• 20

    J'avais froid.

    J'avais soif.

    Je sentais l'odeur du sang.

    Cette odeur était toute proche et se rapprochait.

    -Lily ... m'appelait-on de loin.

    Je n'en pouvais plus cette odeur empestait !

    -Lily ! hurla quelqu'un.

    Je m'assis en sursaut avant même d'avoir ouvert les yeux.

    J'étais en sueur et je respirais avec difficulté.

    -Doucement, Lily ! Ouvre les yeux ... 

    Lias. Il était revenu...

    J'ouvris les yeux et les leva vers lui.

    Il parut choquer :

    -Que ... ??? Maman ! Nicolas va chercher notre mère ! Vite !

    Je vis à peine celui-ci partir.

    Lias s'approcha doucement et me prit par les épaules :

    -Comment tu te sent ? Est-ce que ça va ? As-tu bu du sang ?

    Je tira la langue de dégoût, rien qu'au mot ...

    -Lias, tu es revenu ... tu es encore en colère ? 

    Ma voix était affaiblis.

    -Lily, ce n'est pas le moment ! Enfin, non je ne suis pas en colère contre toi ... mais on parlera de cela plus tard ! Qu'est ce qui s'est passé ?

    -Hein ?

    J'avais l'impression d'être dans les vapes.

    Maman arriva en panique :

    -Qu'st ce qu'il y a ? Nicolas a déboulé dans la salle du conseil comme un désespéré ! 

    Elle me vit. Elle jura :

    -Oh mes saints ... Lily, qu'est ce que tu as fait ? Qu'est ce qui s'est passé ?

    Elle jeta un coup d'oeil à Nicolas.

    Il baissa la tête :

    -Elle dormait paisiblement et j'ai sentis que Lias était revenu et qu'il venait par ici. Je me suis à peine lever pour lui ouvrir la porte, qu'elle s'est mise a hurlé et a se griffé la gorge ...

    Lias hocha la tête :

    -Elle avait l'air de faire un cauchemar, mais au moment où elle s'est griffé la gorge, du sang a commencé a coulé et ... le réveil peut se faire en avalant son propre sang ?

    Maman fit non de la tête et s'approcha de moi :

    -Nicolas, s'il te plaît, va me chercher de quoi la soigner. Lias, détourne son attention.

    Je venais d'entendre un conversation que je n'étais pas censé entendre ...

    Lias s'assis a côté de moi et me prit dans ses bras, en cachant mes yeux de sa main.

    -Lias ? demandai-je.

    -Lily, reste calme. On va essayer de comprendre ce qui t'es arrivé. Pour ça, reste tranquille et accepte que Maman lise en toi. Tu peux même te rendormir si tu veux... me dit-il.

    Je le sentais tendu. Il contrôlait sa respiration pour que je ne panique pas.

    -J'ai peur ... dis-je.

    Il essaya de se détendre et de me serrer un peu plus fort pour me réconforté.

    -Ma puce, tout ira bien, ne t'inquiète pas ! fit ma mère d'une voix douce.

    Entendre sa voix fut suffisant à ce que je me détende ... et me rendorme.

    Non, sans que je sentes des doigts glacés mais familier appuyer sur mes tempes ...


    votre commentaire
  • 42

    Après avoir bien manger, je me sentais de nouveau en pleine forme.

    En compagnie de Gaby et Dany, je joua à plusieurs jeu non-magique comme le Uno, le rumicube , ect ... pour faire passer le temps. 

    Nous étions tout les trois bien réveiller. 

    Vers 7 heures du matin, Maman qui s'était lever nous trouva en train de jouer tout en mangeant notre petit déjeuné.

    Avant de nous crier dessus, elle couru vers moi pour me prendre dans ces bras en me posant mille et une question.

    -Elle va bien ... quoique je crois que tu l'étouffe ! fit Gaby en riant.

    -Bien ... maintenant que je sais que tu vas bien ... (elle prit un air sérieux) on ne mange pas en jouant ! Manger ou jouer mais choisissez ! Que ce soit fait avant que je ne revienne !

    Et elle repartit dans sa chambre.

    On se fixa l'un l'autre une bonne minutes avant d'exploser de rire. 

    Malgré mon manque de voix, rire me faisait du bien... enfin, rire en mode vibreur !

    A nos rires, mon père sortit de sa chambre.

    -Jenne, tu vas mieux ? Tu peux déjà te lever ?

    J'hocha la tête en me levant pour débarrasser.

    Il était déjà habiller et prêt à partir. Faisant parti du premier cercle, il avait beaucoup de travail ...

    Il m'ébouriffa les cheveux et se dirigea vers la cuisine.

    Après avoir débarrasser, on continua a joué un peu avant de commencer a baillé.

    On retourna donc tous au lit, finir la nuit que l'on avait interrompu...


    votre commentaire
  • 31

    On avait fini de manger.

    J'avais l'impression d'avoir manger le repas de 10 personnes. 

    Mon estomac s'était transformer en trou noir !

    -Comment as-tu trouvé se repas ? me demanda Dom Aelig.

    -Il était délicieux ! D'ailleurs, vous avez parler de cuisine, qui est-ce ?

    -Ah, cuisine ? Eh bien, c'est la cuisine ! Ce manoir est vivant. Chaque pièce à sa fonction. Et évidemment, chaque pièce a une créature qui suit ces ordres. Par exemple, chez cuisine, il y a des brownies qui suit ces ordres et font la cuisine suivant ces instructions... tu veux aller voir ?

    Curieuse, j'hocha la tête.

    On se leva et il m'emmena vers un coin de la pièce, à côté de long rideau rouge, fermer.

    Une double porte orange s'ouvrit devant nous.

    Une cuisine digne d'un restaurant 5 étoile apparut. Elle était remplie de couleur. Mais ce qui m'intrigua le plus, fut qu'elle était remplie de petite créature, d'environ un mètre, ressemblant à de petit lutins aux grand yeux bleu, tous en tenu de cuisinier.

    A notre entrée, il s'était tous mis dans une sorte de garde-à-vus.

    -Quelque chose aurait déplus au maître ? fit l'une des créatures, semblant être le chef.

    -Non, mes chères brownies, je suis juste venu faire visiter cuisine à ma jeune invitée. Aria, je te présente les brownies, mes chefs cuisiner. C'est eux qui ont préparer le festin !

    L'ambiance changea dans la pièce. Ils eurent l'air d'avoir peur. Ils me fixèrent tous, inquiet.

    -Des brownies ? Vous êtes les premier que je rencontre ... en tout les cas, merci beaucoup pour ce repas, il était ... époustouflant et délicieux ! dis-je poliment. 

    En un instant, l'ambiance tendu se transforma en ... anarchie absolut ?

    A peine avais-je fini de les complimenter que leur joue avait rosies et ils commencèrent a hurlé et sauté dans tout les sens. Celui qui avait parut être le chef vint vers moi et me prit les mains :

    -Jeune invitée, pour tes compliments, nos coeurs résonnent de joie !

     Je lui souris. Il rosit de plus bel.

    -Bien, maintenant, je vais faire visiter d'autres pièces à notre jeune amie... dit-il en m'entraînant dehors.

    Une fois la porte fermé, il eut l'air de bonne humeur :

    -Es-tu d'accord pour visiter le reste du manoir ?

    J'hocha la tête.

    -Tu n'avais jamais rencontrer de brownies ?

    -Non, c'était la première fois ...

    -Tu leur as fait forte impression ! Ils n'ont jamais autant réagis à mes compliments !

    Je ris. Dom Aelig était certes étrange, mais il me paraissait de plus en plus sympathique !

    On était revenu dans le salon. Mon père et Ozan avaient l'air bourré. Axel avait l'air de s'ennuyer a mourir...

    Dom Aegil fit signe a Axel d'approcher.

    Celui-ci se leva immédiatement pour nous rejoindre.

    -Voudrais-tu venir visiter le manoir en notre compagnie ? 

    Surpris mais certainement curieux, il accepta l'offre avec joie.

    Il nous amena dans diverses pièces, plus belle les une que les autres...et les réactions d'Axel me faisait rire. Il avait le visage d'un enfant qui découvrait un parc d'attraction...

    -Et enfin, dans cette pièce, je suis désolé mais même si tu es un quart de notre espèce, tu ne peux pas entrer Axel ... fit Dom Aegil devant la porte fermer.

    Axel fit une moue déçu.

    -Mais si tu veux; je t'autorise à aller découvrir seul la bibliothèque qui se trouve juste là ! proposa t'il en montrant du doigt le porte suivante.

    Sans attendre, Axel y alla.

    -Bien, es-tu prête ? me dit-il.

    J'hocha la tête.

    -Bien ...

    Et il ouvra la porte, m'entraîna à l'intérieur et referma la porte.

    La salle était petite est lumineuse. Il y avait seulement une petite table basse, un sofa et une petite bibliothèque.

    Il me tendis sa main. Avec hésitation, je la pris.

    Puis il commença a m'emmenais tout droit vers le mur ... qui était en vérité un rideau !

    On le traversa et apparut des escaliers en colimaçon qui montait.

    Il me lâcha la main et m'indiqua de monter.

    Ce que je fis, avec excitation.

    Une fois en haut, je découvris une vue extraordinaire...

    -Cela te plaît-il ?

    -Oui, c'est ... magnifique !

    On y voyait toute le forêt vu d'en haut. 


    votre commentaire
  • 07

    J'avais passé la nuit me tourner et me retourner dans mon lit. 

    Les mots de mon père tournait en rond dans ma tête et m'avait empêcher de dormir.

    Je m'étais donc lever avant mon réveille avec des yeux digne d'un panda.

    Et je dû aller à l'école avec cette tête...

    A peine avais-je ouvert la porte de chez moi que je fus saluais par Lioz qui m'avait accompagner jusqu'au Lycée, en bon garde du corps.

    J'étais entré en classe et m'était mis à ma place, capuche bien rabattu sur ma tête.

    Quelques élèves étaient déjà arriver. 

    Je sentais leur regard curieux mais j'essayais de les ignorer en me plongeant d'avantage dans mon livre.

    -Diiis, tu m'écoutes ? Allo, ici la terre ! La terre à Sasha !

    Je releva la tête. La fille de la veille.

    -Euh ... oui ? 

    -Tu ne te souviens pas de moi, c'est sa ? me dit-il, l'air boudeuse.

    -Euh ... si ? Mais tu ne m'avais pas dit ton nom ...

    -Oh, c'est vrai ! Je m'appelle Lyra. Dis, alors ?

    -Enchanté Lyra. Excuse-moi mais je n'ai pas entendu ta question ...

    -Je te demandais ce qui s'est passé hier ? Pourquoi as-tu dû aller chez le directeur dès la rentrée ?

    -Oh. C'est un ami à mon père ... dis-je pour éviter d'être pris pour un intello.

    -C'est tout ? Pourtant le prof nous a dit que tu n'avais pas besoin de son cours ...

    Ce prof avait trop parler ... je soupira :

    -Je parle couramment anglais, c'est tout.

    -Mmmm ? fit-elle suspicieuse. C'est ennuyeux ...

    Et elle s'en alla raconter mes réponses à ses amis.

    -Si c'est ennuyeux pourquoi tu me le demande ? chuchotais-je pour moi-même.

    -Je suppose que comme pour toute la classe, elle était curieuse à ton propos ... me répondit une voix à ma droite.

    -Bonjour ... dis-je simplement.

    -Bonjour ! s'exclama Adam avec un grand sourire. Tes notes m'ont bien servi ! 

    Il me tendit mon cahier. Je le pris.

    -Content que sa t'es aidé ... dis-je en remettant mon nez dans mon livre.

    Lorsque je relevais les yeux de mon livre, les cours avait déjà commencer et le prof d'histoire venait de me poser une question.

    -Je suis désolé, je n'ai pas suivi... m'excusais-je, sincèrement.

    La classe rit pendant que le prof soupira et interrogea quelqu'un d'autre.

    -Désolé, je t'ai appelé plusieurs fois mais tu étais tellement concentré dans ton livre que tu n'as pas su m'entendre ... me chuchota Adam.

    Je secoua la tête :

    -Merci d'avoir voulu m'aider ...

    -Il est bien ton livre ? Sa parle de quoi ?

    -Des mythes et légendes ... 

    -Sur quoi ?

    -Les créatures fantastique ...

    Bien que j'en étais une moi-même.

    -C'est si intéressant que sa ? Tu pourras me le prêter ?

    J'hocha la tête.

    Il me fit un grand sourire et continua à prendre des notes.

    Son sourire m'avait un peu désorienter.

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas eus autant d'interaction avec un camarade de classe, sa devait être la raison pour laquelle mon coeur s'était serré soudainement ...


    votre commentaire
  • 19

    -Lily ! s'exclama ma mère en me voyant arriver.

    Elle me prit dans ses bras.

    Mon arrivée au nid n'était pas passé inaperçu : pratiquement tout les vampires présent avaient leur regard braquer sur moi...

    -Heureusement que tes frères ne sont pas là ... ils auraient fait un massacre ... merci à toi, Nicolas. Merci à toi aussi, ... Ruben (?), pour avoir escorté ma fille jusqu'ici !

    Ruben se mit presque au garde-à-vous :

    -C'était un honneur !

    Ma mère hocha la tête et m'entraîna avec elle.

    Elle me fit entrer dans une pièce, plutôt petite, contenant un lit.

    J'en fus surprise :

    -Maman, pourquoi y a t'il un lit ici ?

    -Ma chérie, après une nuit pareil tu dois être fatiguer, non ? J'ai demandé au conseil du nid d'en faire venir un ici, le temps que cette histoire se finisse ... c'est l'endroit le plus sécurisé pour toi, ici ! Maintenant, dors et détend-toi ! 

    J'hocha la tête, tél une petite fille sage. Elle se leva en souriant :

    -Je dois aller voir le conseil, ils m'attendent. Je reviens rapidement avec un petit déjeuné, d'accord ? Repose-toi !

    Et elle sortit.

    Quelques minutes à peine après qu'elle soit sortit, Nicolas entra.

    Je fis semblant de dormir.

    Il s'assit sur le bord du lit.

    -Lily, dors maintenant. Je suis là et je le resterais jusqu'à ce que ta mère revienne...

    J'ouvris les yeux, mais resta dans le silence. Je boudais.

    -Lily ...

    Il s'était rapproché :

    -Lily, tu m'en veux pour tout à l'heure ? Je suis désolé, je n'aurais pas dû m'emporter. Mais comprend qu'il y a des choses dont je ne veux pas parler ...

    -C'était une raison d'être aussi sec ? demandai-je le plus froidement possible.

    Je le vis se raidir.

    -Désolé ... et puis ce n'était ni le moment, ni l'heure de parler de sa ! se justifia t'il.

    J'inspira profondément :

    -Tu ne fais que te trouver des raisons pour ne pas en parler ! Mais si il y a quelque chose dont tu ne veux pas parler, dis-le moi clairement et je ne t'embêterai plus ! Et puis ...

    -Et puis ? demanda t'il curieux.

    -Et puis, tu es mon meilleur ami. Le seul en dehors de ma famille en qui j'ai confiance. Je ne veux pas te perdre... je sais que je suis un fardeau : un vampire sans crocs n'est qu'un boulet ! Encore plus si c'est un sang pur ! Alors si tu ne veux plus être avec moi parce que je te fatigue avec mes questions, dis-le !

    Une larme roula sur ma joue. Il secoua la tête :

    -Lily, tu n'es pas un boulet, loin de là. Tes questions ne me fatiguent pas, juste qu'il y a des moment où ce n'est pas le bon pour parler de sujet sensible ... comprend qu'on est pas dans une situation normal ! Tu es en train de te faire traquer, et au lieu d'avoir peur pour toi, tu es curieuse sur mon passé ! Avoue que sa rendrait dingue n'importe qui, non ? Même Ruben était exaspéré et choquer de ton manque d'instinct !

    -Je ...

    -Lily, maintenant, sois raisonnable et dors. Lorsque cette situation sera terminé, tu me posera toute les questions que tu veux ...

    J'hocha la tête et m'allongea. 

    Il borda la couverture et vint s'allonger à côté de moi.

    Je me cala contre lui.

    Le calme régnait dans la pièce. C'était étrange.

    Mais la présence réconfortante de Nicolas fit que ma conscience s'endormit petit à petit ...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires