• P12

    -Tu t'es faites avoir ! s'exclama Phénix.

    Je boudais dans mon coin. Il continua a pianoté sur son ordinateur.

    "mission accepter ne peut être annuler" une des règles de la base. 

    Zut.Zut.Zut.Zut.Zuuuuuuuut.

    -Et mes vacanceeeeeeees ???? hurlais-je pour tout faire sortir.

    Des têtes dépassaient de l'encadrement de la porte, observant (pas du tout discrètement) mon pétage de câble...

    -C'est de l'arnaque ! Je veux pas ! Je veux pas ! Faut annuler cette arnaque ! T'es d'accord avec moi ?

    Il tourna la tête vers moi, sourire moqueur au lèvre :

    -Arrête tes caprices ! C'est toi qui a accepté et mobiliser tout un groupe complet sans rien vérifier ! Tu t'es faites avoir, mais sa à l'air intéressant ! Du moment que c'est amusant moi je suis pour ce "ménage" ! s'exclama t'il en appuyant sur le dernier mot.

    -Je vais voir Dragon ! On me promet des vacances et on en profite pour m'arnaquer ! Pas d'accord ! dis-je en me levant.

    Trop vite, malheureusement. J'eu le tournis et je faillis tomber. Quelqu'un me rattrapa in-extremis.

    -Merci...dis-je en me rasseyant, sans voir qui s'était.

    -Tien, tu me reparles maintenant ? s'exclama la personne qui m'avait rattraper.

    Scorpion. Je leva la tête surprise, puis le fusilla du regard. Je me leva, doucement cette fois :

    -Dégoûter de t'avoir remercier...murmurais-je en m'en allant.

    Je sortis en poussant les spectateurs et en me cognant à Macha'. 

    -Ah, pardon Macha, ça va ?

    Il hocha la tête et me fixa.

    -Toi ... depuis quand tu n'as pas manger ?

    -Euh ... maintenant que tu le dis, c'est vrai que je ne sais pas trop...

    Il fronça des sourcils et secoua la tête. Il me prit par la main et m'entraîna vers la cantine de la base.

    Salle gigantesque que je détestais. Mais le meilleur endroit pour apprendre les potins et les ragots.

    -Ooooh ! Notre petite Corbeau est rentrée ! Alors mon chou, que veux tu manger ? s'exclama Jack.

    Jack, le cuisinier. Son nom de code était Jack comme "Jack the ripper". Certains pensent que c'est un ancien meurtrier. Moi je pense surtout que c'est un des meilleurs cuisinier au monde. Chacun son point de vue...

    Il peut tout cuisiner ! Il suffit de lui demander !

    -Euh ... des sushis ! Je veux des californias au thon, des makis au saumon, pis des ailes de poulet caraméliser ! Et en dessert ... une mousse au chocolat et à la mangue !

    -C'est noté mon chou ! Et qu'est ce que tu veux boire ?

    - Un oasis tropical et une citronnade ! m'exclamais-je.

    Il hocha la tête :

    -Va t'asseoir, je vais tout t'apporter !

    Toute contente, je pris place sur une table au hasard. Normalement, je demandais à Jack ce que je voulais manger, puis j'emportais le tout dans ma chambre pour manger devant un bon film ! Mais je savais que Macha' allait m'en empêcher...

    Il s'assit en face de moi. Il fouilla dans ces poches et en sortit une sucette.

    En me voyant fixer la sucette, il secoua la tête :

    -Non ! Tu vas manger. 

    Je fis la moue. Il souris.

    Jack arriva rapidement avec mon repas. Il était tard et tout le monde pratiquement avait déjà manger. Il ne restait presque personne dans la salle.

    -Et toi Machiavel ? Tu veux quelque chose ?

    -Non merci, j'ai ma sucette. Et puis, tu as l'air fatigué Jack ! Va dormir...

    Jack lui ébouriffa les cheveux et s'en alla.

    Je mangea à mon rythme. C'était délicieux ! J'allais attaquer mon dessert, lorsqu'Enyo et Cerbère arrivèrent.

    -C'est rare de vous voir ensemble ! m'exclamais-je.

    -Et toi, c'est rare de te voir manger ici ! me contra Enyo en s'asseyant a côté de moi.

    -Tu manges beaucoup plus que ce que je pensais... commenta Cerbère.

    Je le fusilla du regard, il détourna la tête.

    -On a appris pour le ... "ménage". Me dit Enyo en mimant les guillemets.

    -Vous êtes contre ? demandais-je.

    -Non, moi je suis pour ! Sa me fera un peu d'exercice ! s'exclama Enyo en s'étirant.

    -Moi je te l'ai dit : du moment que je sorte d'ici, je m'en fiche...dit Cerbère en haussant les épaules.

    -Va falloir se préparer... dit simplement Macha'.

    J'hocha la tête en soupirant. "mission accepter ne peut être annuler"... super ! Il me restait plus qu'a m'organisé pour que le groupe au complet soit prêt, comme l'avait dit Macha'.

    Je fini mon repas rapidement, et rangea mon plateau dans la cuisine. Il fallait que j'ai plus d'information. Joker avait dit qu'on partait demain soir. A moi de faire les plans.


    votre commentaire
  • P11

    Tank. Le boss des combattant.

    Depuis l'incident qui s'était produit, je me sentais toujours mal à l'aise en sa présence...

    Il avait une carrure de soldat surentraîner avec son 1m83, ces muscles, et sa grosse cicatrice sur son visage. Sa balafre partait du front, passer par son oeil gauche et descendait jusqu'au menton. Un miracle qu'il n'est pas perdu la vue...

    Il était imposant et sa présence forcer le respect. 

    On m'avait dit qu'il était dans son bureau, ce qui était rare... 

    Je frappa à la porte. 

    -Entrez ! ordonna un voix grave, sur un ton militaire.

    J'ouvris la porte doucement. Lorsqu'il me vit, il eut l'air surpris. Il me fit signe de m'asseoir, face à lui. 

    Son bureau était remplie de paperasse à ne plus savoir où en mettre. Il posa son stylo et m'observa fixement.

    Je n'avais pas la force de le regarder dans les yeux. Je baissa la tête.

    -Je suis surpris de te voir ici, Corbeau...commença t'il.

    Remarquant mon silence et mon malaise, il se détendit sur son siège :

    -Tu t'en veux encore pour cette histoire ? Je t'ai déjà dit que ce n'était pas de ta faute ! Il l'avait bien chercher ! Enfin... bien, quel est le motif de ta visite ?

    Je releva la tête, et pris mon courage à deux mains pour lui expliquer la "mission" de Joker.

    - [...] donc est ce que je peux prendre Enyo avec moi ?

    Il eut l'air surpris, une fois encore :

    -Bien sure ! Elle n'a pas de mission pour le moment. Mais... pourquoi prends-tu Enyo ? En temps normal, à ce que je saches, tu aurais pris Scorpion, non ?

    -Scorpion n'est pas ce qu'il me faut pour des vacances. lui servis-je comme réponse.

    Il soupira :

    -Corbeau, tu n'es pas honnête, je le vois !

    Je détourna la tête.

    -Vous vous êtes disputer lors de votre dernière mission ensemble ?

    Silence. 

    Il soupira : 

    -Très bien... j'accepte, pour cela, il n'y a aucun problème ! Mais cette histoire semble louche...sa sent mauvais. Tu devrais emporter ton Hécate avec toi. C'est tout ce que tu voulais me dire ?

    J'hocha la tête en me levant. Autant Enyo que Tank me disaient que cette histoire était louche...en quoi ? Je secoua la tête : "vacance, vacance !" pensais-je.

    Alors que j'atteignais la poignet de la porte, Tank s'exclama :

    -Corbeau, tu sais, je ne t'en veux pas pour cette histoire ! Je me répète, mais sa n'était pas ta faute ! Alors oublie sa ! Si un jour cela te dit, n'hésite pas à revenir t'entraîner avec moi, comme avant !

    J'hocha la tête et sortit.

    Les souvenirs étaient trop vif dans ma mémoire pour que je puisse oublier. Mon maître. La salle. L'insulte. Ma rage. Le sang. Puis ... la folie.

    Je secoua la tête. Je ne voulais pas déprimer maintenant ! J'étais en vacance ! J'allais partir en bord de mer ! Je me dirigea vers la section des ta... des mécano'. Je finis par trouver Joker, après avoir déambuler dans toute la section et avoir vécu deux explosions, pour lui donner la liste des noms.

    Dans ces airs, je sentais quelque chose d'étrange. Je soupçonnais quelques chose. Quelque chose a vérifier en urgence ! Ce que j'aurais dû faire en premier, malheureusement...


    votre commentaire
  • P10

    La section des combattantes étaient...ailleurs. 

    Enfin, dans la même base, mais à un étage inférieur. Leurs entraînements faisaient tellement de bruit qu'on avait dû déplacer leur sections. C'était de véritable déchaîné dans cette sections.

    Arriver devant les portes rouges, je passa ma carte. les portes s'ouvrirent...sur un mélange de brouhaha insupportable.

    -Je te dis que le rap' c'est la meilleur ! hurlait quelqu'un.

    -Et moi je te dis que c'est la techno' ! hurlait un autre.

    La radio de chacun était allumé à fond. D'autres combattant les entourait, les encourageant à ce battre. Un raffut épouvantable qui me casser les oreilles. J'avança lentement.

    -Ouais allez-y ! Battez-vous ! Butte-le, Green ! 

    En entendant cette voix, je la repéra immédiatement. Et en entendant cela, les deux qui se disputaient commencèrent à se tourner autour. Le combat débuta avec un coup de poing.

    Personnellement, je m'en fichais. Mais si Tank (leur boss) débarquait, ils regretteront un bon moment cette dispute débile...

    J'avança lentement dans la foule hurlante. Chaque combattant qui me remarquait, reculer lentement en se taisant. A cause d'une ancienne histoire, j'étais considérer comme étant "dangereuse" chez eux. J'arriva devant les deux imbéciles qui, à présent, se tirer les cheveux, tél des filles enragés...

    Il n'y avait plus aucun bruit, sauf les radios. Elle aussi m'avait aperçu. Et elle se préparait déjà à filer. Les deux imbéciles levèrent la tête, n'entendant plus de bruit. Lorsqu'ils me virent, ils se lâchèrent et se mirent aux garde-à-vous devant moi.

    -Que tout les autres combattants dégage ! dis-je, d'un ton sévère.

    Sans demander leur reste, ils s'enfuirent tous rapidement.

    -Sauf toi ! Enyo tu restes la ! m'exclamai-je.

    Elle s'arrêta net, se retournant en soupirant. Elle s'assit par-terre. J'éteignis les deux radio.

    -Bien. Je peux savoir ce qui vous prend ? Je sais que vous êtes des bêtes sauvage ici, mais se disputer pour de la musique ! Vous avez des muscles à la place des neurones ou quoi ?

    -Nous...nous sommes désolé ! dirent ils en coeur.

    J'avais l'impression que c'était moi la méchante dans l'histoire... ou d'être une mère qui dispute ses gosses. En plus, l'un des deux avait l'air plus âgé que moi...

    -Bien... en faite ! Dites-vous que c'est chacun ces goûts ! Ne critiquez pas le goût des autres, c'est clair ?

    Ils hochèrent la tête. Je leur fis signe de filer. Le plus âgé partit vite. Mais le plus jeune était rester et me regarder fixement. Je leva un sourcil :

    -Qu'est ce qu'il y a ?

    -Corbeau...euh...je...je peux savoir ce que vous aimez comme musique ?

    Je soupira. Enyo éclata de rire.

    -Je n'ai pas de style particulier. Mais je préfère les musiques japonaises. Sa te va ?

    Il hocha la tête.

    -Et euh... pourquoi vous êtes venu ici ?

    Un combattant curieux. De mieux en mieux...

    -Dis donc... 

    -Green.

    -Oui Green, tu connais les règles d'ici ou tu es un étranger de passage ?

    Il fit la grimace. Je faillis rire, mais je me contint. Je toussota.

    - Bien. Je suis là pour Enyo, qui t'encourager plus que nécessaire...

    Celle-ci se mit à siffloter en regardant le plafond.

    Il haussa des épaules et se mit à partir, avant de revenir et de me demander, des étoiles d'espoir dans les yeux :

    -C'est vrai que tu as déjà faillis tuer un combattant et battu Tank dans un combat ?

    -Oui...c'est vrai...soupirai-je.

    Malheureusement, oui. Une vieille histoire que je voulais oublier.

    Il hocha la tête. Puis il partit, tél une fusée contenant un "scoop" alléchant...

    Je le regardais partir.

    -Et donc ? Que me veut sa majesté le Corbeau ? 

    -Arrête Enyo ! Bon...t'es au courant ?

    -De quoi ?

    Je lui expliqua la "mission" de Joker.

    -Sa à l'air louche, mais pourquoi pas...

    -Louche ?

    -Ouais. Bah ! On verra bien ! Je vais me préparer...par contre tu peux prévenir Tank ? 

    J'hocha la tête. Elle soupira de soulagement. Elle fit une galipette arrière pour se lever.

    -Je compte sur toi ! me dit-elle en partant.

    Maintenant, il fallait que j'aille voir Tank...super !


    votre commentaire
  • P00

     

    On a donné un sens à ma vie.
    Pas un sens normal, mais un sens quand même.
    Une responsabilité.
    Je prie pour que chacun est la chance de rencontrer quelqu'un,
     pour vous sortir de votre obscurité !
    Maintenant, si je vous dis "faire du ménage" alors que vous êtes en vacance,
    cela parait normal, non ?
    Mais si ce mot était employer dans un autre sens... que penseriez-vous que ce soit ??

    votre commentaire
  • P09

    Cette section m'a toujours fait penser à un genre de laboratoire dans les films d'horreur...

    Rien que de savoir que j'allais devoir m'y rendre me donner la chaire de poule.

    Je passais ma carte. Les porte s'ouvrir sans bruit. Les murs blancs apparurent.

    J'entra discrètement. Chaque sections à disons...un caractère différent.

    Les snipers sont considérés comme assez "normal" avec un côté asocial. Les mécano' sont connu pour être de sacré taré de génie. Les hackers comme étant des renfermer et une espèce à part. Les espions sont trop secret et peuvent être de véritable parano', parfois... Les combattants sont pour la plupart des têtes brûlés impulsifs... de vrai bombe à retardement ! Mais les pires... oui, les pires, ceux qui ont une réputation qui ne peut plus être changer : les informateurs.

    Ils sont considérés comme étant de véritable psychopathe pervers ! Et je ne vous parle pas des méthodes douteuse avec lesquelles ils arrivent à recevoir leur informations...

    J'entra dans une salle. Hermès, leur boss, ne devait pas être très loin. J'entendis quelqu'un ricaner...

    Je sortis immédiatement.

    -Tient ? fit une voix derrière moi.

    Je sursautais.

    -N'est pas peur ! Ce n'est que moi ! Tu as besoin d'une info' ?

    Val. Je ne l'avais pas entendu arriver...

    Val est un informateur plutôt douer. Mais un peu trop jeune. Il ne doit pas avoir plus de 12 ans... mais comme on dit : "les apparences peuvent être trompeuse".

    -Oui, ou plutôt j'ai juste besoin de savoir où est Hermès...

    Il eut l'air de réfléchir :

    -Je pense que tu devrais aller chercher du côté de la salle de méditation... ou peut être la salle d'interrogatoire ? En faite, merci d'avoir capturé l'ado' -dealer, grâce à sa, on a eu des info' de première classe ! s'exclama t'il en chantonnant.

    Je souris. Comme toujours, il avait l'air de s'amuser...

    -Je vois ! Et bien je vais aller voir ! A la prochaine !

    Il me fit un signe de la main, l'air penaud. Je me doutais bien qu'il avait appris pour les vacances et qu'il avait espérer que je l'invite, mais malheureusement pour lui, j'avais déjà quelqu'un d'autre en tête...

    J'alla voir dans la salle de méditation. Plusieurs personnes y étaient, mais aucune trace de leur boss... cette salle servait de...repos ? La plupart des informateurs était soumis à un stress constant, ils devaient donc évacués. C'est à sa que servait cette salle. Une salle zen, avec des tapis partout, des bougies, des encens et des gens faisant du yoga ou autres choses qui détendent. 

    Je me dirigea vers les salles d'interrogatoire. Je voyais des informateurs s'affairaient, sans faire attention à moi.

    Un interrogatoire était en cours. J'entra, curieuse. C'est la que je le vit. Il se tenait avachis sur une rambarde, à côté de l'enregistreur. Il écoutait tout ce qui se disait de l'autre côté de la vitre. Hermès était, accompagner de deux combattants, en train d'interroger un homme d'une cinquantaine d'année. Il avait l'air épuisé, mais répondait au question, sagement.

    Je me mis à côté de lui, attendant qu'il me remarque. 

    Au bout de quelques minutes, je perdis patience. Tout les informateurs, sauf lui, avait remarquer ma présence. Je lui empoignais la nuque :

    -Dis donc, Cerbère, tu as l'intention de m'ignorer encore longtemps ? m'exclamai-je.

    -Aie, aie, aie, aie, lâche-moi ! Je me rend ! Je me rend ! me dit-il, en me regardant l'air désolé.

    Je lui fis une dernière pression sur la nuque, avant de le relâcher. Il se redressa en se massant la nuque :

    -Tu veux me tuer tant que sa ? Et d'abord, qu'est ce que tu fais la ? me demanda t'il.

    Il reporta son attention vers l'interrogatoire.

    -Tu es un informateur, non ? T'es censés le savoir !

    -Euh...sa va faire cinq longues heures que je suis ici à écouter Hermès le presser comme un citron. Si y a quelque chose à savoir, je suis pas encore au courant...

    -Je vais être clair : tu veux des vacances ?

    Il tourna la tête vers moi, les yeux pleins d'espoir :

    -Si j'en veux ? Sa va faire presque deux ans que je suis dans cette section, entourer de taré, d'interrogatoire louche et de papier...si il y a un moyen pour moi de m'enfuir d'ici, même une journée je suis preneur ! 

    Je lui expliqua la "mission" de joker.

    -J'en suis. C'est pas du ménage qui va me tuer ! J'en parlerais moi-même à Hermès.

    -Tu crois qu'il va accepter ? Laisser partir son meilleur chien de garde...

    -C'est pas parce que mon nom de code est le même que le chien des enfers que j'en suis un ! Même si ma fonction ressemble beaucoup à la sienne... mais si il a autant de boulot que moi ... je plain le vrai Cerbère ! se plaint-il.

    -Bien ! Alors il ne me reste plus qu'à aller chez les combattants et j'ai fini ! Passe le bonjour de ma part à Hermès !

    J'allais m'en aller, quant il me retint par le bras. Mes réflexes ressurgirent d'un coup. Je me glissa derrière lui, lui bloqua le bras et le cou, le fit basculer à terre et m'assit dessus.

    -Alors ? Qu'est ce qu'il y a ? Parle vite ! 

    Il n'avait pas eu le temps de bouger. Les autres informateurs avaient reculer.

    -Tu m'écrases !

    Je lui mis mon couteau sous le cou :

    -Tu insinue que je suis lourde ?

    Il fit non de la tête.

    -Bien. (je rangea mon couteau) Alors ? Qu'y a t'il ?

    -Des fois, t'es pire que les psychopathe d'ici...murmura t'il.

    Je me leva en ignorant ces propos. 

    -S'il te plaît... ne me dit pas que tu as pris Scorpion dans l'équipe ?! dit-il en se relevant.

    -Non. Scorpion n'est pas ce que je recherche pour des vacances. Pour le moment, il y a moi, Phénix, Macha, Lara, Sia et toi...

    -Ok ... Sia ? Ah, la nouvelle recrue chez les espions ? 

    -Ouais. Autres choses ? 

    -Non. Merci de m'avoir inviter... dit il en reportant son attention sur la vitre.

    Je sortis de la salle. J'entendais des cris, des rire moqueurs et des ricannements.

    Je me dépécha de sortir d'ici. Tout se blanc donner mal à la tête.

    Direction la dernière section : section rouge, les combattants !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires