• 41

    Une fois les chants fini, la voix de Dieu nous parvins :
    -Mes anges, mes enfants, un nouveau monde a vu le jour.
    -Nous savons ! répondit-on, tous en choeur.
    -De ce fait, vous aurez certainement plus de travail grâce à l'homme. Une nouvelle organisation est nécessaire. Etes-vous d'accord ?
    -Oui, père ! répondit-on. Est-ce à cause de l'humain ?
    Nous entendîmes rire. Un rire grâcieux contenant milles clochettes.
    -Il vient tout juste de commencer a existé que vous le tenez pour conséquence ? Mais c'est exacte. C'est de son fait.
    -Nous comprenons, père. Qui s'occupera de la nouvelle organisation ?
    -Ouriel et Caliel, je vous en charge, mes enfants. Il est à présent temps que les Vertus vous remplacent. Allez en paix ! fit la voix du créateur.
    Nous sortîmes tous, un autre groupe entra.
    -Nous comptons sur toi ! me fit Lauviah en baillant.
    -Les chants d'aujourd'hui était magnifique, comme d'habitude ! s'exclama Nelchael à Ouriel.
    -Vous chantez tellement bien et d'une façon si belle que l'inspiration me vient toute seule ! répondit ce dernier.
    -J'y vais, mes petits démons m'attendent ! fit-elle en partant, l'air joyeuse.
    Les autres en profitèrent pour partir.
    -Je suppose qu'on va devoir descendre sur ce nouveau monde pour en savoir plus ... fit Ouriel, mal à l'aise.
    Lui et moi n'avions pratiquement jamais parler.
    Son travail était de créée une mélodie et nous, le choeur, de la chantée.
    -Je suppose aussi ... mais ce monde n'est apparement pas du tout fait de la même manière que les autres ... le mieux serait d'aller chez Bélphégor pour en savoir plus... dis-je à voix haute, tout en réfléchissant.
    Je vis Raphael arrivait en courant.
    -Ne t'en fais pas, les autres sont déjà dedans, il ne manque plus que toi ! le rassurais-je.
    Il soupira de soulagement :
    -Merci Caliel ! J'avais peur qu'il ne manquait Ariel ...
    -Vas-y ! l'encourageai-je en lui faisant un clin d'oeil.
    Il hocha la tête et entra.
    -Et si on allait dans mon bureau ? Ce serait plus tranquile pour discuter ... proposais-je.
    Il accepta et me suivis.

    Cela devait faire plusieurs minutes, qu'on était assis face à face, sans avoir dit un mot.
    -Dis-moi, Ouriel, quel est ton don ?
    -L'air.
    -Non, je veux dire ... quel est le trait de caractère qui te dirige ?
    Il eut l'air de comprendre :
    -Je vois la lumière et le bon en chaque créature, enfin ... je crois ...
    Il n'en avait pas l'air certain.
    Je me souviens que lorsque le créateur nous avaient demander à tous notre avis sur la création d'un être nous ressemblant tout en étant différent, certains anges, dont Ouriel n'était pas tout à fait d'accord. Ou même certains avaient été carrement contre.
    Mais le créateur l'avait quand même créée, l'appelant "l'homme".
    Je n'avais pas encore été le voir. Ce n'était pas vraiment dans mes priorités, je n'en avais pas encore eut l'occasion. De ce que je sais, "l'homme" avait été puni alors qu'il était encore parmi nous. Je n'en savais pas plus.
    -Et si on sortait voir Bélphégor ? Rester ici ne nous avancera pas à grand chose ... as-tu déjà vu cet ... "homme" ?
    -Oui. Comme j'étais de ceux en désaccord à sa création, père nous a emmené le voir lors de son moment de faiblesse, avant qu'il ne faute.
    -Faute ? Qu'a t'il fait ?
    -Il a transgressé une régle que père avait mis en place.
    -Et que s'est-il passé ensuite ?
    -Comment cela ?
    -Tu sais bien que lorsqu'on désobeit, nous sommes puni. Et pour cette nouvelle créature ?
    -Oh ... euh ... il a été chassé d'ici pour toujours et est à présent tenu de rester sur le nouveau monde ... "la terre", si je me souviens bien.
    -Où se trouve ce nouveau monde ?
    -Là où une étoile brillante a été créer. Le ... "soleil".
    -Ah ! La grosse boule qui produit de la lumière ? Je l'ai vu ! Et le nouveau monde n'a pas brûlé ? Père nous a pourtant prévenu de ne pas trop nous en approché ...
    -Je n'en sais pas plus. Mais cet homme nous ressemble sans nous ressembler ... c'est assez étrange...
    Je me leva, il me suivit sans poser de question.


    votre commentaire
  • 45

    Sitaël s'approcha de moi :
    -Toujours aussi prudent et impatient, dis-moi ! Alors dis-moi, de quel sorte d'information as-tu besoin ?
    -Des informations du genre : quel liens avec les hommes nous avons ? Le système mit en place devra se coordonné facilement au nouveau monde. Ca ne va pas être simple si je dois traiter quelque chose d'abstrait ... c'est pour sa que je ne dis pas non pour descendre. Je connais les risque, c'est peut-être pour ça que père m'a donné ce travail ...
    -Je vois. fit-il, l'air penseur. Ce n'est pas faux ... pour répondre à ta question, dis-toi que niveau caractère, l'homme nous ressemble. Il possède certain de nos traits de caractère, comme la patience, la sympathie, la compassion ...
    -Ou le contraire, comme nous les démons : l'impatience, la desobeïssance, la paresse ... fit Satan.
    Satan. Sous sa forme de démon. Il était accompagné d'un autre démon qui continua sa phrase :
    -Le contraire du bien c'est le mal, contre le contraire de l'ange, c'est le démon. L'humain a mangé le fruit de la connaissance, c'est à partir de là que notre système et le nouveau monde entre en coordination.
    -Magoa, tu sais bien que tout cela reste un concept humain ! s'exclama Satan.
    -Et pourtant, père m'a toujours bien dit qu'à chaque chose créée, son contraire existe ! C'est pour cela qu'un équilibre parfait se tient entre chaques mondes et chaques créatures ! expliquai-je.
    -Si seulement tu avais été aussi réfléchis, lorsque tu étais petit ... fit Sitaël en soupirant.
    Je vis Jeliel s'approchait de nous.
    Je pris dans mes bras Ipes, qui dormait profondément et me leva :
    -Sur ce, j'ai à faire ! A bientôt !
    Et je m'envola.
    -Caliel ! Revient ici imédiatement ! entendis-je Jeliel, ordonner.
    Mais je fus déjà dehors, sur le chemin du dortoir.
    -Tu aurais dû y retourner ... elle aurait peut-être était clémente ! s'exclama Magoa, qui volait à mes côtés.
    -Qui retournerait vers quelqu'un en sachant qu'il se ferait rabrouer ? En tout cas, pas moi ! dis-je en me posant devant le dortoire.
    Alouqua sortit à ce moment là précis, en panique :
    -Caliel, je ... (elle vit Ipes) il était avec toi ! Ce petit garnement a disparu quand j'avais le dos tourné !
    Elle le prit dans ces bras.
    -Je le punirais plus tard. Va te reposer toi aussi, tu m'as l'air épuiser ! lui conseillais-je.
    Elle hocha la tête, en souriant et entra dans le batiment.
    Il était temps pour moi de me mettre au travail !


    votre commentaire
  • 93

    -Euh ... Camille ?
    Le loup fit non de la tête. Et baissa la tête, comme lorsqu'un chien demande des caresses.
    Je mis donc ma main sur son front.
    Une pensée fit surfasse dans mon esprit :" Princesse, je suis Stan. Je suis a présent à ton service, par ordre du Roi Bleu."
    -Nous n'avons aucun pacte. Quel preuve as-tu pour que je te crois ? demandai-je pour le mettre à l'épreuve.
    "Si nous faisons le pacte d'asservissement, tu auras accés a toute ma mémoire."
    -Ce n'est pas une preuve.
    Il eut l'air de douter ou de chercher quoi faire. Je n'arrivais pas bien à lire ses émotions ... évidemment puisqu'un loup est assez bestial.
    "Princesse ferme les yeux, je vais me transformer"
    Je retira ma main et recula d'un pas.
    -Je vais fermer les yeux pendants une minute. Pas une de plus, est-ce clair ? Si je sens ne serait-ce qu'une pointe de danger je te tue.
    Le loup hocha sa lourde tête.
    Je ferma les yeux, tout en voyant Eren au téléphone du coin de l'oeil.-C'est bon, tu peux les ouvrir ! s'exclama une voix masculine.
    Je le fis et découvrit un garçon à peine plus vieux que moi, me dépassant largement en taille. Cheveux blanc, yeux noir, profond.
    Il mit un genou à terre :
    -Princesse, je suis Stan, envoyer par le Roi bleu. Je m'excuse, je n'ai aucune preuve. Si vous ne voulez pas de moi, tuez-moi. Si je n'entre pas à votre service, ma vie n'a plus aucun sens.
    J'ébouriffa ces cheveux qui m'intriguait. Il se laissa faire.
    -Tu es né avec cette couleur ?
    Il hocha la tête, doucement, mal à l'aise.
    -Je suis aussi né avec les cheveux bleu. J'ai mis du temps a l'accepté, mais maintenant j'en suis presque fière. Quel âge as-tu ?
    -17 ans, princesse.
    -Quels sortes de serment veux-tu me prêter ?
    -Celui qui vous conviendra au mieux, princesse.
    J'avais toujours ma main dans ces cheveux. Ils étaient tout doux, c'était agréable.
    Eren s'approcha, jetant un regard étrange au garçon, à genou devant moi :
    -Ne me dis pas qu'il te fait une demande en mariage ? Parce que c'est vraiment pas le bon moment ... Ethan arrive dans cinq minute.
    Je ris :
    -Non, pas de mariage prévu ! Je suis beaucoup trop jeune !
    Stan leva son regard vers moi, incertain.
    -Néanmois, continuais-je, je pense qu'avoir un loup-garou protecteur me fera avancer dans le chemin de la Aria Sicarius. Stan, j'accepte ton offre.
    Stan baissa la tête, ému. Je vis une larme roulait le long de sa joue, discrétement. Il la sécha rapidement et releva la tête, décider.
    Il me tendis la main, toujours dans la même position. Je la pris entre les miennes. Mon manteau de feu et mes sphères sortirent, un cercle bleu apparut sur sa main :
    -Moi, Stan Wuruhi, loup de la lune blanche, jure solenellement que ma vie ainsi que toute mon existence sera voué à ma maîtresse, Aria, Sicarius de sang bleu. J'excaucerai ces souhaits quel qu'il soit et lie ainsi ma vie et ma destinée à la sienne.
    -Moi, Aria Ray, Chasseuse et Sicarius de sang bleu accepte ce pacte et la vie de Stan Wuruhi entre mes mains. Que son destin soit lié au mien !
    Sa main brillait de plus en plus.
    J'avais lu le processus de pacte dans l'un des livres de Dom Aegil. Un livre parlant de pacte avec chaques créatures et leur loi. Cette bibliothéque était vraiment une mine d'or !
    Je lâcha sa main. Il prit la mienne et lui fit un baise-main :
    -Merci de m'avoir accepté, maitresse. Merci...
    Des larmes pleins les yeux, il leva vers moi un regard plein de gratitude.
    -Stan, lève-toi et montre moi ta main.
    Il s'éxecuta.
    Je vis la trace du pacte. Un cercle bleu ayant en son centre un croissant de lune blanche.
    -Tu m'as dit faire parti des loups de la lune blanche ?  Es-tu un zoothranpe ?
    -Non, les loup-garous ne sont pas zooanthrope. Et oui, j'en fais parti.
    Les loups de la lune blanche sont des loups assez rare, ce sont les loups né lors d'une nuit de pleine lune, lorsque la lune est à son point de zénithe.
    Le livre parlait de loup béni par la lumière lunaire ... ça expliquait ces cheveux blanc.


    votre commentaire
  • 44

    On la suivit jusque dans la terre du milieu. Il y avait là-bas, un bâtiment rond, où se tenait les assemblées.
    La salle ressemblait à un gigantesque amphithéâtre . Seul les 72 premiers anges aînés et les démons de niveau supérieur pouvait y prendre part, sauf cas exceptionel, comme maintenant avec Ouriel.
    Il s'assit à côté de moi, raide comme le tronc d'un arbre.
    -Détend-toi et sois toi-même. Si tu veux parler, parle. Si tu veux donner ton avis, donne-le. Si tu veux contredire, contredit. Mais sois fidèle à toi-même ! D'accord, Ouriel ?
    Il hocha la tête, l'air sérieux.
    -Et toi tu as intérêt à te faire transparent ! Est-ce clair ? chuchotai-je à Ipes qui était assis à mon autre côté, coller à moi comme de la glue.
    Il hôcha la tête, intimidé par le monde présent.
    Les lourdes porte de la salle se fermèrent, cela voulait dire que tout les anges et démons nécessaires à l'assemblée était présent.
    -Mes frères, mes soeurs, bienvenu à cette nouvelle assemblée ... commença Daniel.
    Je roula des yeux et pris un air ennuyé. Jeliel me repris d'un simple regard. Daniel, un ange naît bien après moi, était l'ange de l'éloquence. Il dirigeait la bienséance des assemblée.
    Il parla un bon bout de temps avant que je ne commence déjà a me lassé.
    - ... et père créa la terre, un monde à la fois ressemblant et différent de notre monde. Je rajouterai ...
    -Euh ... Daniel, c'est pas tout ça, mais j'aimerai commencer l'assemblée. Père m'a donné une mission assez prenante avec peu de temps, ainsi qu'à Ouriel, ici présent. On peut commencer ? dis-je en le coupant, une main levé.
    Il prit un air pincé mais hocha la tête.
    Je vis à la tête de Jeliel que j'allais passer un mauvais quard d'heure aprés cette assemblé. J'allais devoir m'enfuir rapidement ...
    -Quel est la mission exacte que père vous a donné ? demanda un démon.
    -De réorganiser tout notre système pour l'accorder aux besoins du nouveau monde. Apparement le nouveau monde ... la terre, c'est ça ? Oui ... la terre n'est pas comme les autres mondes. On est impliqué dans son système de "vie". Mais comme je ne sais pas vraiment de quoi il s'agit j'ai besoin de plus d'information. C'est pour cela que je voulais utiliser la nouvelle machine de Béphégor ! expliquais-je.
    Certains commentaires fusèrent à droite et à gauche. "il a raison", "plus d'information", "dans quel système père nous a t'il ajouté" et d'autres.
    Un ange se leva :
    -Et si on y descendait pour voir ce nouveau monde de nos yeux ? proposa un ange.
    Un silence soudain reçu cette proposition.
    -Azael, tu sais bien que père n'aime pas qu'on descende dans les basses sphères ! s'exclama Sitaël.
    Tout le monde se tut à nouveau, tendu. Sitaël était le troisième ange aîné. Il était rare qu'il s'exprime lors d'une assemblée. Mais je savais pourquoi il avait dit ça. Un jour, il était descendu dans un monde pas très bas, avec moi. Je l'avais suplié, il avait finit par accepter. Mais ce qu'on avait vu dans ce monde n'avait pas été très joyeux et nos ailes en avaient souffert. Elles étaient devenu grisâtre, sale. Lorsqu'on était remonté, père nous avait disputé et puni, mais aussi guéri et enlacer. Nos ailes étaient redevenu blanche.
    Je baissa les yeux, puis les releva :
    -Sitaël, je le sais bien, c'est pour cela que je veux au moins visiter ce monde avec l'ingéniosité de Bélphégor.
    Sitaël croisa mon regard et hocha la tête :
    -Se serait plus sage, en effet.
    L'ange Azael se rassit, boudeur.
    Je lança un regard à Ouriel. Il avait l'air ... d'étouffé.
    Je lui mis un bras autour du cou et le rapprocha de moi.
    -Si tu as quelque chose à dire, dis-le. lui chuchotai-je.
    Il hocha la tête et ferma les yeux.
    Lorsqu'il les rouvrit, ses yeux était remplie de détermination.
    J'hocha la tête, satisfait. Il se leva :
    -J'ai pensé a plusieurs plan de détail. J'ai déjà vu l'humain, j'en connais donc son fonctionnement. Les livres de vie, a exposé dans la nouvelle bibliothéque, sont relié à la vie de chaque créature d'en bas. Il faut donc un groupe pour s'en charger. On ne peut pas relégué se travail au premier ange qui passe. Il faut un groupe, connaissant chaque utilisation et tout les bons condionnement des livres. Ensuite, pour l'idée d'Azael, je sais que père nous a demandé d'évité les mondes inférieurs, mais en fonction de ce qu'on pourra voir et apprendre avec la machine de Bélphégor, il nous faudra peut-être décider d'un groupe pour descendre recueillir les informations manquantes. Qu'en pensez-vous ?
    Et il se rassit.
    D'abord, un silence de réflexion suivit son idée. Puis des approbations et des refus firent leur apparition. Certains trouver des arguments pour contredire, d'autre pour renforcé l'idée, comme toujours.
    Lorsque la cohue atteignit sont point le plus haut et que tout le monde parler en même temps sans s'entendre l'un et l'autre, j'échangea un regard avec Lauviah et les autres.
    D'une même voix, on commença a chanté le chant que nous avions chanté plus tôt à père.
    Nos voix, de toute notre faction réuni, étaient tellement pures et puissantes qu'ils se turent tous pour écouté notre chant. Lorsqu'on s'arrêta, des compliments fusèrent.
    J'en profita, avant que la cohue ne revienne :
    -Je pense qu'on a tous assez causé comme cela pour le moment ! Nous ferons une autre assemblée après qu'on est rassembler suffisament d'information sur ce nouveau monde. Ca va à tout le monde ?
    Tous acceptérent et se levèrent pour partir.


    votre commentaire
  • 92

    Tout les membres du conseil, excepté Gordon, se levèrent d'un bond, en garde et surpris à la fois.
    Gordon était là, un sourire au lévre, l'air fière.
    -Un mot à dire ? fit Erika.
    -Quelque chose pour ta défense ? demanda Victor.
    -Non. Aria a bien dit. Je suis fière de mon jeu d'acteur, pendant toute ces années, bien qu'il est été détruit en quelques minutes par cette jeune fille ... princesse sicarius, hein ? Je t'avoue que je ne m'y attendais pas.
    Il se leva et mis les mains en l'air :
    -J'avouerai tout ce que vous voulez, de toute façon, tout est bientôt terminer. Il va arriver à ces fins et personnes n'y pourra rien.
    -De quoi tu parles ? demandais-je, sceptique.
    -Quand tu retrouveras la mémoire tu sauras tout. Tu as toujours tout su, en vérité. C'est pour cette raison qu'on a décidé de t'endormir. c'est beaucoup trop lourd a porté pour toi, Aria.
    Je fis sortir une de mes sphères bleu :
    -Met tes mains parterre.
    Il le fit sans résister, mettant les mains parterre en étant en position de lotus.
    La sphère s'avança vers lui, se déposa sur ces mains et les gela entièrement au sol.
    Tout le monde se détendit.
    -Bien, sur ce, j'y vais. Faites-lui cracher tout ce qu'il sait ! dis-je en partant.
    Nicolas et Eren me suivirent, en bon garde du corps.
    -Je suis choquer que ce soit Gordon ... dire qu'Axel pensait vraiment à Richard ... fit Eren, encore sonner par la nouvelle.
    -La taupe c'est Gordon. Mais Richard cache aussi quelque chose de lourd et j'ai déjà compris a moitié ce que c'est. Il me faut ma mémoire pour me souvenir de tout ce qui me manque... expliquais-je à voix haute.
    -Je vois. Mais comment comptes-tu les retrouver ?
    -Je vais bientôt rencontrer le Roi Bleu.
    -Le concour musical ? demanda Nicolas.
    -Exacte. Briag y participe, je compte bien y aller aussi.
    Eren soupira.
    -Tu as trouvé satisfaction, Aria ? demanda Billy en s'approchant.
    -Oui, merci. On parlera de tout quand j'aurais retrouver la mémoire, d'accord Sam ? dis-je en souriant.
    Celui-ci hocha la tête, n'ayant pas l'air surpris que j'eu deviné qui il était vraiment.
    -Sam ? demanda Eren.
    -Billy se trouve être Sam, l'ancien Boss des informateurs. S'il se cache, c'est certainement pour une bonne raison...
    -Mais il est censé être mort ! fit Eren, perdu.
    -Je suis pourtant bien devant toi en chaire et en os ! s'exclama celui-ci en riant. Maintenant faites en sorte que le calme revienne en ville rapidement, sinon des complications s'invteront à la fête.
    -Je devine de quoi tu parles ... est-ce quelque chose de la même sorte que tu crains ? demandai-je, inquiéte.
    Il hocha la tête en ouvrant la porte d'entrée.
    On lui fit un bref au revoir et nous sortîmes.
    -Nicolas, trouve moi l'endroit le plus haut et le plus central de la ville. Eren, essaye de contacter Ethan qu'il vienne rapidement.
    Les deux s'exécutèrent sans poser de question.
    Je me concentra et réussi a faire apparaître l'objet souhaiter : un microphone à longue portée.
    En me retournant, je sursauta.
    Un gros loup blanc se trouvait là, devant moi. Plein de poil, faisant ma taille, de la bave autour de la bouche.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires