• N ~ La fuite.

     

    Je courais... 

    Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens en danger, poursuivie...

    Je cours. "Droit ! Droit devant !" me crie mon instinct.

    J'aperçois une grue. Je sens un regard, fixé sur mon dos.

    Ce regard me fixe intensément. On veut me tuer.

    J'ai peur. J'ai du mal à respirer.

    Je m'arrête au pied de la grue.

    Rien à droite, rien à gauche.

    Je monte ? Non...je serais coincée. Alors que faire ?

    Je décide de contourner la grue.

    Bingo ! J'ai vu juste ! J'entends leurs pas, ils arrivent.

    Je réajuste mon sac.

    Sans réfléchir, je monte dans ce grand building.

    Il est neuf et vide, mais les lumières marchent.

    J'appuie sur le boutons d'ascenseur.

    Heureusement, il s'ouvre sur le moment.

    Je me précipite dedans et j'appuie sur deux boutons.

    Les portes se referment. Un cour instant de répit. 

    Je me détend un peu, toujours sur mes gardes.

    Mon sac à dos est lourd. Pourquoi me poursuivait-il ?

    Je n'ai rien fait de mal ! A moins que ce ne soit qu'un rêve....très réaliste.

    Mais pour le moment, ma situation était cauchemardesque.

    Ils nous poursuivaient. Nous avons été découverts. Il a fallu qu'on se sépare.

    Me séparer de lui m'était insupportable. Où était-il d'ailleurs ? Il en met du temps...

    L'ascenseur s'arrête et s'ouvre. L'étage est silencieux.

    C'est inquiétant...je pose la boîte là, devant l'ascenseur.

    Les portes se referment et l'ascenseur continu de monter.

    Je commence à paniquer. Est-ce que ça va marcher ?

    Les portes s'ouvrent. Enfin le toit !

    Cette montée était interminable !

    Je me dirige vers le bord du toit, ils sont presque tous à l'intérieur.

    Ils risquent d'arriver bientôt en haut. 

    Je monte sur le bord du toit.

    Le vertige m'effraye.

    Mais... tout va bien, ils ne m'attraperont pas.

    Je me penche.

    Je peux sauter. Je dois sauter. Me faire attraper n'est pas une option.

    Tout a été prévu.

    Je mis un temps fou à prendre ma décision.

    La porte du toit s'ouvrit. Ils étaient là, furieux et surpris à la fois.

    -Descends et rends-toi calmement !

    -Jamais ! leur criai-je.

    Et ... je sautai. 

    L'air fouettait mon visage.

    Quand je sentis le bon moment, je tirai la languette de mon sac à dos.

    Le parachute se déploya. 

    Mais quelqu'un eut la mauvaise idée de tirer dessus.

    Je me sentais perdue, je vais mourir là, en tombant...

    -Et alors ? me dit une petite voix aiguë.

    -Alors ma chérie, il est tard et c'est l'heure de dormir ! Je te raconterais la suite demain, d'accord ?

     -Allez, dors ! Bonne nuit !

    Je me levai du lit, bordai ma petite puce, éteignit la lumière et fermai la porte.

    La suite sera peut-être pour demain, qui sait ?!