• 50

    Je soupira un bon coup.

    -Axel ...

    Il continuait d'avancer. On venait d'arriver devant la porte de la bibliothèque. Il continuait de m'ignorer.

    -Axel ! répétai-je, plus fort.

    -Quoi ? fit-il comme si je le dérangeais.

    -Je voudrais... te raconter quelque chose ... je peux te faire confiance ... n'est ce pas ? demandai-je, hésitante.

    Il m'observa d'une drôle de manière.

    -Tu es sérieuse ? Tu doutes de moi ?

    J'hocha la tête, sincère.

    Il se passa la main dans les cheveux, soupira et entra dans la bibliothèque.

    Je le suivis, on s'assit l'un en face de l'autre sur le canapé du rez-de-chaussé.

    -Avant que tu me dises ce que tu as à me dire, on doit mettre les choses au clair entre nous. Sinon, sa risque d'être compliquer pour la suite...

    -Surement...

    Je ne pouvais pas lui donner tort, car même si on s'était rapproché, une partie de moi avait encore du mal à lui faire confiance.

    -Aria, qui suis-je pour toi ? Comment te sens-tu lorsque tu es avec moi ? Comment me considères-tu ?

    Je fus prise à cour par toute ses questions sortant de nulle part, mais je décida d'y répondre :

    -Je suppose que comme je te l'ai dit, tu es mon frère de sang, mais nous n'en avons pas vraiment le lien qui va avec ... je suis encore un peu mal à l'aise en ta présence ... avec Eren, j'adore être avec lui, jouer, rigoler, m'amuser, passer du temps avec lui ... avec toi c'est ... différent.

    -Différent comment ? Explique.

    -Euh ... c'est difficile d'expliquer avec des mots ... disons que j'ai encore du mal à te faire confiance. Que nous n'avons pas passé beaucoup de temps ensemble et que nous venions tout juste de faire ... connaissance, si je puis dire ... et puis ...

    -Oui ?

    J'hésitais a continué, mais il le fallait.

    -Il y a des moment où tu te braques et que tu deviens un vrai glaçon. Tu te fermes entièrement et je ne peux plus accéder à ... toi. Toi non plus tu ne me fais pas entièrement confiance, alors comment moi le pourrais-je ? On ne se connaît pas encore suffisamment pour se considérer être comme de vrai "frère et soeur" ...

    -Je ... vois. Personnellement, je ne fais confiance à personne. A part nos parents, bien sûre. En ta présence, je ne me sens pas mal à l'aise, mais je pense simplement avoir du mal à communiqué avec toi. Lors de notre combat d'entraînement, on s'est battu, et sans mots nous avons réussi à nous amuser et nous comprendre ... j'essaye donc que comprendre comment cela a t'il pu être possible ... enfin, on trouveras une solution ... pour l'effet "glaçon" , comme tu dis, je vais essayer d'y faire attention. Autre chose ?

    -J'aimerais en savoir plus sur toi. Sa pourrait m'aider a essayé de te comprendre un peu plus ... proposais-je.

    Il ferma les yeux, l'air de réfléchir intensément :

    -Très bien, fit-il au bout d'un moment. Mais si c'est une question auquel je ne veux pas répondre, tu passeras à la suivante...

    -D'accord ... fis-je en gonflant les joues, l'air boudeuse.

    Je réussis, il sourit.

    Il avait un beau sourire. Oui, j'aimais définitivement le voir sourire plutôt que de le voir faire une poker face sans émotions...

    -Pour commencer ... ta couleur préféré ?

    -Tu veux faire mon horoscope ? fit-il moqueur.

    -Répond !

    -Très bien ... j'aime le noir et le beige, je pense.

    -Ton plat préféré ?

    -Pizza.

    -Sa ne m'étonne pas ... où part toute les choses graisseuse que tu manges ?

    -C'est un mystère de l'ADN ... était-ce vraiment une question, Aria ?

    J'haussa les épaules.

    -Pourquoi n'es-tu pas devenu un chasseur comme tout ceux de notre famille ? Pourquoi un pisteur et un informateur ?

    -Suivante.

    -Pourquoi est-ce que tu n'était pas là, lorsque j'étais au plus mal ?

    Je lu de la douleur dans ces yeux. Il se détourna et me fis signe de poursuivre.

    -Pourquoi est-ce que tu es soudainement réapparu dans ma vie ?

    -Soudainement ? me demanda t'il, choqué. Je suis pratiquement toujours dans la ville ou à la maison. Nous n'avions juste aucune interaction ensemble ! Tu étais à l'école en train de te reconstruire et moi j'étais sois en mission, soit dans les papiers ... mais j'ai toujours était là.

    A ces derniers mots, je voyais de la sincérité pur.

    -Alors pourquoi n'as-tu jamais essayer de te rapprocher de moi, dans ce cas ?

    -Suivante.

    -On avancera pas dans ce cas là ! Tout les sujets sensibles tu les évites ! Pourquoi est-ce que tu ne voulais pas me parler de ta formation avec Erika ?

    Il frissonna.

    -Tu veux vraiment qu'on parle de cette démone sadique et sans scrupule ?? J'aurais mille fois préféré Clara ... Erika est ... un monstre. Gordon a côté est un ange d'instructeur ... c'est assez traumatisant d'en parler, c'est tout ! Tu veux vraiment ... savoir ?

    Son visage ressemblait à un petit garçon traumatiser qui me suppliait de ne rien demander.

    -Je ... quand tu seras prêt pour m'en parler, je serais là ... dis-je, simplement.

    Je sentais que c'était un terrain glissant et qu'il retournerai directement dans sa coquille de glace si je demandais quoi que ce soit à ce sujet. Je décida donc de changer complètement de sujet :

    -Que penses-tu de moi ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :