• 23

    L'information mis du temps a monter jusqu'à mon cerveau.

    -... Hein ? Sérieux ? Mais ... non, impossible ! C'est une blague ? dis-je.

    Mes pensées tournaient à cent à l'heure.

    -Non, je te jute que... commença Goddy.

    Mais je l'interrompis en commençant à rire de manière hystérique.

    Je ne sais pas pendant combien de temps je fus dans cet état, mais lorsque je m'arrêta, Goddy me tendis une boîte de mouchoir.

    Tout en pétant un câble, j'avais pleurer et ris en même temps.

    Je me moucha rapidement, mal à l'aise de m'être montrer en spectacle...

    -Ca va mieux ? demanda t'il, inquiet.

    J'hocha la tête, en me passant une main dans les cheveux.

    -Euh... comment dire ... tu sais ... avoir été hystérique comme cela je pense que c'est normal ... tu as retrouvé l'intégralité de tes souvenirs et tu te rends compte de plein de truc donc ... péter un câble dans cette situation c'est ... normal ?!

    Il m'avait expliquer ça d'une manière à vouloir me remonter le moral.

    -... merci Goddy... murmurais-je.

    -Olaaa ?? Qu'ai-je entendu ? Des remerciements de la part d'un Lulu Junior ?? dit-il d'un air moqueur.

    Je lui foutu une droite non-contrôler.

    -Désolé, c'était un réflexe ... dis-je en levant les yeux l'air innocent.

    Il se frotta la joue, qui commençait à rougir.

    -Ouais, ouais, au moins je vois que tu vas mieux ... fit-il en faisant la grimace.

    J'essaya de me lever. Pas de vertige, je tenais sur mes jambes ... tout allait bien !

    Je me dirigea vers la salle de bain pour prendre une bonne douche et je me rhabilla rapidement.

    -Parce que tu prévois de sortir, Mr le convalescent ? me dit Goddy en se mettant devant la porte de ma chambre.

    -Oui, je veux aller voir Lucifer.

    Il pâlit.

    -Si Lucifer apprend que je t'ai dit la vérité, je vais me faire trucider ! s'exclama t'il.

    -Ne t'inquiète pas, je lui dirais que c'est moi qui est deviné...

    -Tu ne sortiras pas d'ici ! dit-il en me menaçant du regard.

    Je souris :

    -Petit joueur ! dis-je amusé en brandissant mon poing sous son nez.

    Il soupira :

    -C'est un argument de poids ... et je suis censé dire quoi à ta soeur et tes parents ?

    -Que je suis partis prendre l'air ?

    -Tu pourrais ouvrir la fenêtre pour ça ...

    -Alors je te charge de me trouver une excuse ! Et pas un plan foireux s'il te plaît ! demandais-je avec un clin d'oeil.

    Il se décala en soupirant à nouveau.

    -A plus ! lui dis-je en ouvrant la porte.

    -----------------------------------

    Je venais à peine de sortir de la maison, quand je vis un doigt me pointer et une voix hurler :

    -Toi !

    -Moi ? dis-je en levant un sourcil.

    -Tu as intérêt à t'expliquer ! A tout m'expliquer ! hurla Simon, rouge de colère.

    -... me dit pas que tu m'as attendu tout ce temps ici ? Sa doit faire quoi ? Deux jour que je suis malade ?

    Il ne bougea pas.

    Je soupira :

    -Je t'expliquerai tout après. Laisse moi juste le temps d'aller faire ce que j'ai a faire...

    -Sa a toujours été comme ça avec toi ! Quand il t'arrive des choses graves tu ne dis jamais rien et tu ne racontes rien à personne ! J'en ai assez ! Pourquoi tu ne t'ouvres pas ? Pourquoi tu ne nous fais pas confiance ?

    Je voyais des larmes de rage au coin de ses yeux.

    Il me fusilla du regard et s'enfuit en courant.

    Je me passa une main sur le visage, décourager.

    Quand il se mettait en colère - ce qui était très rare- c'est qu'il prenait la chose en question, très à coeur.

    Mais bon, à la fin il se mettait à bouder et revenait vers moi, ce sera certainement pareil cette fois-ci aussi... 

    J'haussa les épaules et commença à avancer : la priorité était d'aller s'expliquer avec mon maître, le vrai Lucifer.

     


    votre commentaire
  • 26

    -Andréa a fait QUOI ? hurla mon père.

    -Chérie, calme-toi, tu me fais honte ! fit ma mère, essayant de le calmer.

    Mamy venait de lui annoncer qu'Andréa avait transformer notre maison en discothèque.

    Et... que la plupart des gamins de la ville y était.

    Mamy, étant une citrouille, ne pouvait pas l'empêcher de le faire.

    Elle avait bien essayer de l'en dissuader, mais elle n'en avait fait qu'à sa tête, la traitant de " sale vieille citrouille rouiller qui pu la magie".

    Mon père se passa une main sur le visage, agacer :

    -Cette petite va avoir une leçon qu'elle n'oubliera pas ! Elle n'en fait qu'a sa tête ! Sa suffit les caprices !

    -Je sais que tu dois être présent pour ce qui viens, alors je vais rentrer en première, d'accord ? proposa maman.

    Il hocha la tête, vaincu :

    -Très bien... Ben, que veux-tu faire ? Rester ici ou repartir avec ta mère ?

    Il eut l'air de réfléchir :

    -D'un côté voir Andréa se faire crier dessus par maman c'est ... historique, mais voler avec toi, Papa c'est rare ... Jen, c'est quoi le mieux ?

    Je ris :

    -C'est à toi qu'on a proposé de décider ! Mais si tu veux un conseil ... (je me baissa vers son oreille pour chuchoter) le mieux c'est que tu rentre et que tu film la scène avec Andréa et moi je te raconterai tout ce qui c'est produit ici, d'accord ?

    Il leva son pouce et me fit un salut militaire :

    -A vos ordres, capitaine ! C'est avec joie que je vais remplir ma mission !

    On rit tout les deux et on se tapa la mains avant de se disperser sous le regard amusé de nos parents.

    -------------------

    -Et donc, quel était cet ordre de mission, capitaine ? fit mon père en se tournant vers moi.

    Maman et Ben venait de s'envoler.

    -Euh ... voir ce que maman réserve à Andréa ? dis-je d'une toute petite voix.

    Mon père souris :

    -Je vais peut-être me répéter, mais Andréa est quand même ta petite soeur ! Ne sois pas si joyeuse de la voir dans cette situation !

    -Elle déteste la magie, elle joue à la petite fille gâtée, elle fait ce qui lui chante ! La voir se faire un peu taper sur les doigt remonte le moral, c'est tout ... dis-je simplement.

    Mamy acquiesça et marmonna un "tout à fait d'accord".

    Mon père souris :

    -Bon ... changeons d'idée, d'air et de sujet ! Viens que je te présente à ton nouveau cercle...

    -------------

    Il me présenta 7 personnes du premier cercle, dont j'oublia le nom, au moment où ladite personne s'en allait...

    -Alors, que ressens-tu en sachant que tu fais parti du premier cercle ? Heureuse ? me dit-il

    -Euh ... (je ne savais pas quoi répondre). Oui ? Non ? Peut-être ?

    -Tu vas me répondre en dissertation de philosophie ? répondit-il en riant. 

    -Eh ben ... disons que je ne m'y attendait pas donc je suis encore dans ma phase de ... "surprise". dis-je en mimant les guillemets.

    -Je vois ... fit-il, sceptique.

    Quelqu'un mit sa main sur mon épaule.

    Je me retourna.

    -On te retrouve enfin, p'tite chipie ! s'exclama Niky.

    -On t'a cherché partout ! s'exclama Gaby en me prenant contre lui.

    -Tient, les garçons, vous allez bien ? fit mon père.

    -Mr Kirke, bien et vous ?

    Mon père se contenta de rire.

    -Je vois ... fit Gaby en chuchotant. Sinon, ça va toi, tu vas bien ? Le cercle n'a pas été trop dur ? 

    -Non, c'était même exaltant ! Je me sentais en forme ! Ce cercle m'a requinqué ! répondis-je.

    Niky et Gaby se concertèrent du regard.

    -Dit-moi, Jen, ne me dit pas que ton grimoire à un quelconque lien avec les nécromanciens ? demanda Niky.

    -Non, enfin ... je ne crois pas pourquoi ?

    -Parce que le cercle de la Samain est un cercle auquel nous donnons notre énergie pour la convertir en passage pour les morts et seul les nécromanciens n'en ressentent pas les effets. Sinon, sa nous épuise ... m'expliqua Niky.

    -Mais toi tu dis qu'au contraire, le cercle t'a renforcé ! Quoique je n'ai jamais entendu que le cercle faisait un tel effet ... fit Gaby.

    Ils entrèrent tout les deux dans une grande réflexion.

    Gaby m'enlaçait toujours.

    -Peut-être parce que, comme l'a dit plus tôt Véronica, tu es très puissante. Tu l'es tellement que tu aurais pu invoquer la porte toute seul... fit Dany à ma droite.

    Depuis quand était-il là ?

    -C'est une possibilité ... approuva mon père.

    Je sentais que mon père avait flairer quelque chose de louche à mon sujet. Zut.

    Gaby me libéra. Son loup blanc se frotta à mes jambes, je lui caressa la tête.

    En balayant la salle du regard, je vis que beaucoup de sorciers et sorcières étaient parti.

    Il ne restait plus que des gens à partir du 5e cercle.

    Je posa ma question muette en croisant le regard de Gaby.

    -Je pense que c'est parce qu'il est tard, pour commencer et ensuite, parce que la cérémonie à venir n'intéresse pas grand monde...

    -C'est dommage, c'est quand même une cérémonie ...

    -Oui, et nous, qui faisons parti du premier cercle, avons le devoir d'être présent ! m'expliqua Papa. Regarde, d'ailleurs, sa ne va pas tarder à commencer ...

     


    votre commentaire
  • 25

    Je mangeais, tout en parlant au fantôme de ma grande-tante, lorsque Suzanne vint me voir :

    -Ce cercle t'as t'il plu ?

    -Oui, beaucoup ! 

    Elle souris et me chuchota à l'oreille :

    -Tu devrais lire ton bloc note et aller faire ton pacte avec ta citrouille, dans la salle d'a côté...

    J'hocha la tête et je quitta la salle.

    La salle voisine était tout aussi belle.

    Je vis Mélina assise sur l'un des canapés luxueux de la salle, son lion à ses pieds.

    -J'attend mon tour, Rudolph est en train de le faire ... m'expliqua t'elle.

    Je m'assis à côté d'elle.

    -Alors comme sa, il paraît que ce soir, les partenaires des nouvelles roses vont être présenter ? m'annonça t'elle, l'air de rien.

    -Qu'insinuerais-tu ? dis-je en levant un sourcil, l'air ignorante.

    Elle rit :

    -Je vois que tu es déjà au courant...

    -Mon père me l'a appris, il y a tout juste une demi-heure...

    -Mélina, à ton tour ! fit Véronica depuis la salle voisine.

    Celle-ci se leva en me faisant un clin d'oeil.

    Je lui tira la langue en réponse.

    Elle rit en pénétrant dans la salle suivante.

    Etant seule, j'ouvris mon bloc note.

    Le chapitre du serment du silence et de la cérémonie de la rose était lisible.

    Zut. Je savais que sa allait être pour ma pomme !

    Si sa se passait ce soir, je ne sais pas si je pourrais le supporter ...

    Je soupira et commença à lire le serment du silence...

    -----------------

    -Jen, tu peux entrer ! m'annonça Véronica.

    Je venais tout juste de finir le chapitre. Sa me paraissait douteux ! Très douteux !

    Mais je n'y pouvais rien ...

    J'entra dans la salle.

    Ce n'était pas une "salle" a proprement parler.

    C'était un tout petit espace, duquel au centre, se trouver une petite table ronde et deux chaises.

    Véronica était assise sur l'une d'elle. Je m'assis sur celle d'en face.

    -Prête ? 

    -Pas sûre ... dis-je pas très rassurer.

    Véronica rit :

    -Ne t'inquiète pas, tout ira bien !

    Un petit pot se trouver sur la table.

    -Trempe ton doigt dedans et invoque le nom complet de la personne que tu souhaites comme guide.

    Je trempa mon doigt, (avec un peu de stresse) et prononça :

    -J'invoque pour être mon guide mon arrière-arrière grand-mère, Mélie Zélie Macbeth, vient à moi, s'il te plaît !

    Une fumée grise apparut au-dessus de nous.

    Puis Mamy apparut, l'air énerver :

    -Re-bonsoir, Jen chérie ! Alors nous y voilà, la cérémonie de la citrouille ! Cela faisait bien longtemps ...

    -Mme Macbeth ? Cela est un honneur pour moi de vous rencontrez ! fit Véronica en se levant, poing sur le coeur.

    -Je suis tout aussi honorer de rencontrer celle qui continue de tenir le flambeau que j'ai créée ! fit Mamy.

    Elle avait l'air de meilleur humeur...

    -Acceptez-vous de devenir la guide de la jeune sorcière, ici présente ?

    -Moi, Mélie Macbeth, jure de guidé avec fierté et fidélité celle qui m'est liée par le sang, ma petite Jenne Kirke ! dit-elle d'un ton solennel.

    Puis Mamy descendit vers moi et je la pris dans mes bras.

    Une larme roula sur ma joue.

    -Allons, allons, ma chérie, sois forte ! Sa ne fait que commençait ! me dit-elle d'un ton doux.

    -Je sais... dis-je en me frottant les yeux. Dîtes, Véronica, j'ai juste une question ...

    -Oui ? 

    -Ne me dîtes pas que la cérémonie de la rose se fait ce soir ? S'il vous plaît !!

    Elle rit et soupira :

    -Ne t'inquiète pas, aujourd'hui, seul les partenaires seront présentés. Ce sera leur serment de fidélité qui se déroulera ce soir.

    -Je vois ... dis-je en soupirant de soulagement.

    -Tu sais que même ton père n'est pas au courant de ta nomination, n'est ce pas ?

    -Oui ... seul ma mère est au courant. D'ailleurs, à quoi servent les partenaires ?

    Elle souris :

    -Tu es curieuse, c'est bien. Mais chaque chose en son temps ! Tu sauras tout en temps voulu !

    J'hocha la tête.

    -Allez, jeune fille, allons retrouver tes parents, j'ai deux mots à leur dire... fit Mamy en se dirigeant vers la porte.


    votre commentaire
  • 22

    -Où se trouve Lucifer ?

    Il m'observa quelques minutes, choqué.

    -Tu m'as bien dit que tu te souvenais de tout ? me demanda t'il.

    -Oui, Lucifer m'a amené ici ... mais ensuite ?

    -C'EST LUCIFER QUI T'AS AMENER ICI ???

    Il avait hurler dans mes oreilles. J'eus envie de le cogner...

    -Oui. Bref où est-il ?

    -Je vois ... je comprend mieux ... oui ...

    Son air mysterieux renforcer mon envie de le tabasser ...

    -Tu m'expliqués ou je vais chercher moi-même les réponses ?

    Il eut l'air paniquer :

    -Euh... non,non, je vais t'expliquer...en faite, on ignorait tous comment tu avais pu disparaître. Mais il est vrai qu'avec tout le foutoir qu'il y a eu là haut, on aurait pu remarquer que certains déchus avait disparu... et seraient descendu ici. Si c'est Lucifer qui t'as amener ici, sa explique beaucoup de chose. Tu m'as demandé où étais Lucifer, mais si tu as ta mémoire, comment se fait-il que tu ne l'es toujours pas réaliser ?

    -De quoi ? dis-je en levant un sourcil.

    -Bah ... qui était Lucifer ! Il t'a toujours à l'oeil, pourtant !

    Je commençais a réfléchir par élimination :

    -C'est un gars de ma bande ? Non, impossible ! Ils sont trop idiots pour l'être ... dans ma classe ? A part ma bande, je n y ai aucun contacte ... un prof, peut-être ?

    Gori ... je veux dire, Goddy me regardait avec amusement pendant que je me creusais la cervelle.

    -Tu donnes ta langue au chat ? dit-il après quelques minutes.

    J'hocha la tete.

    -Lucifer est ... quelqu'un qui te protège tout le temps et qui ta appris beaucoup. Il a fait en sorte que nous, les anges ne pouvons ni te trouver, ni s'approcher de toi, d'aucune façon. Il a fait en sorte que tu ne sois jamais seul, bien entourait et que tu ne sois plus jamais enfermer quelque part. Il nous a montré a quel point tu lui est chère et précieux. Récemment, il avait commencer à bouger, et c'est là que je l'ai rencontré. J'ai été surpris de le voir ici. Lorsque je lui ai dit que j'étais la pour te chercher, il a d'abord nier. Puis quand je lui ai dit que je t'avais déjà rencontrer, il nous a menacé et était prés à se battre si nous tentions quoi que ce soit. C'est pour sa que je n'ai pas pu intégrer ton lycée ou être trop proche de toi ... Moi je t'ai reconnu tout de suite, mais toi qui n'avait plus de mémoire... tu ... tu ne te rappelais de rien et ... (les larme lui montaient aux yeux) sa me faisait culpabiliser. Et c'est la que tu as commencé à être absent, alors qu on te surveillait, tu ne sortais plus de chez toi, tu étais étrange, alors j'ai commence a être curieux ... et Amaros qui vient me voir pour me dire d'organiser une rencontre ...

    Je l'avais ecouter avec attention, mais il n'avait pas dit le principal :

    -C'est bien beau tout ça, mais sa ne répond pas à ma question ...

    Il hocha la tête :

    -Oui, je m'éloigne ... Lucifer est ... ton maître et ... ton proviseur.


    votre commentaire
  • 27

    Mon père était ... tétaniser.

    -Je t'avais bien dit qu'on ne jouait pas avec le feu ...

    -Et la glace ... non plus ! s'exclama-il, essouffler. 

    Mon manteau et mes sphères, flottant à mes côtés, me faisait me sentir puissante, pleine de confiance.

    J'avais réussi à coincer mon père contre un arbre en le gelant à un tronc, comme pour Larry.

    -Tu as l'air de maîtriser ton feu mieux que je ne le pensais... où est le problème ?

    Je pris une de mes sphères dans mes mains et je l'approcha de la glace retenant mon père.

    La sphère devint de plus en plus chaude, jusqu'à faire fondre la glace. Je n'avais rien sentis...

    -Je ne sais pas trop, en faite... c'est comme si ... comme si mon pouvoir été un petit chien enragé qui veut toujours sortir se promener à l'air libre... ou quelque chose du genre...

    La glace céda, il fut libérer et s'étira :

    -Un petit chien enragé, hein ? En tout les cas, j'ai bien vu que ton feu t'obeissait au doigt et à l'oeil lorsque tu te battais...

    -Oui, mais lorsque je le contient à l'intérieur de moi ... c'est comme si il voulait sortir, c'est difficile à décrire tellement c'est étrange...

    Il hocha la tête :

    -Très bien ... range-le.

    -Papa, ce n'est pas un objet ! m'exclamais-je, faussement vexer.

    Il rit.

    Je me concentra et essaya de me calmer. Je sentais mon feu disparaître petit à petit.

    -Bien, maintenant, dis-moi, qu'est ce que tu ressens ?

    -Il est calme. Je viens de l'utiliser alors il ne se manifestera pas avant plusieurs heures...

    -Tu ne pourras pas l'utiliser ?

    -Non, enfin si ! Si je suis en danger ou que je veuille l'utiliser, je peux. Mais je veux dire ... il restera calmement à l'intérieur de moi ...

    Il s'approcha et me caressa la tête :

    -Tu en parles comme si tu gardais un monstre à l'intérieure de toi...

    Je fis non de la tête, il leva un sourcil.

    -C'est moi le monstre... dis-je d'une toute petite voix.

    Il soupira et se baissa pour se mettre à ma hauteur. Je me sentais de nouveau comme une petite fille...

    -Aria, ma puce, tu n'es pas un monstre ! Tu es une jeune fille extraordinaire comme il y en a peu en ce monde ! Tu es même unique en ton genre ! Un vrai miracle ! [...] Tu n'es pas convaincu, n'est ce pas ?

    Je fis non de la tête.

    Il soupira à nouveau.

    J'entendis un bruit de pas, et me retourna, alerte.

    -Woooo ! Doucement, ce n'est que nous ! s'exclama Ethan.

    -Ne nous tue pas par erreur s'il te plaît ! s'exclama Eren en mettant ces mains en l'air.

    Je fis la moue, ils rirent.

    -Qu'est ce que vous faites ici ? demanda mon père.

    -Nous avons attendu ton appel patiemment mais tu ne l'as pas fait, alors on commençait à s'inquiéter... fit Eren, gêné.

    -Si longtemps que cela ? Quel heure est-il ?

    -14h35 précisément. répondit Ethan.

    Comme pour lui donner raison, mon ventre émit un petit grognement qui me fit rougir :

    -Euh ... euh ... c'est juste euh ... (j'étais perdu et mal à l'aise)

    -Ah, ah, ah ... ne t'inquiète pas Aria, moi aussi j'ai faim ! Allons manger un morceau ! proposa t'il.

    -Je viens avec vous alors, j'ai faim ! fit Axel descendant d'un arbre.

    Il bailla.

    Je ne l'avais pas du tout remarquer ! Que faisait-il là haut ?

    Je le fixais tout en réfléchissant. Il croisa mon regard et me tira la langue.

    Je fus surprise et Eren commença à rire.

    -Bien, alors allons-y tous ensemble, c'est moi qui invite ! fit Papa en se dirigeant vers l'entrée de la forêt.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires