• 22

    Sans tenir compte du temps qui passait, j'avais essayer pratiquement tout les bassins.

    Mélina avait apparemment voulu élire domicile dans le jacuzzi, accompagner de son lion.

    Véronica et d'autres membres du conseil était là à s'immerger et à se détendre.

    Il ne me restait qu'un bassin à essayer.

    Ce bassin avait la forme d'une petite hutte faite de bambou. 

    A l'intérieur, un petit bassin rond où l'on pouvait s'allonger entièrement.

    Rudolph y était déjà, les yeux fermer, détendu.

    Je m'y allongea le plus discrètement possible et ferma les yeux.

    Au moment où je mis mes oreilles dans l'eau, je compris les secrets de ce bassin.

    Le premier c'était que l'eau avait la bonne température. Le second, que quiconque pouvait s'y allonger entièrement sans se noyer. Et le troisième ... une sorte de musique entraînante s'entendait lorsqu'on y émergeait ses oreilles.

    Je n'avais plus envie de bouger.

    Cet instant était parfais...

    Mes yeux toujours fermer, je vis des images défiler.

    Une pendule. Une cape noir. Quatre rose. Un sablier briser. Et ... des mains qui m'attrapent.

    Des mains qui m'attrapent ? Non ... ce n'était pas une vision !

    Rudolph était là, me relevant,l'air inquiet :

    -Est ce que ça va ? Sa fait dix minutes que tu es rester sous l'eau entièrement !

    J'ouvris les yeux désorienter.

    -Oui, oui... ça va. Merci Rudolph ! dis-je en me dégageant de se bras.

    Il m'observa encore inquiet et se releva.

    -Bon ... Véronica nous demande d'aller la rejoindre, allons-y.

    J'hocha la tête en le suivant.

    -------

     -Bien, mes chères fréres et soeurs, cette cérémonie sera tout d'abord celle d'Halloween. Nous ferons donc un cercle des éléments et un cercle des morts, accompagner des roses. Je compte sur vous pour aider nos nouveaux arrivant à s'y sentir à l'aise et à les conseiller si besoin ! 

    Un brouhaha se fit entre les personnes du premier cercle. Mélina croisa mon regard. On était toute les deux surexcitées...

    -Bien, alors allons-y sans tarder ! fit-elle en re-claquant des doigts.

    Sa tenu de sorcière revint. 

    La plupart des sorciers prirent leurs baguettes et changèrent de tenu.

    Je claqua des doigts discrètement, c'était plus simple.

    -Véronica, j'ai une question ...

    -Oui, mon poussin ? me dit-elle.

    Je fus surprise mais me reprit rapidement :

    -Comment se déroule la cérémonie des morts ? Je ne l'ai jamais vu ou faites ...

    -Ne t'inquiètes pas ! De toute les cérémonies, c'est la plus drôles et facile !

    Je me tourna vers Mélina, qui caressait sont lion :

    -Je suis surexcitée et morte de trouille à la fois ! J'ai un de ces tracs ...

    -Je me sens exactement pareil ... fit Mélina. Et c'est tellement fort en moi que sa déteint sur mon König...

    Le lion avait l'air en effet stresser.

    -Bien, sur ce, allons-y ! fit Véronica en ouvrant la porte...


    votre commentaire
  • 21

    Oui, tout fut clair dans mon esprit.

    Je les voyais s'approcher d'une sorte de grande porte. Le petit était toujours dans le même état, il n'avait pas bouger. Lucifer le regardait d'un air désolé. Il ne pouvait rien y faire ni rien y changer.

    -Lu...ci...fer ? demanda le petit, soudainement.

    -Oui, Caliel, c'est moi. Comment te sens-tu ? demanda l'ange, soulager.

    -Mal. Je ... j'ai mal ... dit-il les larmes aux yeux, une main serrant sa poitrine.

    Je voyais de la compassion et de la douleur dans les yeux de cette ange aux ailes noirs.

    Il respira un bon coup et essaya de le rassurer :

    -Ne t'en fait pas, nous ne sommes plus au paradis ... je t'emmène dans un endroit où tu n'auras plus aussi mal, je te le promet ! Cette fois, je te protégerai ! Alors ... tu peux dormir tranquille : tout ira bien ! 

    Du revers de la main, il lui essuya ces larmes et le serra contre lui.

    Puis il traversa la porte de la réincarnation... 

    ************

    J'ouvris les yeux.

    Je me sentais mieux. Plus de fièvre, plus de douleur, ni rien du tout.

    -Tu te réveilles d'un long sommeil, lulu aux bois dormant ! entendis-je.

    Je bailla et m'assis sur mon lit sans relever l'insulte ni le regarder.

    -Combien de temps j'ai dormi ?

    -Quelques heures, tout au plus... tes parents et ta soeur ne sont pas encore rentrer.

    -Je vois ... dis-je en regardant par la fenêtre.

    Mmh ? Je me sentais étrange ... ma prise de conscience avait peut-être était trop soudaine ?

    Je me tourna et observa Goddy, caler et affaler sur son matelas, le nez plonger dans un manga. Je compris à présent. Oui, en fait, j'avais des doutes. Mais maintenant, tout était clair, je n'avais pratiquement plus aucune question.

    -Tu es Goribiel, n'est-ce pas ?

    D'abord, il n'a pas réagit. Puis il leva la tête l'air choquer. Et lorsqu'il me dévisagea, il fut ... euh ... plus que choquer ? 

    -...oui.

    -Je vois ...

    -Tu ... tu te souviens de tout ?

    J'hocha la tête.

    Il se leva et me prit par les épaules. 

    -Quoi ?

    Il me fixa, yeux dans les yeux. Il avait l'air de vouloir me dire quelque chose.

    -Je ... je ...

    -Accouche Goddy ... 

    -Je ... j'ai toujours voulu m'excuser auprès de toi ! De la manière dont on s'est quitté ... je n'aurais jamais dû partir, même si tu me l'avait demandé ! J'aurais dû rester avec toi ! Et t'empêcher de ... de disparaître ...

    Il avait les larmes aux yeux. J'étais un peu mal à l'aise ...

    Sans geste brusque, j'enleva ces mains de mes épaules et je le pris dans mes bras.

    (Qu'est ce que je pourrais faire d'autre dans cette situation ??!)

    -Je ... je ne t'en veux pas. Simplement, j'étouffais, là-bas. Je me sentais seul, je n'est finalement pratiquement rien appris des anges à part leur froideur et leur noirceur. J'étais heureux des moment qu'on partageait ensemble... mais ce que je voulais le plus, n'est pas arrivé...

    Il leva la tête et essuya ces larmes :

    -Ce que tu voulais le plus ?

    -Oui. Avant que je ne partes des enfers, Satan avait promis qu'il viendrait me voir. Il n'est jamais venu. C'est Amaros qui m'en avait fait prendre conscience ...

    -Amaros ? C'est le nom du déchus qui voulait te voir, hier.

    -Je vois ... (je ris) ça a été un beau fouteur de me*de jusqu'à la fin !

    Un silence ce fit. 

    Goddy reprit contenance et s'assit à côté de moi.

    -J'ai ... j'ai une question, non, deux à te poser.

    -Je t'écoute... me dit-il, hésitant.

    -Un, qu'est ce que tu fais là ?

    -Pardon ?

    -Qu'est ce que tu fais sur terre ?

    -Je ... quand tu as brûler le jardin d'Eden, ça a été une vrai pagaille... tu as été enfermé et tu étais dans ... cet état ... les anges ont enquêté pour savoir comment tout remettre en état. Rien n'y fit personne ne trouva. Un certain Aniel est arrivé et à dit avec certitude que tu étais le seul à pouvoir tout remettre en état, parce que tu as le don principal de la terre. Tout le monde fut un peu sceptique et choquer, mais il n'avait pas le choix d'accepter les faits. Alors le conseil a demandé à ce que tu sois libérer et qu'une fois le jardin réparé, tu sois éduquer en bonne est due forme. Mais tu avais déjà disparu ... alors à partir de là, sa a été un vrai chantier... les anges ne savaient pas quoi faire, c'était amusant de les voir tous si affoler ! 

    -Et ?

    -Et alors le chef du conseil a demandé qu'une escouade d'ange soit envoyer dans tout les mondes possible et imaginable pour te trouver. Je fus obliger de m'inscrire dans l'un des groupes. Dame Jeliel me conseilla la terre et je t'ai trouvé. Je me demande comment elle a su ... Enfin bref, tu ne te souvenais de rien, alors j'ai fais comme si de rien n'était. C'était dur de ne rien devoir laisser paraître et ce comporter en humain...

    -Je vois ... et maintenant ? Que vas-tu faire ?

    Il eut l'air hésitant.

    -Et ta deuxième question ?

    -Où se trouve Lucifer ?


    votre commentaire
  • 20

    -Laisse-moi tranquille ! hurla t'il.

    Le petit venait de rejeter son seul véritable ami. Goribiel. Sans véritable raison. 

    L'ange, voyant qu'il n'était pas d'humeur, partit. 

    C'était la première fois que je le voyais se mettre véritablement en colère. Le transfère de ses amis l'avait-il tant toucher ? 

    Le petit continuait à essuyer ces larmes rageusement. Cela faisait un moment qu'il était dans cet état... Même Aniel avait éviter de s'approcher de lui. Le jardin avait l'air de prendre ses humeurs, car celui-ci, bien que toujours aussi beau, paraissait mélancolique...

    Jeliel ne tarda pas à venir. Quelqu'un avait dû la prévenir. Elle s'assit à côté du petit :

    -Pourquoi pleures-tu, mon petit ?

    Sa voix montrait une réelle inquiétude.

    -Pourquoi avez-vous fait partir mes amis ? Les utilisateurs de feu !

    Jeliel l'attira vers elle. Elle le prit dans ces bras :

    -C'est une chose qui me déchire le coeur autant qu'à toi ... moi-même, j'en ai été prévenu qu'à la dernière minute. Mais certains pensent qu'ils étaient un danger potentiel à notre environnement. Je ne peux rien faire contre cela.

    -Tout les anges sont gris aussi, non ? Finalement y a aussi des anges noirs ! Toi tu es blanche, mais j'en ai vu des noirs, des mauvais...

    Jeliel eut l'air surprise :

    -Que veux-tu dire ?

    Il lui répéta ce qu'il avait entendu à la bibliothèque.

    -Je suis sûr que tu as mal entendu ! Aucun ange du palais pourrait parler ainsi sur ces semblables !

    Il se leva d'un bond, les poing serrés :

    -Non, je n'ai pas mal entendu ! Je suis sûr de moi ! Et puis ... et puis ... Satan n'a pas tenu sa promesse, il n'est pas venu ! Et je me suis disputé avec Goribiel ! Et puis, et puis ...

    Le petit avait l'air de s'embrouiller de plus en plus. Des larmes de rage coulés le long de ses joues. Plus sa colère enflait, plus je sentais que cette histoire aller mal finir...

    J'eu raison : des flammes commencèrent a entouré ces poings. Jeliel recula, prudente.Elle essaya de le calmer en lui parlant et en lui faisant des signes, mais rien n'y fit. Il vibrait de colère.

    -Vous n'êtes tous que des menteurs ! hurla t'il.

    Puis l'incendie commença. Le feu avala les arbres et les fleurs. Les arbres ressemblait à des torches. 

    Lorsque le petit vit cela, ces yeux perdirent tout éclat de vie.

    Puis à partir de ce moment là, les visions se succédèrent : la garde des anges arriva. Ils le prirent, il ne résista pas. Il ressemblait à une loque. Un corps sans vie, sans esprit. Il faisait peine à voir. Jeliel essayait de lui redonner un éclat de vie, mais rien n'y fit. Personne ne réussit à ramener son esprit. Il passa devant une sorte de tribunal. Il fut décidé qu'il restera enfermer pour toujours dans les tréfonds du palais. Certains essayèrent de le protéger, d'atténuer sa peine, mais rien n'y fit. 

    Il fut enfermer dans l'une des chambres du sous-sol. Il y resta un moment. Goribiel, Aniel, Manakel et d'autres anges vinrent lui rendre visite. Il ne bougeait pas. Pas un geste. Pas une parole. Aucune étincelle de vie.

    Jeliel passait le voir tout les jours. L'état du petit empirait à vu d'oeil. Elle se décida à agir : elle prit contacte avec son ancien collègue et ami : Lucifer.

    Elle mit en place un plan. Un plan risquer, autant pour le petit que pour elle-même.

    Le soir venu, elle prit le petit et l'emmena, sans que personne ne le sache, à la frontière. Lucifer l'y attendait. Il prit délicatement le petit. Jeliel caressa la joue du petit :

    -Sauve-le.

    -Compte sur moi ! fit Lucifer en s'en allant.

    Il emmena le petit jusqu'à une porte. La porte de la réincarnation.

    Puis tout fut clair...


    votre commentaire
  • 19

    Oui, si à ce moment là il n'avait rien entendu, rien ne se serait produit.

    Il entendit des pas entrer dans la pièce. Deux personnes en pleine discussion:

    -[...] sans danger ? C'est trop risquer ! Qu'allons nous faire si les déchus en profite ? Ces déchets seraient bien capable de nous faire la guerre en les utilisant ! Etes-vous sûre de vous ? 

    -Il n'y a pas d'autre moyen ! Nous n'allons quand même pas les laisser croupir au fond de ce palais ! répondit une voix.

    -Bien. Alors à vos ordres ! Juste... est-ce que Dame Jeliel est au courant ?

    -Non. Et il n'y a aucune raison pour qu'elle le soit ! 

    Sur cet ordre sans appel, quelqu'un sorti de la pièce. L'autre, qui était rester commença à rire d'une mauvaise manière :

    -Bientôt ! Oui, bientôt nous serons débarrasser de ces nuisances qui pollue le paradis ! Bientôt ces démons du feu déguiser en ange, ces déchets ne seront plus là ! Ah~ il n'y aura plus de danger, qu'importe ce qu'ils deviendront après ...!

    Un long silence suivit, et l'autre partit. 

    Le petit était là, en état de choque. 

    Lorsqu'il s'en remit, il courut dans le jardin. Goribiel était là, l'attendant comme toujours.

    En voyant arrivait le petit l'air paniquer, il le pressa de question. Le petit le prit par les épaules :

    -Il faut que tu ailles te cacher ! Je ne sais pas qui, mais j'ai entendu des anges importants discuter... tout les anges ayant un pouvoir de feu vont être bannis d'ici ! Va te cacher ! Personne à part moi ne sait que tu en ai un, n'est ce pas ? N'est ce pas ?

    Goribiel baissa la tête :

    -Il n'y a que Dame Jeliel et Manakel. C'est un ange qui s'occupe de nous, au sous-sol... mais tu es sûr de ce que tu dis ? Pourquoi nous ferait t'il cela ?

    -Je...je ne sais pas... mentit-il.

    Goribiel hocha la tête et se leva. Il fit un signe de la tête au petit et couru vers le château.

    Les visions avancèrent de nouveau rapidement. Je vis le moment ou tout les anges de feu furent transférer vers le milieu, là où se rassembler les bannis et les déchus. Dans le groupe, il n'y avait pas Goribiel, ni les amis du petit.

    D'ailleurs, celui-ci observait la scène, cacher derrière un buisson.

    La vision ralentit soudainement. Une main se posa sur l'épaule du petit :

    -Salut toi ! Qu'est ce que tu racontes de beau ?

    Le petit se retourna. C'était l'ange qui était présent lors de la rencontre avec Lucifer... Amaros.

    -Rien de très beau... 

    -Tu n'as pas l'air très heureux de ce côté-ci ! fit-il remarquer.

    -Comment est-ce que je pourrais être heureux, alors que des anges se débarrasse d'autre ange innocent ? Chez nous, les démons, je n'ai jamais vu ça !

    -Caliel, ici c'est le paradis ! Eh puis... n'est ce pas ce qu'ils ont fait avec toi ? C'est bien pour ça que tu es ici contre ta volonté, non ? Je suis sûr que là-bas, ils ont continuer leur petite vie en t'oubliant...

    -Non, ce n'est pas vrai ! s'écria le petit.

    -Est-ce que Satan est venu te voir comme promis ? demanda Amaros.

    Le petit baissa la tête, penaud. Il fit non de la tête. Amaros eut un sourire moqueur :

    -Alors vois-tu que j'ai raison ? Pourquoi ne viendrais-tu pas de notre côté, dans la terre du milieu ? Je suis sûr que c'est bien plus amusant qu'ici ! Je peux même te le garantir !

    Le petit haussa les épaules. Il fit un pauvre salut de la main, sans enthousiasme, puis se dirigea vers le palais.

     Les yeux larmoyants retenant tristesse et colère...


    votre commentaire
  • 18

      "De ce que j'ai entendu, tu ne vas pas tarder à avoir tes réponses... " 

    Je méditais encore sur la déclaration qu'il m'avait fait, lorsque Goddy revint, un plateau sur les mains.

    Il m'avait apporter du jus d'orange et des tartines. C'était louche. Il était beaucoup trop gentil là. Sa frôler l'hypocrisie. Mais je mis cette question de côté et me mit à boire. J'avais soif. Ma tête contenait beaucoup trop de question sans réponse. 

    -Stop ! entendis-je.

    -Quoi ? J'ai plus le droit de penser maintenant ? lui dis-je.

    -C'est pas sa... mais ta fièvre à l'air de remonter. Recouche-toi !

    Normalement, je ne suis les ordres de personnes... mais étant dans une position de faiblesse, je me rallongea. Ma tête était de plus en plus lourde. Cette sensation commençait à me paraître familière.

    **********

    Le petit était au palais. Il lisait tranquillement dans le jardin. Puis une chose volante tomba sur lui, soudainement.

    -Aie, aie, aie ... est ce que ça va ?

    Un ange, ayant l'air d'être du même âge que le petit, était là, en train de l'écraser, ailes sorties.

    -Je...pense que ça va... répondit le petit. Tu peux bouger ?

    L'ange se poussa tout de suite. Il le dévisagea :

    -Tient ? Qu'est ce qu'un démon fait ici ? C'est le jardin du palais, non ?

    -Oui, je suis un démon. Enfin, un demi-démon. C'est Jeliel qui m'a fait venir ici...

    -Un demi-démon ? Tu es a moitié démon et a moitié quoi alors ?

    L'ange avait l'air simplement curieux.

    -Je suis aussi a moitié ange. Tu n'as pas peur de moi ?

    -Non, pourquoi ? 

    -Tu es l'un des rares anges à ne pas m'avoir rejeter... fit le petit heureux.

    -En général, les grands ont un certain...dégoût pour ce qui sort des règles et de la normalité.  Mais moi je ne comprend pas trop cette façon de penser... comment tu t'appel ?

    -Caliel... et toi ?

    -Goribiel. 

    J'aurais aimer écouter leur discussion, mais les visions recommencèrent à s'accélérer. Les deux petits discutèrent longtemps. Les jours suivant, Goribiel revint lui rendre visite. Ils discutaient, jouaient et avait l'air de s'entendre à merveille. Aniel, le professeur, vint le voir plusieurs fois aussi. Il lui enseigna beaucoup de chose.

    Les visions ralentirent. Le petit et Aniel était dans le jardin, prés d'un petit ruisseau.

    -Bien, maintenant, il est temps de voir avec quel élément tu as le plus d'affinité ! Met toi près de l'eau et tend tes mains.

    Le petit le fit. Rien ne se passa. 

    -Maintenant, sort tes ailes. Vole et essaye de sentir l'air autour de toi.

    Le petit le fit, rien ne se passa.

    -Assis-toi par terre, confortablement et ferme les yeux. 

    Le petit s'assit au pied d'un arbre, bien câler, dos au tronc. Il ferma les yeux.

    Lorsqu'il les rouvrit, il se rendit compte qu'il s'était assoupis.

    -Aniel ? appela t'il en émergeant.

    -Oui ? 

    -J'ai dormi longtemps ?

    -Non. Regarde ce que tu as réussi à faire ! s'exclama t'il en l'aidant à se relever.

    Le petit avait l'air de ne pas en croire ces yeux. L'arbre contre lequel il s'était endormi était à présent remplit de fleur et plein de vie.

    -Ton affinité est donc avec la terre. Tu as un don précieux. Essaye de demander à la terre de faire quelque chose.

    Le petit ferma les yeux et se concentra. La terre avait former une sorte de chaise devant lui. Il s'assit dessus.

    -Tu es l'un des rares à être affilier à la terre. Un élément primaire. Tu es spécial en tout point de vue, Caliel ! Tu m'intéresse de plus en plus ! En outre, je suis soulagé. Sa aurait pu être pire pour toi si tu avais une affinité avec le feu ou un de ses éléments secondaires...

    -Pourquoi ?

    -Parce que nous les considérons comme étant des êtres dangereux. Heureusement, ceux-ci sont rare, mais il y en a. 

    -Et qu'est ce qu'ils deviennent ?

    -Ils sont enfermer quelque part dans le palais, d'après ce que je sais. Bien, maintenant qu'on sait que tu es lié à la terre, commençons ton apprentissage ! Il faut que tu maîtrise ton don rapidement !

    Tout heureux, le petit suivit ces cours. Chaque jours passaient, le matin il voyait Goribiel, l'après midi, il avait cours avec Aniel. Il avait l'air de reprendre vie, de moins se laisser abattre.

    Les visions accélérèrent. Je le vis continuer sa routine, et une fois qu'il était seul, il fouinait un peu partout dans le palais. Il réussit à trouver les affilier au feu, dans une tour du palais. Il se lia d'amitié avec plusieurs d'entre eux. Il partait leur rendre visite dés qu'il le pouvait.

    Les jours passaient. Encore et encore. Les visions ralentirent de nouveau.

    Il était à la bibliothèque assis par-terre, au pied d'un rayon. C'est là, que sa vie devint un cauchemar.

    Si seulement, il n'avait rien entendu. Si seulement, il n'était pas venu lire se jour-là...

    Peut-être que rien de tout cela ne serait arriver...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires