup de chose, maintenant.

    Briag se leva et commença a faire les cents pas en silence, tournant et retournant de long en large.

    Eren avait l'air ... encore plus mal qu'avant. Il était livide.

    J'avança ma main vers lui mais il recula. Il avait l'air en état de choque. Il se leva et sortit de la chambre sans dire un mot.


    votre commentaire
  • 40

    Une odeur sucrée me fit ouvrir les yeux.

    -Réveillé ? Le petit déjeuné est servis ! fit Aoibheal. Tu peux te lever ?

    J'essaya et réussi avec son aide.

    -Viens. dit-il simplement en me prenant par la main.

    On descendit dans la grande salle a mangé bruyante.

    Toute sorte de créatures mangeaient toute sorte de nourriture.

    Au centre de la cohue, Aibell était attabler avec Adrien.

    On alla les rejoindre.

    -Bonjour ! dis-je en souriant.

    -Bonjour Lily ! Bien dormi ?

    J'hocha la tête en m'asseyant.

    Adrien buvait un café noir.

    -Que veux-tu manger ? me demanda Aoibheal.

    -Du sucrée ... des gâteaux ou quelque chose du même genre ...

    -Je te l'apporte, reste assise.

    -Comment te sent-tu aujourd'hui ? me demanda Adrien.

    -Bien et pas bien ... j'ai l'impression que c'est la seul chose que tu me demande depuis hier, Adrien.

    -Loin des humains et du sang, ton père a jugé bon que je t'amène ici. Il a eut raison, jusqu'ici tu n'as pas fait de crise... fit Aibell.

    Aoibheal me ramena une assiette remplit de cookie et un chocolat chaud qu'il déposa devant moi.

    Il s'assit à côté de moi.

    Je commenca a deguste les delicieuses douceur de ce manoir.

    -Qvfui cwizine auffi bfiwen ? demandai-je la bouche pleine.

    Adrien esquissa un sourire :

    -Princesse, on ne parle pas la bouche pleine ! 

    Je fis la moue, mais ayant la bouche pleine, j'avais certainement juste l'air d'une petite goinfre.

    -Desole Lily, je n'ai pas compris ... fil Aibell en riant.

    J'avala le cookie et redemanda :

    -Qui est-ce qui cuisine aussi bien ? C'est delicieux !

    Aoibheal m'ebourifa les cheveux :

    -Tu les connais pourtant tres bien, non ? Tu avais mis du miel dans tout les coins du manoir pour les faire venir a l'epoque ... me dit il en pouffant.

    J'avais fait une chose pareil moi ? Je fouilla ma memoire...

    -Ah ! dis-je en me rappelant. Les brownies ! Ils sont toujours la ?

    -Oui, ils sont accompagner de lutin. Les plat sont fait par les brownies mais les gateaux et choses sucrees sont fait par les lutins. En echange de miel, evidemment !

    J'en avais l'eau a la bouche.

    Je bu donc mon chocolat chaud.

    -Comment te ... commenca Adrien.

    -Si tu me demande encore une fois comment je me sens, Adrien, je vais m'enerver ! m'exclamais-je avec un sourire mauvais.

    Il soupira en hauchant la tete.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires