• P05

    Je sortis de la salle. Me dirigeant vers ma chambre une nouvelle fois. J'avais besoin de décompresser. J'avais besoin de me vider la tête. Je ne voulais plus penser.

    -Hé ! Tu pourrais écouter quand je te parle, Corbeau ! s'exclama une voix aiguë dans mon dos.

    Zut. Maintenant au tour de la casse-pied. Elle portait bien son nom de code, celle-la !

    -Qu'est ce que tu veux, Pie ? dis-je en me mettant face à elle.

    Elle recula, surprise. Je m'étais retourner trop vite pour ces réflexe minables.

    -J'ai appris que tu étais rentrer de mission alors je tiens ma promesse à Joker. Il m'a dit de te dire d'aller le voir quand tu auras du temps. Je me demande pourquoi... tu as une idée ?

    Cette combattante pipelette et curieuse me tapais sur le système. C'était malgré elle, mais elle m'agaçait.

    -Non, je ne sais pas et merci pour le message. Si c'est tout, j'aimerais aller me reposer.

    Mon masque de froideur se replaça a nouveau, puis en tournant les talons, je partis en la plantant la. C'était un comportement de peste et puéril, mais au moins comme sa on me fichait la paix !

    Une fois dans ma chambre, je m'allongea sur mon lit.

    Je voulais dormir. Arrêter de réfléchir. Je me refuser à tuer. Mais sa ennuyer et causer des problèmes à Dragon. En plus de cela, Joker me demander de passer. Joker. La deuxième personne dans ce centre à qui je dois beaucoup. Avec l'aide de Dragon, ils ont réussi à m'introduire en tant que sniper ici, à l'âge de 11 ans. Joker est la boss des mécano'. Zut, je veux dormir. Arrêter de réfléchir et rattraper les heures de sommeil perdu...

    Alors que j'allais enfin réussir à m'endormir, je sentis une chose gigoter sous ma couette et se frotter contre mes genoux. Je me tendis et ne bougeai plus. Qu'est ce que c'était encore ?

    Je soulevai doucement la couette, pour découvrir un chaton couleur caramel, dormir contre mon genou. Il avait une clochette rose autour du cou. Je ne l'avais jamais vu. Je le pris délicatement dans mes bras et le mis à côté de moi. Je chercherais son propriétaire plus tard, pour l'heure, j'étais fatiguer !

    ***************

    "Corbeau, mon petit corbeauchounet~ ! Je te demande de venir me voir le plus rapidement possible s'il te plaît ! Sa fait déjà 4 heures que je t'attend~"

    Je me réveilla en entendant cette appel fais dans le micro. C'était la voix de Joker. Zut, j'avais trop dormi. Je m'assis, m'étira et me frotta les yeux. Le chaton s'étira et m'observa, curieux. Je le pris dans mes bras et sortis de ma chambre. Je remis mon masque de froideur sur mon visage.

    -Aaaaaah ! hurla une jeune fille en me pointant du doigt.

    Je la fusilla du regard. Elle baissa son doigt et recula d'un pas, de deux, pour finir par ce cacher derrière la personne qui l'accompagner :

    -Je t'avais bien dit, qu'elle serait ici ! 

    Je leva un sourcil. Puis je compris. J'avança vers elles.

    -Ca va Athéna ? lui demandai-je.

    Elle fit oui de la tête. Athéna était une des meilleurs espionnes du centre.

    -Qui est ce ? demandai-je en montrant la fille qui se cachait, du menton.

    -Une nouvelle recrue chez les espions. Je te présente Sia. Sia, je te présente la meilleur sniper du centre : corbeau.

    Je fis un mouvement de la tête. Sia, elle, me dévisagea stupéfaite.

    -Ce chaton est à toi, n'est ce pas ? lui demandai-je.

    Elle hocha la tête. Elle paraissait intimidée. Je posa ma question silencieuse à Athéna qui rigola.

    Je soupira. Et tendit le chaton, que Sia prit avec délicatesse.

    -La prochaine fois, viens me voir si tu cherches ton chaton. Apparemment, ma chambre est un lieu de rassemblement pour tout les animaux du centre... Bien, sur ce, je dois y aller !

    J'allais avancer, quand Sia me retint par la main. Ceci déclencha mes réflexes, et je sortis mon couteau de mon dos, fit un demi tour, et planta le couteau sous son cou, avant de réaliser.

    Athéna était rester en retrait. Sia ne bougeait plus, tétaniser. Je me détendis doucement et soupira. Je rangea mon couteau et me mis face à elle :

    -Je m'excuse, je suis désolé. Mais ne me touche plus jamais. Ici, sache que si tu touche quelqu'un qu'il ne faut pas, ta tête peut tomber avant que tu ne le saches. Tu es chez les espions, donc ça va ! Mais ne touche jamais un sniper ! Apprend les règles d'ici rapidement !

    "Corbeau je t'attend ! Qu'est ce que tu fais ?? Dépêche-toi ou je viens te chercher !"


    votre commentaire
  • P04

    Phénix entra le code. Puis fit son empreinte et passa sa carte. Je l'imita quelques secondes plus tard.

    Personne ne nous voyait. Personne ne faisait attention à nous. Pourtant cette porte était utilisé beaucoup de fois par jour ! On prit l'ascenseur. Scan rétinien. L'ascenseur descendit.

    Une fois dans la base, je remis mon masque de sniper : aucun sentiment ne devait se lire sur mon visage. C'était ce que ma tutrice m'avait appris. Alors que le sas d'entrée s'ouvrait, on entendit l'annonce de notre venu dans les hauts-parleurs :

    "Hacker Phénix de retour à la base. Sniper Corbeau de retour à la base. Phénix et corbeau sont convoqués immédiatement dans le bureau de Dragon."

    On soupira de concert. 

    -Je veux mes vacances !!! s'exclama Phénix.

    -Je veux dormir...dis-je en baillant.

    On se sépara.

    Je me dirigea vers ma chambre en premier lieu. Je déposa ma Hécate délicatement sous mon lit et alla devant le bureau du Boss. "Dragon" était son nom de code. C'était lui qui m'avait repéré et embauché. Phénix arriva.

    -En retard, phénix ! 

    -Oh, ça va ... fais pas ta poker face avec moi, sa marche pas !

    Je souris.

    "Vous pouvez entrer" fit une voix monocorde.

    Les portes s'étaient ouverte. On entra.

    La salle bleu était la même que la semaine dernière. Dragon était là, pianotant sur un écran High tech, nouvelle génération. On s'assit devant lui, puis on attendit. La patience n'étant pas son fort, Phénix toussota. Une fois. Deux fois. Au bout de la troisième fois, il ouvrit son ordinateur portable et pianota dessus. 

    Dés qu'il eut finit, Dragon leva la tête et nous fixa mécontent :

    -Phénix ! Combien de fois je t'ai dis de ne pas pirater nos systèmes ! La prochaine fois, je te fais nettoyer le système de la base !

    Phénix fit la grimace.

    -Bien. Comme d'habitude, vous avez fait du bon travail ! Grâce à vous deux, on va peut-être enfin savoir, où se cache un des plus grand trafiquant de drogue d'Europe ! Bon travail ! 

    Il se leva :

    -Comme convenu, vous avez une semaine de vacance : faites-en se que vous voulez ! Vous avez carte blanche ! 

    Il passa à côté de moi et m'ébouriffa les cheveux :

    -Phénix, tu peux sortir, tu es libres. Je dois parler à Corbeau. Mais ne fais pas de bêtise inconsidéré pendant tes vacances ! Clair ?

    -Yes, sir ! dit-il en courant vers la sortie.

    Une fois les portes fermer, il verrouilla la salle et la mit en mode insonorisée.

    -J'imagine que toi, tu voudras rester ici...

    J'hocha la tête. Cela faisait maintenant, six ans que je n'étais pas rentrée chez moi. Ce n'est pas maintenant que j'y retournerais !

    Il pianota sur son écran, et plusieurs titres de journaux défilèrent :

    -Grâce à ton travail excellent et tes capacités, tu as fais du bon boulot ! Bien que ton statut est fuité, tout le monde te connait sans te connaitre vraiment. Tu es douée !

    Oui, depuis que j'avais participer il y a maintenant, huit mois, à une mission d'arrestation d'un parrain d'une mafia très connu, mon nom de code avait fuité d'un policier lors d'une interview. A partir de ce moment là, les journaux ont fait tout un tas de recherches sur moi, sans rien trouver de solide. On pouvait y lire "ce sniper légendaire existe t'il vraiment ?" , "le corbeau est un garçon ou une fille ?", "Qui est véritablement le corbeau ?" ect...

    Voir tout ce monde, se poser des questions pour rien me faisait rire. Ils s'agitait tous dans tout les sens pour trouver des réponses qu'ils n'auront jamais. J'étais un secret défense international. Personne ne saura jamais. 

    -Mais...tu sais quel est le vrai but d'un sniper, n'est ce pas ?

    Je baissa les yeux. Oui, un sniper doit abattre sa cible. Mais je me refusais à tuer. Mes missions avait toujours était la protection ou l'intimidation. Sa m'allait très bien.

    -Je sais que tu ne veux pas tuer. Mais gâcher ton talent c'est ... du gâchis ! Tu es une sniper rouge ! Presque noir ! Je ne pourrais bientôt ne plus avoir le choix... et devoir te donner une mission d'élimination ! Nous n'avons pas beaucoup de personnel disponible, tu le sais ! Réfléchis bien ! Je ne te demande pas de devenir une tueuse sanguinaire ! Juste une sniper digne de se nom ! ... Tu peux disposer ! 

    Je me leva et lui serra la main qu'il me tendit. Puis je sortis.


    votre commentaire
  • P03

    Pendant qu'il appelait les nettoyeurs, je ramassais mes affaires.

    Je l'observais dire son rapport par téléphone. Depuis 2 ans que je le connaissais, maintenant, il avait grandis. Il était plus grand que moi. Ces cheveux châtains lui tombé sur la nuque. Ces grand yeux vert fixait l vide. Son nez et sa bouche fine. Il avait l'air d'un garçon fragile et timide à première vue... C'est ce que j'avais aussi pensée en le rencontrant ! Mais à force de passé du temps avec lui, j'ai bien compris qu'il ne se laissait jamais faire. Mieux valait être son ami que son ennemis... Mick était son vrai prénom. J'étais la seule à le connaitre. Comme lui seul savait que je m'appelais Alexia. Son nom de code était Phénix. C'est comme ça que tout le monde l'appel. 

    A la base, il y a plusieurs règles a respecté. La plus importante d'entre elle, est que la vie privée d'un agent est un secret absolu. Nous devons tous nous connaitre et nous appeler par nos noms de code. Personne n'a le droit de fouiller notre passé.

    Dans cette même base, il y a plusieurs sections. Chaque section à son importance. Il y a les espions, les combattants, les informateurs, les mécano', les snipers, les hackers et les plus mystérieux : les nettoyeurs.

    Je n'en avais jamais rencontrer...

    Je fais partie des snipers et Mick fait parti des hackers. Nous sommes toujours ensembles pour les missions. On s'entend plutôt bien. On fait une bonne paire...

    -C'est bon ! On peut y aller ! On rentre à l'appart' et on vient nous chercher pour rentrer au nid...me prévint-il.

    Les nettoyeurs s'occuperont du reste, donc. Je pris mon matériel et on descendit. 

    Un taxi nous attendait devant l'appartement. On y entra en se mettant côte à côte derrière.

    Le trajet fut silencieux. Le seul bruit qu'on entendait c'était la radio que ce chauffeur au goût douteux avait mit... on était tombé sur un chauffeur fan de musique classique...

    -En fait, tu as pris ta carte sur toi, j'espère ? me demanda Phénix.

    Je vérifia dans mes poches et là sortit :

    -Tu ne crois quand même pas que je vais l'oublier encore une fois !

    Je m'étais fait passé un beau savon quand je l'avais oublier la dernière fois...

    Il sourit. Puis il se mit a pianoter rapidement sur son ordinateur portable. J'essaya de voir ce qu'il faisait, en regardant par-dessus son épaule. J'avais beau être intelligente, les codes informatiques des hackers étaient illisibles pour moi...

    -On est arrivé ! annonça le chauffeur. 

    Arriver...oui, comme toujours, cette place ne change pas. Si tout les gens qui passait par là savait ce qui se cacher sous leur pied ! 

                 Place de la bataille de Stalingrad. Deuxième porche a gauche : c'était l'entrée              de la base.


    votre commentaire
  • P02

    Aller au lycée, c'est simple. Aller au lycée, alors que tu as déjà eu ton bac, c'est dur.

    -T'es prêtes ? Si on le chope aujourd'hui, on a des vacances pendant une semaine entière ! me rappela Mick.

    -Ouais ! On le chope aujourd'hui ! Sûre ! Et à moi les grasses matinées !! m'exclamai-je.

    Il souris et hocha la tête. On était d'accord.

    Cela faisait une semaine qu'on attendait que notre cible se montre... 

    -Et dire qu'on nous a fait venir ici, juste pour attraper un crétin qui vend de la drogue...il pouvait pas prévenir la police ? Ah~ je soupirai.

    -On y peut rien ! Une mission est une mission ! Bien que j'avoue n'avoir pas compris ce que nous faisons ici... Aller, courage Alexia !

    On arrivait devant les grilles du lycée. On se sépara.

    La sonnerie se fit entendre, au moment où je m'asseyais sur ma chaise.

    Certaines élèves avec qui j'avais fait connaissance me saluèrent. J'avais fait attention à ne pas trop me rapprocher d'eux. Une fois ma mission finit, je disparaîtrais de leur vie. Donc à quoi bon ce lier à eux ?

    J'avais été mise en Première S, bien que les matières scientifique n'étaient pas mon fort... Mick lui, avait été mis en Terminal ES. Nous avions tout les deux reçu la photo de l'ado' à attraper et à questionner. Mais cela faisait déjà une semaine qu'ont été entrés dans ce lycée et une semaine qu'on le cherchait encore ! Qu'est ce qu'il faisait au lieu d'aller à l'école ? Et d'ailleurs, si il ne venait pas, où est-ce qu'il faisait son trafic ?!

    Le prof avait commencer son cours. Oui, cours ennuyeux de physique dés bon matin... beurk. Vivement que cette mission finisse !

    -Il est là ! Il est là ! fit une voix aiguë, qui me fit sursauter.

    Tout le monde se tourna vers moi. La voix sortait de mon sac. Je sortis mon portable et éteignis l'alarme. 

    -Monsieur, je peux sortir, s'il vous plaît ? demandai-je, seulement.

    Il me fis signe que oui, au grand étonnement des élèves.

    Je sortis en courant. Direction : le toit. 

    Evidemment, Mick était déjà là. Il pianotait sur son ordinateur portable.

    -Dis donc ! C'est quoi cette sonnerie ? J'ai bien compris que c'était la voix de Len kagamine mais quand même !

    -Fallait bien que tu sois prévenu ! dit-il, moqueur, sans détourner le regard de son clavier.

    -Très drôle ! Bon, il est où le sale gosse ? dis-je en déballant mes affaires.

    J'avais laisser - avec la permission du proviseur - mon matériel sur le toit.

    -Regarde vers le coin arrière de la cours, près du bâtiment des secondes...j'avais laisser une surveillance continu sur les caméras par ma pixie... elle a fait du bon travail !

    Je mis mon matériel en place, face à l'endroit qu'il m'indiquait. Mon viseur le trouva immédiatement.

    -Je t'envoie les coordonnées ? 

    -'Pas besoin. Je l'ai.

    Il était là. Avec quelqu'un. En pleine transaction. Mick me jeta un file que je brancha à mon viseur.

    -C'est bon ?

    -Ouais, j'ai tout. J'suis en train de l'envoyer à la base.

    Je continuais à observer la scène. C'était à cause d'imbécile comme lui que je me retrouvais à recevoir des missions aussi moisies et ennuyeuses !

    -C'est bon, on a tout. Tu peux commencer à tirer, y a un combattant sur le coup...

    Je fis attention a ce que mon tire ne le touche pas. Vent, Ok. Coordonnée, Ok. Position, Ok.

    -Dis au combattant que je commence...informai-je, en enlevant la sécurité.

    Puis je tirais. Mon premier tir frôla l'oreille de l'ado', sans le blesser. Je continuais à tirer. Il fallait juste l'intimider, rien de bien difficile.

    -Toujours aussi bonne tireuse... me complimenta Mick.

    Je vis le combattant en question entré en action. Je m'arrêta de tirer.

    Mon petit bébé et moi étions toujours en symbiose parfaite.

    Oui, ma petite Hécate 2 customisée et personnalisée était mon petit trésor.

    L'ado' était sous contrôle. Je commença à ranger mon matériel.

    - La mission est fini ! A nous la semaine de vacance promise, phénix ! m'exclamai-je.

    - Oui ! Comme tu dis Corbeau... 


    votre commentaire
  • P01

    Avez-vous déjà eu l'impression d'être... à part ? De ne pas être comme les autres ? D'être ... complètement décaler, comme si vous n'étiez pas comme les gens qui vous entourent ? De penser que la réalité, vous rejettes sûrement ? Que vous n'aviez peut-être rien à faire dans ce monde ? Que vous êtes né par erreur ?

    Que vous n'auriez jamais du naître ?

    Moi, si. Souvent. Beaucoup. Tout les jours. Oui, tout les jours, je me le suis dit. Qu'est ce que je fais dans ce monde qui ne veut pas de moi ? A par avoir l'impression d'embêter mon entourage de ma présence, qu'est ce que je fais "ici" ? Suis-je une erreur de la nature ?

    Je pensais souvent cela. Quand ai-je commencé à me le demander ? Je ne sais plus trop...mais à cause de cela, je pense avoir aujourd'hui gâcher des années de ma vie, en ayant eu des idées aussi noir. J'ai gâcher de mon temps et de ma jeunesse. Mais grâce a cela, il m'a repéré. Il m'a trouvé et ma donner un but. Une vie. Quelque chose qui m'est propre. Une responsabilité.

    Une façon d'exister.

    Lorsque j'avais 10 ans, j'avais déjà ces idées noirs, qui me pourrissait l'esprit. Je m'auto-déprimée et je faisais souvent l'école buissonnière. J'allais faire des paris pour gagner de l'argent et pouvoir aller m'amuser. Je sortais même des fois le soir, a l'insu de mes parents... Puis un soir, tard, j'étais dans un bar ou j'étais maintenant une habituée. J'avais parier une petite somme que j'avais gagner au poker, aux fléchettes. Evidemment, je réussis à gagner : j'avais mis les trois fléchettes dans le mille ! J'étais une pro de la précision. Les fléchettes étaient mon domaine de prédilection. Le patron du bar m'ébouriffe les cheveux en riant. Le perdant me tend quelques billets, que je prend soigneusement. Je vais pour m'asseoir au comptoir, commander un verre de lait, comme d'habitude. Puis il est la, debout devant moi. Il me fixe. Il ouvre la bouche en me pointant du doigt :

    - Toi ! Tu n'as rien a faire ici ! Suis-moi !

    Drinnng ... Driiiinnnng... Driiiiiiinnnnnggggg

    J'ouvre les yeux. Je cherche a tâtons mon portable. J'éteins le réveil. Je me frotte les yeux. Rêvez de mon enfance était rare. Mais ce moment, qui avait changer ma vie était un de mes meilleurs souvenirs...

    -Oy ! Alexia ! T'es debout ? Dépêche-toi tu vas être en retard !

    Zut. M*rde. Crotte. Je ne voulais pas me lever. Je voulais encore bénéficier un peu plus de la chaleur de ma couette adorée. Je m'emmitoufla dedans.

    - Debout, j'ai dit ! Mick est déjà debout ! Allez ! hurla t'elle en tapant contre une casserole.

    Je détestais me réveiller du mauvais pied. Ou de mauvaise humeur. Je soupira.

    -Debout j'ai dit ! s'exclama t'elle, en ouvrant la porte.

    Je grommela un "ok", en sortant un pied de la couette. 

    Elle hocha la tête et retourna dans la cuisine.

    Je m'habilla rapidement et alla les rejoindre. Mick était déjà à table, en train de manger son petit déj'. Il me fit un signe de la tête.

    -lu'... lui répondis-je en baillant.

    On se connaissait assez tout les deux pour savoir que ni lui, ni moi n'étions du matin.

    J'avala mon petit déj' rapidement.

    -T'as dormi ? demandai-je.

    -Oui ! Comme un bébé ! me répondit Carla.

    Ce n'est pas à elle que je m'adressais, mais j'acquiesçais quand même. Je ne devais pas la froisser. Elle ne nous servait que de couverture. Elle n'était au courant de rien. Elle ne nous servait "officiellement" que de tutrice. 

    Je me leva et pris mes affaires. Mick me suivit.

    -A ce soir ! m'exclamai-je en sortant.

    - Bonne journée ! répondit-elle.

    Oui, elle ne savait rien.

    -Alors ? T'as dormi cette nuit ? redemandai-je.

    -mmmm...2h je pense... j'ai cherché des info' mais y a rien de potable... notre cible n'est toujours pas apparu...

    Il bailla. 

    Oui, mieux valait qu'elle ne sache rien...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires