• 19

    "Je me tourna vers Madji :

    -Pourquoi travail-tu comme majordome ?"

     

    Oncle Léo, Alan et Irena me fixèrent bizarrement.

    Alan s'avança et mis une main sur mon front :

    -Nel, tu est malade ? Qu'est ce qui t'arrive ?

    Je recula :

    -Ne m'appel pas Nel et non je ne suis pas malade ! Qu'est ce qui vous prend ?

    -Lionel, tu ne t'intéresse jamais à personne en général ! Pourquoi Madji t'intéresse t'il ? demanda mon Oncle, curieux.

    -Mon frère, ne me quitte pas ! Tu es trop jeune pour être malade et mourir ! fit Alan, exagérément désespérer.

    Par réflexe, et vexer qu'il se moque de moi aussi ouvertement, je lui fis une clef de bras rapide et lui mis un poignard sous la gorge :

    -Retire ! Retire immédiatement crétin de débile ! Si je rentre seul à la maison personne ne trouvera rien à dire sur ta disparition, crois-moi !

    Il leva tout de suite les mains en l'air :

    -Give up ! Lionel, j'abandonne lâche moi ! Aie de la pitié pour ton frère qui t'aime...

    Je le relâcha, non sans lui avoir mis un coup de manchette sur la tête.

    Lorsque je me retourna pour m'excuser de mon comportement à mon Oncle, je vis qu'Irena me regardais des étoiles dans les yeux.

    -Tu es tout excusé, Lionel, tes capacités sont toujours aussi magnifiques a admiré ! 

    -Merci mon Oncle !

    -Et donc, pour t'intéresses-tu à Madji ? Ce n'est qu'un majordome qu j'ai ramassé il n'y a que deux mois...

    -Vraiment ? demandai-je, surpris.

    Je me tourna vers Madji et l'obligea a me regardé droit dans les yeux :

    -Tu as été ramassé il y a deux mois, est-ce vrai ?

    -Il y a un mois et 26 jours, précisément, Monsieur. répondit-il d'une voix monocorde.

    -L'avais-tu prévu ?

    -Quoi donc, Monsieur ?

    -Qu'il te "ramasserait" ?

    -Pas le moindre, Monsieur.

    Toujours cette voix dénué d'émotion. Mais je sentais qu'il cachait quelque chose.

    -As-tu prevu de cambrioler cet endroit ? Enfin, je demande, mais mais tu ne me dira pas la verite, sa ne sert donc pas a grand chose ... que faisais-tu avant d'etre ... "ramasser" ?

    Je lu une lueur de douleur dans ces yeux qui disparu aussi rapidement qu'elle etait apparu.

    -Je ne prevois rien de plus que mon travail en tant que majordome, monsieur. Avant d'etre ici, je ... je ...

    Il avait du mal a repondre.

    -Ne te force pas. Ce que je veux vraiment savoir, c'est est-ce que tu compte nuire de n'importe quelles manieres que ce soit a mon oncle ?

    Il fit non de la tete, avec des lueurs de confiance et fidelite absolut.

    -Je vois. Alors je n'ai plus rien a te dire. dis-je en entrant et me diriger vers mon oncle.

    -Lionel, tu n'as pas ete un peu dur avec ce jeune majordomme ? Qu'est-ce qui t'arrive ? me chuchota Alan.

    Je le repoussa du plat de la main, par reflexe :

    -Je t'ai deja dis de ne pas t'approcher de moi comme sa Alan !

    -Lionel, Alan, j'imagine que si vous etes ici, c'est pour une raison precise, n'est-ce pas ? Allons dans mon salon pour discuter ... Madji amene nous du the au salon, s'il te plait ! fit notre oncle en commencant a avancer.

    -Bien, monsieur. fit Madji en se dirigeant vers les cuisines.

    On se mit a suivre notre oncle.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :