• P04

    Phénix entra le code. Puis fit son empreinte et passa sa carte. Je l'imita quelques secondes plus tard.

    Personne ne nous voyait. Personne ne faisait attention à nous. Pourtant cette porte était utilisé beaucoup de fois par jour ! On prit l'ascenseur. Scan rétinien. L'ascenseur descendit.

    Une fois dans la base, je remis mon masque de sniper : aucun sentiment ne devait se lire sur mon visage. C'était ce que ma tutrice m'avait appris. Alors que le sas d'entrée s'ouvrait, on entendit l'annonce de notre venu dans les hauts-parleurs :

    "Hacker Phénix de retour à la base. Sniper Corbeau de retour à la base. Phénix et corbeau sont convoqués immédiatement dans le bureau de Dragon."

    On soupira de concert. 

    -Je veux mes vacances !!! s'exclama Phénix.

    -Je veux dormir...dis-je en baillant.

    On se sépara.

    Je me dirigea vers ma chambre en premier lieu. Je déposa ma Hécate délicatement sous mon lit et alla devant le bureau du Boss. "Dragon" était son nom de code. C'était lui qui m'avait repéré et embauché. Phénix arriva.

    -En retard, phénix ! 

    -Oh, ça va ... fais pas ta poker face avec moi, sa marche pas !

    Je souris.

    "Vous pouvez entrer" fit une voix monocorde.

    Les portes s'étaient ouverte. On entra.

    La salle bleu était la même que la semaine dernière. Dragon était là, pianotant sur un écran High tech, nouvelle génération. On s'assit devant lui, puis on attendit. La patience n'étant pas son fort, Phénix toussota. Une fois. Deux fois. Au bout de la troisième fois, il ouvrit son ordinateur portable et pianota dessus. 

    Dés qu'il eut finit, Dragon leva la tête et nous fixa mécontent :

    -Phénix ! Combien de fois je t'ai dis de ne pas pirater nos systèmes ! La prochaine fois, je te fais nettoyer le système de la base !

    Phénix fit la grimace.

    -Bien. Comme d'habitude, vous avez fait du bon travail ! Grâce à vous deux, on va peut-être enfin savoir, où se cache un des plus grand trafiquant de drogue d'Europe ! Bon travail ! 

    Il se leva :

    -Comme convenu, vous avez une semaine de vacance : faites-en se que vous voulez ! Vous avez carte blanche ! 

    Il passa à côté de moi et m'ébouriffa les cheveux :

    -Phénix, tu peux sortir, tu es libres. Je dois parler à Corbeau. Mais ne fais pas de bêtise inconsidéré pendant tes vacances ! Clair ?

    -Yes, sir ! dit-il en courant vers la sortie.

    Une fois les portes fermer, il verrouilla la salle et la mit en mode insonorisée.

    -J'imagine que toi, tu voudras rester ici...

    J'hocha la tête. Cela faisait maintenant, six ans que je n'étais pas rentrée chez moi. Ce n'est pas maintenant que j'y retournerais !

    Il pianota sur son écran, et plusieurs titres de journaux défilèrent :

    -Grâce à ton travail excellent et tes capacités, tu as fais du bon boulot ! Bien que ton statut est fuité, tout le monde te connait sans te connaitre vraiment. Tu es douée !

    Oui, depuis que j'avais participer il y a maintenant, huit mois, à une mission d'arrestation d'un parrain d'une mafia très connu, mon nom de code avait fuité d'un policier lors d'une interview. A partir de ce moment là, les journaux ont fait tout un tas de recherches sur moi, sans rien trouver de solide. On pouvait y lire "ce sniper légendaire existe t'il vraiment ?" , "le corbeau est un garçon ou une fille ?", "Qui est véritablement le corbeau ?" ect...

    Voir tout ce monde, se poser des questions pour rien me faisait rire. Ils s'agitait tous dans tout les sens pour trouver des réponses qu'ils n'auront jamais. J'étais un secret défense international. Personne ne saura jamais. 

    -Mais...tu sais quel est le vrai but d'un sniper, n'est ce pas ?

    Je baissa les yeux. Oui, un sniper doit abattre sa cible. Mais je me refusais à tuer. Mes missions avait toujours était la protection ou l'intimidation. Sa m'allait très bien.

    -Je sais que tu ne veux pas tuer. Mais gâcher ton talent c'est ... du gâchis ! Tu es une sniper rouge ! Presque noir ! Je ne pourrais bientôt ne plus avoir le choix... et devoir te donner une mission d'élimination ! Nous n'avons pas beaucoup de personnel disponible, tu le sais ! Réfléchis bien ! Je ne te demande pas de devenir une tueuse sanguinaire ! Juste une sniper digne de se nom ! ... Tu peux disposer ! 

    Je me leva et lui serra la main qu'il me tendit. Puis je sortis.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :