• 12

    Plus que 3 jours avant Halloween.

    Je suis au bord de l'hystérie la plus total.

    Je veux à tout pris savoir ce qu'il y a dans ce colis !

    Je veux recevoir la lettre ! Je veux avoir des nouvelles de Miss Wheeler !

    Mais rien.

    Rien n'est arrivé.

    Et à cause de tout ça, je suis au bord de la panique total.

    -Mamy, qu'est ce que tu en penses ? C'est normal d'après toi que je n'ai rien reçu ?

    Allonger sur mon lit, Mamy flottait au-dessus de moi.

    La citrouille prit une couleur brune. Elle réfléchissait.

    -Mmmm.... d'après moi, je pense que tu peux considéré cela comme étant une épreuve finale pour ton futur statut. Dis-toi que peut-être, les autres roses sont dans le même cas que toi ! Sois patiente ! La patience est clef de toute choses !

    Je soupira en hochant la tête. 

    Elle avait peut-être raison. D'ailleurs, qui pouvait bien être les autres roses ? Suzanne m'avait dit que je ne le saurais que lors de la cérémonie, comme les autres. 

    Si moi j'étais la rose de l'Europe, il y aurait donc une rose d'Amérique, une rose d'Afrique et une rose d'Asie. L'Océanie - donc l'Australie - est le seul endroit où aucune sorcière n'y habite. La magie à des effets étranges là-bas, d'après ce qu'on m'a dit...

    Je claqua des doigts et mon grimoire apparut devant moi.

    Je le lus un petit peu pour me calmer.

    Certains sorts étaient plus compliquer que d'autres. Comme par exemple, celui d'arrêter le temps dans un espace restreint ou celui de la téléportation. Ces sorts de haut-niveau nécessités une connaissance des bases de la magie que je n'avais pas encore entièrement. Il est écrit que certains sorts sont soumis à des règles précises qu'il fallait respecter à la lettre.

    Je m'assis sur mon lit, baguette en main.

    -Tant que tu n'as pas les connaissances nécessaire, n'y pense même pas, jeune sorcière ! s'exclama Mamy en se mettant entre moi et le grimoire. Tu te débrouille très bien avec les sorts de bases, mais ne t'avise pas de prendre la magie à la légère !

    Je soupira mais j'avais compris l'avertissement. Hé puis, comme on dit : "Seul les idiots ne changent pas d'avis" , non ?!

    Je ferma le grimoire et je ferma les yeux, ma baguette toujours en main.

    Celle-ci était confortable. Je ne saurais l'expliquer, mais j'étais à l'aise avec elle.

    Toc, Toc, Toc.

    J'ouvris les yeux :

    -Oui ?

    -C'est moi, je peux entrer ? fit la voix de Ben.

    Je fis une geste et la porte s'ouvrit seul.

    Il entra en me tendant un colis.

    -Maman m'a dit que c'était pour toi. On vient de le recevoir par faucon.

    Je me leva d'un bond, prenant délicatement le colis dans les mains.

    Sur le haut du colis, était griffonné un "Tu peux l'ouvrir" au crayon à papier.

    Je m'empressa de l'ouvrir.

    Il y avait un cahier, une bougie et une sorte de bloc note ayant comme titre "A savoir".

    Je ferma les yeux en espérant recevoir quelques réponses.

    -Merci beaucoup Ben ! Autres choses ?

    Il fit non de la tête et s'en alla, non sans me jeter un regard par derrière, remplit de curiosité.

    J'ouvris le cahier, il était vide. Je pris la bougie, elle sentait bon ! Et je pris le bloc-note.

    Les pages étaient couvertes d'écriture. J'allais en avoir de la lecture...


    votre commentaire
  • 12

    J'avais fini de tout lui raconter en détail.

    Il ne m'avait pas interrompu. J'avais la gorge sèche.

    -Je ... vois.

    Ce fut sa seul réponse.

    Il se leva et me servit un verre de ... thé ?

    Je le pris quand même et le but d'une traite.

    Il était tiède.

    Grand-père était à présent les coudes sur la table, les mains croisées et les yeux dans le vague.

    -Grand-père, c'est à ton tours de m'expliquer !

    Il leva les yeux sur moi et me fixa.

    -Lionel, va dormir. Je t'expliquerais tout demain. Si le parrain de cette famille est bien mort, alors ...

    Il n'en dit pas plus. Où je n'entendis pas la suite.

    Mes yeux commençaient à devenir lourd et mes oreilles tintaient.

    Zut, je n'avais pas vérifier le thé... 

    ************

    J'ouvre les yeux en sursaut, tout en m'asseyant.

    J'étais sur un lit. 

    Mon frère dormait à côté de moi.

    -Qu'est ce qu'il fait la, celui la ? murmurais-je.

    Je ne pardonnerais pas facilement à grand-père de s'être esquiver de cette manière.

    -Ooooh ... mmm .... enfin réveiller ? fit Alan en baillant et s'étirant.

    -C'est à moi de dire ça ! Pourquoi es-tu dans mon lit ?

    -Erreur ! Tu es dans MON lit. Grand-père est venu te déposer en pleine nuit. Il avait l'air épuiser. Il t'a confié à moi et il est partit...

    -Comment ça "il est partit" ??? En plus de m'endormir pour s'esquiver, il s'en va ? Tu te fiche de moi ????

    Il leva un sourcil.

    J'hésita un peu, puis je lui raconta tout.

    A la fin, lui aussi avait l'air pâle. Mais il se reprit.

    -Je vois.

    Ce fut sa seul réponse à lui aussi.

    -Si toi aussi tu me laisse en plan, j'irai chercher les réponse moi-même !

    -Non. Je te dirais ce que je sais. Mais d'abords habille-toi et va manger. Il est presque midi et maman s'inquiète de ne pas te voir ...


    votre commentaire
  • 11

    Plus qu'une semaine avant Halloween.

    Le temps été passé ... doucement. Très doucement. Accompagner d'une attente ridicule qui m'avait beaucoup déçu. Au point que chaque jours après l'école, j'ouvrais la boîte aux lettres pour vérifier si je n'avais rien reçu ... 

    -Maman ! Comment ça se fait ? Il parait que tout les sorciers et sorcières ont reçu la lettre ! Même Laura, Alexine et toi ! Pourquoi je ne l'ai pas encore reçu ?

    Elle rie en me voyant tourner en rond dans la cuisine :

    -Jenne chérie, sois patiente ! Tu es censée être l'une des invitées d'honneur à cette cérémonie, ne soit donc pas aussi impatiente ! Je suis sûre que tout ira bien ! Maintenant, arrête de tourner en rond et va appeler ton frère et ta soeur, c'est l heure de manger !

    La voir cuisiner est un vrai spectacle. Entre les casseroles volantes et le feu qui donne sont avis sur la cuisson, c est ... comique et étrange à la fois.

    Je monta à l'étage. Première chambre à gauche, la chambre de Ben, mon petit frère. Il a 12 ans, presque 13. Il est donc très pressé de savoir avec quel animal il va être lier...

    -Oy ! dis-je en ouvrant la porte. Maman appel ton estomac, c est l'heure du repas !

    Il releva la tête, les yeux brillants de joie. Je me retint de rire. 

    Voir à quel point faire ces devoirs est éprouvant pour lui est assez drôle.

    Il se leva, s'étira et s'avança vers moi d'un pas décider. 

    Puis il me prit très fort dans ces bras. Je lui rendis son câlin :

    -Est ce qu'il y a une véritable explication à ce câlin ? 

    -Oui, félicitation pour ton grimoire et ton rang, grande soeur ! Je n'ai pas pu te le dire avant ...

    -Merci, ça me fait plaisir ! dis-je en souriant.

    Son ventre se manifesta.

    -Par contre, va manger ! Ton ventre réclame plus de nourriture que de câlin !

    Il descendit en riant.

    Il était mignon.

    Maintenant, à l'autre... c'est autre chose !

    J'ouvris la porte de sa chambre, celle du milieu.

    -Oy ! Maman demande à ce que tu viennes manger !

    Elle était allonge sur son lit, avec de la musique à fond dans les oreilles.

    Je fis venir à moi ma baguette, et d'un petit geste, son casque vint dans ma main.

    -Hé ! On ne peut plus écouter de musique tranquille ici ? s'écria t'elle en hurlant.

    Ayant à peine 10 ans, elle était déjà comme une ado en pleine crise ...

    -Descend, c'est l'heure de manger ! dis-je en emportant le casque avec moi.

     Elle me suivit en grognant.

    Assis tous à table, la place de notre père encore vide.

    Ben avait déjà commencé à engloutir son assiette de pâte, tandis que ma soeur, Andréa, chipotait 

    avec son assiette.

    -Quand est-ce que Papa doit rentrer ? demanda Ben entre deux bouchées.

    -Surement entre cette nuit et demain ... il a appelé tout à l'heure, il est dans l'avion. Répondit Maman.

    -Vous venez à la cérémonie d'Halloween, vous deux ? demandai-je de but en blanc.

    Zut. J'avais oublié ...

    Andréa repoussa son assiette l'air dégoûté et se leva :

    -Je t'ai déjà dit que je ne voulais rien avoir à faire avec vos trucs de magie ! Sa ne m'intéresse pas ! Allez vous faire voir !

    Elle poussa Mamy qui volait au-dessus d'elle et l'envoya valdinguer dans la cuisine.

    -Un peu de respect pour ces aînés ne lui ferai pas de mal ! s'exclama Mamy.

    Tel une furie, Andréa reprit son casque, le vissa sur ses oreilles et remonta dans sa chambre.

    Ma mère soupira en me jetant un coup d'oeil rapide.

    -Désolé ... dis-je seulement.

    Elle détestait tout ce qui pouvait se rapprocher de la magie. Elle ne m'avait jamais dit pourquoi ...

    -Moi, je pense que je vais venir. Oui, j'en ai envie ! J'aimerai savoir qui seront les prochaines roses ! C'est pas tout les jours qu'on peut rencontrer les anciennes et nouvelles roses ! fit Ben tout excité. Maman, je peux me resservir des pâtes ?

    Maman hocha la tête en souriant :

    -Biensure ! Tient, prend l'assiette de ta soeur, elle a apparemment fini ...

     


    votre commentaire
  • 11

    Il eut l'air choquer.

    Au moment où il allait ouvrir la bouche, Rudy Alvarez arriva en courant vers nous :

    - El señorito !  (*Jeune maître) Nous devons partir ! Où est votre père ?

    Juan fit un geste las vers le corps de son père. Rudy ferma les yeux et garda son sang froid.

    Il me jeta un coup d'oeil, l'air de demander si c'était mon oeuvre. Je leva les mains :

    -Je n'y suis pour rien ! lui dis-je. D'ailleurs, regarde, ma mère et ma cousine ont fini de s'amuser avec cette ... ex-famille. Nous nous en allons, à présent ! A bientôt Rudy, Juan ! dis-je en rejoignant Emma.

    Je sentais qu'ils me regardaient partir.

    -On peut y aller ! Ah ~ je me suis bien défouler ! s'écria ma mère en secouant son éventail.

    -Moi aussi ! Mais tu n'as pas participé ce soir, Lionel ... y a t'il eut quelque chose d'intéressant ? demanda Emma, sournoisement.

    -Du moment que vous vous êtes amusé, cela me va parfaitement ! éludais-je en souriant. A présent, sortons d'ici, sa empeste le sang ...

    **********

    -Zut, je suis toute tâcher ! Tu penses que sa partira au lavage ? me demanda ma mère.

    -Je ne pense pas. Bah, jette-là ! lui dis-je.

    -Ah non ! C'est toi qui l'a choisi mon coeur, cette robe est donc spécial ! 

    Elle recommençait ces caprices ...

    Une fois sortis de la salle et arrivaient dehors, Harry nous attendait, tenant la porte de la voiture ouverte.

    -Emma, tu viens avec nous ? lui proposais-je.

    -Non, James est allé chercher la voiture. Je rentrerais avec lui. A bientôt, cousin !

    -Bonne nuit cousine ! m'exclamais-je avant d'entrer dans la voiture.

    Finalement, je n'avais toujours pas rencontrer son "James" ... une prochaine fois peut-être...

    - Dit, dit ! Tu es penses quoi ? Tu es d'accord ? Qu'en dis-tu ?

    -Hein ? dis-je en sortant de ma rêverie. Euh ... ouais ouais, c'est bien ...

    -On ne dit pas "ouais" mais "oui", Lionel ! Ah~je suis sûre qu'elle sera contente !

    -Hein ? A quel propos ?

    -Que tu es d'accord de prendre Ines comme Maid ! Pour une fois que tu acceptes une servante ! Je suis sûre qu'elle te plaît ! N'est ce pas ?

    Zut. Je m'étais fait encore avoir. A chaque fois qu'elle voit que je suis dans mes réflexions, elle me propose des choses auquel j'accepte sans savoir de quoi il s'agit ... ah, les mères des fois !

    -Pas spécialement, mais je pourrais faire un essai ... mère tu empestes encore le sang !

    -Je n'y peux rien, ma robe en est remplie ... même si j'ai bien nettoyer mon éventail. dit-elle en le sortant.

    -Ne l'ouvre pas ici ! la grondais-je.

    Elle rit :

    -C'est moi la mère et toi l'enfant ! Et pourtant c'est toi qui me gronde ! Ha ha ha, le monde à l'envers...

    -N'empêche, ce soir était quand même bien remplit ... penses-tu que grand-père soit à la maison ?

    -Pourquoi n'y serait-il pas ? Il doit être dans son laboratoire, comme d'habitude ...

    **********

    A peine arrivait à la maison, je cours.

    Je cours jusqu'au petit bâtiment aux murs blanc en plein milieux de la forêt.

    Ce bâtiment entouré de panneau "zone interdite" ou "danger".

    Il fait déjà nuit.

    Mère n'avait même pas eut le temps de me retenir. Je souris à cette idée.

    **********

    J'appuis sur la sonnette.

    -Qui c'est ? fit une voix mécontente.

    -Lionel, grand-père.

    -Oh, mon petit Lionel ! Entre, je suis au sous-sol ! Et je t'ai dit de m'appeler Papy !

    Je soupira. La porte de leva, un sas s'ouvrit et un ascenseur apparut.

    **********

    Ding.

    A peine les portes ouvertes que mon grand-père me sauta dessus :

    -Te voilà mon petit ! Alors ce bal ? Tu as bien dansé ? Tu es très élégant comme ça ! As-tu eut des touches ? Alors, racontes-moi ! Comment sa a finit ?

    -Bonsoir, grand-père. Le bal a finit sanglant, mère a dansé dans une pluie de sang, Emma était là et ... je suis là pour que tu me raconte tout ce que tu sais sur la famille Venzano. 

    A ce nom, mon grand-père pâlit durant une demi-seconde, avant de se reprendre :

    -Je vois, Emma était là ... cette petite tient toujours autant à toi ... elle fait toujours en sorte qu'aucune fille ne t'approche... je ne sais pas si tu as de la chance ou la malchance de l'avoir comme cousine, enfin, c'est une bonne petite...

    -Grand-père, ne change pas de sujet ! Raconte-moi ! Je suis sûr que tu le sais !

    -Je vois ... en faite, j'étais en train de tester mon nouveau poison sur une plante ! Tu veux voir le résultat ?

    -Grand-père ! m'écriai-je. Je vais devenir dingue ! Au moment où j'ai vu se poignard, j'ai su qu'il m'appartenait ! Alors pourquoi ce Venzano l'a en sa possession ?

    Mon grand-père soupira. Il m'amena vers une table et m'obligea à m'asseoir en silence. Il fit deux chocolat chaud et s'assit face à moi :

    -Pour commencer, je t'ai dit de m'appeler Papy ! Ensuite, raconte moi tout, toi d'abord !

     


    votre commentaire
  • 10

    Une semaine est déjà passer depuis la cérémonie.

    Suzanne Wheeler ne m'avait envoyé qu'une lettre me disant qu'un paquet arriverai bientôt pour moi et que je ne devais l'ouvrir que lorsqu'elle me le dira.

     L'école avait continuer, et mes amies essayer encore de me presser comme un citron pour savoir qui avait été choisi, tout en formulant des hypothèses auquel je ne répondais pas.

    -Allez, dis-le nous ! S'il te plait ! Non, puisque tu es sous le serment du silence, donnes-nous juste un indice ! Apres on ne t'embêtera plus, c est promis ! me pressait Sarah.

    Les deux autres hochèrent la tête de concert, les oreilles aux aguets.

    Je soupira :

    - Vous êtes vraiment ... bon, très bien je vais vous donnez un indice. Mais ne vous plaignez pas !

    Elles hochèrent la tête. Arwen, assis deux rangs devant moi se retourna, choquer.

    -Très bien, la personne ayant été choisi par la rose est ... une sorcière.

    -Et ??? s'exclama Sarah impatiente.

    -Et c'est tout ! dis-en en souriant. C'est un indice comme un autre !

    Elles paraissaient déçu. Arwen pouffa dans son coin.

    -Sinon, je vais changer de sujet, mais c'est bientôt Halloween, non ? Tu as déjà choisi ta citrouille ?

    -Oui, j'ai demandé ma grand-mère.

    -Tu en as le droit ? demanda Alexine.

    J'hocha la tête.

    -Moi, je pense demander mon grand-père... fit Laura en réfléchissant.

    -Celui qui était dans le 2eme cercle ?? Waaaaouuh ! s exclama Sarah. 

    -Si on y pense bien, on a toute été appelée cette année, nous irons donc toute ensemble l'année prochaine à la spell academy... remarqua Alexine.

    -Oui ... enfin toute sauf ... Sarah... fit Laura en baissant la tête.

    L'ambiance coula dans une déprime noir.

    -Vous inquiétez pas pour moi ! Il me reste encore deux cérémonies pour pouvoir être à votre niveau ! Je n'abandonne pas ! Je suis sûre que la lune va m'appeler bientôt ! fit Sarah en souriant.

    Je n'eus pas la force de lui rendre son sourire.

    -Sinon, j'ai hâte d'être à Halloween ! Il parait que la cérémonie des roses sera ce jour-la, cette année ! En même temps que la cérémonie des citrouilles... dit Laura avec empressement.

    -Ah bon ? demandai-je surprise.

    Alexine hocha la tête :

    -Oui, c'est ce qui se dit partout. Personne ne sait précisément d'où vient la rumeur mais il parait que les sorcières des 3 premiers cercles ont déjà reçu leur invitation ! Tu ne le savais pas ?

    -Non ! Je suis pourtant du premier cercle, mais je n'ai rien reçu... dis-je, perdue.

    -Tu l'as recevras bientôt normalement. Ne t'inquiète pas ! fit Sarah. Ah~ j'ai tellement hâte !

    Halloween était le seul jour de l'année où même les non-appeler pouvait participer aux cérémonies, quel qu'il soit. J'espérais de tout coeur que Sarah soit bientôt appeler. Ce serait injuste qu'elle ne le soit pas ! 

    Je me sentais mal à son égard. Je commençais a déprimé...

    Mon regard fut attirer par la fenêtre, où la pluie avait commencé à tomber.

    -L'hiver approche ... chuchotai-je pour moi-même.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires