• 09

    Lioz vint vers moi et se frotta à mes jambes. Se comportement de chat-hypocrite me foutait la gerbe.

    -Lioz, vient là ! dis-je en tapotant mes genoux.

    Sans se faire prier, il monta et s'installa.

    -Je ... les chiens sont ma phobie. C'est pour sa que dans les premiers jour de cour, j'ai relevé les heures et les trajet de tout les chiens qui font leur promenade a côté du parc... je rentre chez moi à heures fixes en attendant ici qu'il n'y ait aucun chien à l'horizon ... Lioz est ... en quelque sorte mon "garde du corps".

    -Je vois. Tu n'as pas remarqué alors ... sinon tu m'aurais dit la vérité ...

    -Hein ?

    Il rit.

    -Ta phobie hein ? Quoique c'est vrai ton odeur est étrange ... 

    -Mon odeur ?

    -Je suis un Zooanthrope de type aquatique. Un dauphin et toi ?

    Je fus surpris qu'il m'avoue sa comme sa.

    -Je ne ... suis pas un Zooanthrope ...

    -Tu mens ! Même si ton odeur est étrange tu n'es pas un singe !

    -Non, je suis un Thérianthrope. A moitié Lynx, a moitié humain ... quoiqu'on m'a dit de pas le dire ...

    -Trop tard !

    Je souris.

    -C'est la première fois que je rencontre quelqu'un comme nous, de mon âge ...

    -Et moi, c'est la première fois que je rencontre un Thérianthrope. Tu es presque une légende ... un miracle ! 

    Je tira la langue. Il rit.

    Je remarqua qu'Adam nous lançait des coup d'oeil.

    -Je comprend mieux pourquoi tu as peur des chiens ... ton instinct doit être puissant ... bah, fait moi confiance ! Tu veux aller au karaoké avec nous finalement ? Sa pourrait te détendre ...

    Je me sentis rougir un peu.

    -Quoi ?

    -Si tu m'as ser ... prit contre toi, tu as dû remarquer ... je me suis transformer par la peur ... mes oreilles sont encore là.

    -Et ta queue aussi je suppose. Je vais t'aider a te calmer. Ferme les yeux.

    Je le fis, un peu sceptique.

    Il mit son front contre le mien et remontant un peu ma capuche.

    Soudain, j'entendis le bruit des vagues. Le bruit du vent marin. Je sentis l'odeur de la mer.

    Je me détendis d'un coup.

    Il me lâcha un peu trop brusquement. Mon bien-être disparut aussi vite qu'il était reparti.

    Mais on pouvait dire qu'a présent j'étais aussi détendu qu'un chamalow.

    -Alors ?

    -Les Dauphins sont extraordinaires !

    Il souris :

    -On est télépathe et on a d'autre qualité ... tu ne sais rien de notre monde, hein ?!

    Je fis non de la tête.

    -Je suis sur que Phil va t'apprendre ! Il adore enseigner les choses de notre univers !

    -Tu le connais ?

    -Comme tout les Zooanthrope de l'école ...

    -Parce que y en a d'autres ?

    -Qu'est ce que tu crois ??!! s'exclama t'il fière. 


    votre commentaire
  • 31

    A peine arriver chez moi, ma mère me choppa entre quatre mur et m'obligea a mangé.

    Ce que je fis, sans véritable appétit.

    Je me sentais étrange, et d'après Lucifer, sa n'allait pas s'arranger...

    Lorsque j'eus fini mon assiette, je me leva, débarrassa, fit la vaisselle, et alla m'enfermer dans ma chambre pour m'allonger dans mon lit.

    Je ferma les yeux.

    Mes souvenirs étaient pratiquement tous revenus. Je revis encore et encore tout, comme dans un film que l'on revoit sans arrêt.

    Je me sentais tout nostalgique. 

    Surtout nostalgique de l'enfer. Le paradis n'était pas l'endroit où j'aurais dû aller. Même si je l'étais a moitié physiquement, dans mon coeur, j'étais un vrai démon. Je haissais les règles. J'aimais l'unicité et désobéir.

    C'était sa mon vrai moi. Même sans souvenir c'était mon caractère et sa l'avait toujours était.

    -Sa ne changera pas ... murmurai-je pour moi-même.

    -Quoi donc ? entendis-je à ma gauche.

    Je sentis un poids s'asseoir sur mon lit.

    -Tu sais que t'es lourd de me coller comme un pot de colle gluant, Goddy ?

    -Si tu me parles sur ce ton c'est que sa ne va pas si mal que ça ... ta soeur m'a demandé de venir parce que tu es encore plus étrange que d'habitude ... il paraît.

    -Emma ... depuis quand elle a ton numéro ?

    -C'est vraiment le sujet ?

    -Depuis quand ? dis-je en le fusillant du regard.

    -Je n'ai pas son numéro et elle n'a pas le mien, si sa peut te rassurer ! Elle est venu jusqu'au lycée et m'a attendu à la sortie. Elle s'inquiète pour toi ! Espèce de sale sister complexe !

    -Tient ta langue ange débile !

    -Et toi évite t'inquiéter tout le monde ! Lucifer m'a demandé de tenir ma langue. Je la tient mais ce n'est pas que pour lui, c'est pour toi et moi que je fais sa. Je ... je veux te venir en aide, alors n'attire pas plus l'attention !

    -Mais je ne fais rien ! Et puis si tu la ferme, je vais attirer l'attention de qui ?

    -Je te l'ai dit, non ? Je suis venu accompagner d'un escadron ! Je ne suis pas seul ! Alors tient toi un peu tranquille !

    Je soupira.

    -Tu as des nouvelles de Jeliel ? demandai-je.

    -Oui et non. Les archanges l'ont à l'oeil. Elle est retenu au palais. Elle va bien. C'est tout ce que je sais.

    -Et tu as des nouvelles de là-haut ... en général ?

    -Euh ... c'est censé être confidentiel mais bon ... Satan est porté disparu et les démons sont devenu étrange. Les anges font se qu'ils peuvent et les déchus sont a moitié ici en compagnie de leur ... progéniture.

    -Les néphilims ? 

    -Voilà. Et ... euh ... un archange c'est aperçu que j'étais en contacte avec toi ... il m'a donc contacté...

    -Tu m'as balancés ? dis-je en m'asseyant d'un coup.

    -Hé ! Calme-toi et laisse moi parler Caliel ! L'archange en question est moins haut placé que Jeliel. 

    -Hein ?

    -Tu n'as pas appris la hiérarchie chez nous ... je vois. Bref y a les archanges, au dessus, les séraphins ect ... Jeliel est une séraphine. Et son archange est Métatron. Il est l'ange du savoir. Il sait toutes les vérités existantes, on ne peut rien lui cacher. Il va venir ici pour te rencontrer. Evidemment, il ne l'a dit qu'a moi... j'espère.

    -Tu l'as dit à Lucifer ?

    -Non. Pas encore.

    -Sous les ordres de qui tu es ?

    -Hein ? Ah ! Euh ... l'ange Raphael ... disons que c'est le 2e moins pire...

    -C'est à dire ?

    -Faut vraiment que je t'apprenne au moins le minimum du paradis ... pourquoi personne ne s'en est occupé avant ?! Bref ... avant, il y avait 7 archanges. Maintenant y en a plus que 4. Métatron, Gabriel, Mickaël et Raphaël... Celui avec le pire des caractère c'est Mickaël, ensuite vient Raphaël, après Gabriel qui est assez sympa et Métatron que tout le monde voudrait comme boss ... Voilà en gros.

    -Mouais ... dis-je en baillant.

    -Fatigué ? Je te pensais pas aussi bête.

    Je lui lança un coussin en pleine face.

    -Je ne suis pas fatigué de tes explications. C'est juste que j'ai passé trop longtemps a réfléchir dans le vide et je n'ai pas dormi. J'ai sommeil, je vais dormir un peu ...

    -D'accord ... 

    -Dis Goddy ...

    -Quoi ?

    -C'est normal si je ne ressens plus la faim ?

    -... c'est ...

    Je n'entendis pas sa réponse.

    J'étais déjà endormis.

     


    votre commentaire
  • 38

    Juste après, la cloche avait sonné.

    On était retourné en cours.

     Jusqu'à la fin de ceux-ci, les derniers mots de Marduk tournèrent en rond dans ma tête.

    "C'est une Sicarius et elle le sait. Je ne sais pas pourquoi une mission a été donner pour elle, mais maintenant qu'elle est consciente de ce qu'elle est, elle ne pourra plus revenir en arrière ..." 

    Que voulait-il dire ? J'avais changé comme l'avais dit Tess ? Pourquoi voudrai-je retourner en arrière ? Autant avancer puisque nous n'en avions pas le choix ...

    Lorsque la cloche de fin des cours sonna, je n'avais toujours pas trouver de réponse.

    J'essaya de rattrapé Tess avant qu'elle ne parte, mais elle partit si rapidement que je n'en eu pas le temps.

    Camille me mit une main sur l'épaule. Je faillis la renverser par-terre avant de me rendre compte que ce n'était qu'elle.

    -Doucement ! me dit-elle en riant.

    -Excuse-moi ... réflexe. Dit ... on peut rentrer ensemble au toi non plus tu n'as pas le temps ?

    -Mon père m'a demandé de rentrer tôt aujourd'hui. Mais si c'est pour discuter, on peut le faire en rentrant à la maison ... pourquoi pas ! fit-elle en souriant.

    -Je peux venir avec vous ? fit Lucas, derrière nous.

    Louis lui mit une main sur l'épaule et pris un air de professeur :

    -Jeune et naïf garçon, apprend et retient : lorsque deux filles veulent discuter, les garçons n'ont pas à ce mêler, sinon, la punition viendra du ciel !

    Lucas prit un air peiné et fis un salut chinois :

    -Merci Maître pour ce cour interressant sur la sociabilité avec la race féminine. Je retiendrai vos propos jusqu'à ma mort ! (il se tourna vers nous) Et donc, les filles je peux venir avec vous ?

    -Tu n'as pas peur d'être punis ? demandai-je, sournoisement.

    Camille ria. 

    -Non ! s'exclama t'il avant de mettre ces mains de manière protectrice au-dessus de sa tête.

    -Tes paroles ne vont pas avec tes gestes jeune garçon ... fit Louis, toujours dans son rôle de professeur.

    -Pardon maître ... ma langue est plus courageuse que mon corps ...

    -Et ta tête et plus bête que tes pieds ... laissa échapper Louis de manière normal.

    On explosa de rire.

    -Bon sérieusement, je peux venir ? Je m'ennuie sinon ...

    -Lucas, tu veux venir avec moi ? Je vais au zoo dans la ville d'a côté. proposa Louis.

    -Ok ! répondit Lucas enthousiasme.

    On venait d'arrivait à la station de bus.

    Justement un bus arrivait.

    -C'est le notre ! fit Louis. Bye les filles ! 

    Ils montèrent.

    -Lucas est vraiment un enfant ... un vrai gosse ! fit Camille en riant.

    -D'une certaine manière, nous aussi nous sommes des gosses ... fis-je remarquer.

    -Oui, mais mentalement, on a réaliser et vécu des choses qui ne sont pas banal ...

    Un silence de quelque minute s'installa. 

    Notre bus arriva. 

    On monta pour s'asseoir côte à côte.

    -Et donc, que voulez-tu me dire ? demanda soudain Camille.

    -Déjà ... Tess a eut le feu au fesse aujourd'hui ?

    Elle rit.

    -Non, elle est partit se nourrir. Je sentais depuis ce matin qu'elle était à cran. Quant elle s'est énervé contre Marduk j'ai cru qu'elle allait le manger tout cru ... d'ailleurs comment as-tu fais pour la calmer ? C'était dangereux ...

    -Je ne sais pas. Je n'ai pas vraiment ressentit de danger. J'étais même plutôt calme à ce moment là ...

    -D'ailleurs, ça va mieux ? 

    -Comment sa ?

    -Ben ... t'es pouvoir, la chose avec Marduk ect ... ?!

    -Oui. Pour ce qui est de mes pouvoirs, ils ne se sont pas manifester. Je suis calme. Pour Marduk, disons que ma culpabilité c'est envolé ... mais ce qu'il m'a dit tourne encore dans ma tête ...

    -Par rapport à quoi ?

    -"C'est une Sicarius et elle le sait. Je ne sais pas pourquoi une mission a été donner pour elle, mais maintenant qu'elle est consciente de ce qu'elle est, elle ne pourra plus revenir en arrière" ... t'en pense quoi ?

    -Je pense qu'il a raison. Maintenant que tu sais que tu es pratiquement une Sicarius et que tu dégages presque la même chose qu'eux, tu ne pourras pas revenir en arrière. Mon père essaye de savoir qui exactement a donné une mission te concernant et pourquoi. Mais d'après Maitre Dom, tu es spécial et très importante... donc ne t'en fais pas !

    -Je vois ... répondis-je sceptique.

     


    votre commentaire
  • 30

                                                     Arc 2

    Les cours venait de se terminer. 

    Sans écouter personne, je pris mes affaires et me dirigea droit vers le bureau de Lucifer.

    Sans toquer, j'entra.

    Lucifer était là, se lavant les mains.

    Je n'y fis pas attention et j'alla m'asseoir directement sur un siège.

    Après s'être sécher les mains, il alla fermer la porte et s'asseoir face a moi.

    En voyant mes yeux, il demanda :

    -Dois-je te redonner une gifle ou c'est bon ?

    -C'est bon.

    -Comment tu te sens ?

    -Vide.

    -C'est à dire ?

    -Je ne veux rien. Je ne souhaite rien. J'ai beaucoup réfléchit.

    -Et ? Conclusion ?

    -Le suicide serait pas mal ... mais trop dangereux.

    -En effet.

    -Mais rester ici c'est pareil. 

    -Exacte.

    -Je veux avoir mon bac. Ensuite je partirais.

    -Bien... c'est tout ?

    -Non.

    -Qu'y a t'il ?

    -Je veux savoir.

    -Quoi donc ?

    -En quoi te suis-je redevable ?

    Il soupira.

    -Reviens demain. Je te raconterai tout. Pour le moment, va te nourrir et dormir. T'es parent m'ont appelé pour me dire que tu étais étrange. Fais attention à ne pas attirer l'attention.

    -D'accord.

    Je me leva en allant vers la porte.

    -Caliel, sois prudent.

    Je referma la porte en sortant.


    votre commentaire
  • 08

    La semaine c'était dérouler rapidement.

    J'avais réussi à me contrôler et à ne pas me faire découvrir.

    Adam essaya plusieurs fois de me faire la conversation, mais plus il me parlait, plus mon coeur se serrait.

    J'en avais donc conclus qu'il n'était pas bon pour moi de me rapprocher de lui. Je l'évitai donc du mieux que je pu.

    Le directeur, Phil, ne m'avait toujours pas recontacter. J'en profitais donc pour me reposer ou rentrer rapidement chez moi.

    Lioz continuait tant bien que mal a être mon garde du corps.

    Les jours se poursuivaient tant bien que mal.

    Un jour, alors que je finissais les cours plus tôt, une fois de plus, je m'étendis au parc, en attendant Lioz.

    -Sasha trouvé ! s'écria une voix de fille.

     Des rires répondirent à l'exclamation.

    Je m'assis en faisant bien attention à ce que ma capuche reste bien sur ma tête.

    Lyra et d'autres personnes du lycée était avec elle.

    Elle s'approcha de moi :

    -Et donc ? On se prélasse parce qu'on finit plus tôt ?

    -Et vous ? demandai-je, curieux de les voir dehors plus tôt que prévu.

    Elle me monta sa main et fit un "V" avec :

    -On a finit plus tôt nous aussi ! 

    Je soupira.

    -Quoi ? Tu pourrais au moins feindre la joie pour nous ! s'exclama t'elle en prenant un faux air boudeur.

    Lioz arriva à ce moment là et sauta sur mes genoux.

    Je soupira de soulagement et me mit à le caresser machinalement.

    Plusieurs filles s'approchèrent :

    -Il est trop mignon !

    -C'est ton chat ?

    -Trop mimiiii ! Je peux le prendre en photo ?

    J'hocha simplement la tête.

    Je remarqua alors que dans le groupe d'étudiant, des garçons parlaient entre eux.

    Mon coeur eut un raté :  Adam était là !

    Lioz parut le remarqué et miaula dans ma direction.

    Je fis non de la tête.

    Il mit alors une patte sur mon coeur.

    Les filles explosèrent en commentaire.

    Le bruit me faisait mal au oreille.

    Je caressa la tête de Lioz en lui murmurant :

    -Ne t'inquiète pas, c'est rien ! On y va ?

    Il miaula une nouvelle fois. Je trouvais cela idiot mais c'était nécessaire.

    Il sauta a terre et je me leva.

    -Tu t'en va déjà ? demanda Lyra.

    -Oui. Bonne soirée.

    J'avais commencer a me dirigé vers la sortie du parc quand quelqu'un me retint par le bras.

    D'un geste rapide, je me dégagea en me retournant.

    C'était un des gars qui parlait avec Adam.

    -Euh ... ?

    Il me souris :

    -Je m'appel Samuel mais appel-moi Sam ! Dis, on va maintenant dans un karaoké avec les filles, tu ne veux pas venir avec nous ?

    -Merci ... Sam (?) pour l'invitation mais ... il faut que je rentre maintenant ... 

    Je commençais a sentir la présence d'un crétin de chien qui faisait surement sa promenade du soir.

    Lioz miaula dans ma direction.

    Je compris trop tard que j'aurais du répondre rapidement et partir.

    Le chien arriva et commença a aboyé.

    Puis tout arriva en même temps : Lioz commença a feulé vers le chien que son maître essayer de retenir, je commença a tremblé de tout mon corps, Sam paniqué commença a crié mon nom que je n'entendais presque pas et pour finir, les autres étudiants se trouvant dans le parc se ruèrent vers nous.

    J'avais senti mes oreilles et ma queue apparaître. 

    Quelqu'un me serra de force contre lui et on me boucha les oreilles.

    Je n'entendais a présent que mon coeur jouer du tambour à l'intérieur de moi-même.

    Je me força a me calmer avec difficulté.

    Je n'avais a présent qu'une peur : que la personne qui me boucher les oreilles n'eut rien remarqué.

    Au bout d'un moment qui me parut une éternité, les mains se retirèrent doucement.

    -Ca va mieux ? me murmura quelqu'un.

    J'hocha la tête encore un peu sonné.

    Je sentais mes jambes faiblirent mais je tint bon.

    La personne qui m'avait serrer contre elle continua a me soutenir jusqu'à un banc proche.

    -C'est bon ?

    Je leva la tête : c'était Sam.

    -Qu'est ce ... qu'est ce qui s'est passé ? dis-je sonné.

    Il sourit :

    -Le chien a aboyé et ton chat s'est énervé. Les autres sont arrivé. J'ai vu que tu était terroriser alors je t'ai pris dans mes bras et Adam (mon coeur a fait un bond) t'a bouché les oreilles. Les autres ont essayé de calmer le chien avec le maître. Il est partis en s'excusant rapidement.

    -Et ?

    -Les autres ont voulu te laisser un peu d'espace alors ils sont partis devant au karaoké. Il ne reste plus que toi, moi et ... Adam.

    Je tourna la tête dans la direction qu'il me montrait du menton.

    Adam était là, debout, au téléphone apparrement.

    -Et donc ?

    -Mmmm ?

    -A ton tour de m'expliquer ... qu'est ce que tu as eu ?

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires