• 16

    La nuit était déjà tomber, on était dans le noir complet.

    Après un temps, qui m'eut l'air infini, qu'il avait passé à me dévisager, il me demanda :

    -Ca va ?

    -Pour la 10 000e fois aujourd'hui, je vais BIEN ! dis-je en hurlant le dernier mot.

    Zut, je venais de mettre tout mon agacement sur son dos.

    -Pardon ... m'excusais-je, tout de suite.

    Il approcha ma tête de son épaule :

    -Ne t'en fais pas, je comprend très bien que tu sois à cran après une journée pareil ... dors si tu veux dormir, je reste ici, jusqu'à que tout ce calme.

    -Nicolas...

    -Oui ?

    -Pourquoi est-ce que tu es si gentil avec moi ? Pourquoi tu me gâtes autant ?

    Un silence me répondit.

    Il avait de la chance : je n'avais pas la vision nocturne !

    -Nicolas ... relançais-je.

    -... oui ?

    -J'ai faim...

    Cette fois, je sentis qu'il avait tourner sa tête vers moi en souriant.

    Il m'aida à me lever et descendit avec moi vers la cuisine.

    Il me demanda de m'asseoir et fouilla le frigo et les placards.

    Ma mère et mon père étaient surement de sortis, ce qui faisait que nous n'étions que tout les deux...

    -Tient ! fit-il en me lançant un paquet de mini-oeuf en chocolat.

    Je le pris et l'ouvris instantanément.

    -Et toi, tu es sur que tu ne veux pas aller te nourrir ? demandais-je en enfournant deux oeufs dans ma bouche.

    -Ne t'inquiète pas pour moi. Je n'ai besoin que d'un seul repas par jour...

    -Je vois ... fis-je en mangeant.

    Il s'assit face à moi.

    -Et donc ? 

    -Mmmm ? 

    -Qu'est ce qui t'arrive aujourd'hui ? Tu m'en poses des questions ! s'exclama t'il d'un ton taquin.

    -J'ai le droit, non ? Depuis le temps qu'on se connait ...

    -Et après tout ce temps tu deviens curieuse ?! rit-il.

    -Bien sure, je ...

    Le portable de Nicolas et la porte d'entrée sonnèrent en même temps.

    Alors que j'allais me lever, Nicolas, déjà debout, m'en empêcha.

    Il alla ouvrir la porte tout en répondant à son portable.

    -Qu'est ce qu'il y a ?

    [...]

    J'entendis des voix dans le seuil. Puis après que le ton haussa un peu, je vis Ruben entrer dans la cuisine.

    -Ruben ? Qu'est ce que tu fais là ?

    Nicolas était juste derrière lui, en pleine discussion téléphonique.

    -Je ... je suis venu pour ...

    Il se mit a genou devant moi :

    -Avant d'être ma camarade, tu es une princesse de sang pure. Je voulais donc te faire mes excuses pour tout à l'heure. J'ai douté de toi et je ne t'ai pas cru lorsque tu as parlé de sang alors que moi-même je ne le sentais pas...

    -Euh ... Ok, excuse accepter ! dis-je sans hésiter.

    Il me regarda, stupéfait.

    -Mais attend, ça veut dire que je ne m'étais pas tromper ? Qu'est ce qu'il y a eu ?

    Ruben jeta un coup d'oeil à Nicolas. Celui-ci était trop pris par sa conversation pour faire attention à nous.

    -Apparemment, celui que tu as vu se nourrir tout à l'heure n'est pas l'un des nôtres ... il ne fait pas partie de notre nid. En se nourrissant, il a tué sa proie et a jeté son corps dans le bois de la base de loisir ... demain, la ville risque d'être en émoi mais nous n'y pouvons rien, malheureusement...

    -Je vois...

    -Mais comment se fait-il que tu déteste le sang alors que tu y es autant sensible et attirer ?

    -Hein ? dis-je en levant un sourcil.

    -Euh ... tu ne sais vraiment rien ? Personne ne t'a jamais expliquer le lien du sang ?

    Je fis non de la tête.

    -Ce n'est pas mon rôle de te l'expliquer mais ... ce que je peux te dire, c'est que plus tu es attiré par le sang, mieux tu peux le détecter. T'as sensibilité au sang est extraordinaire, parce que même les meilleurs d'entre nous n'ont pas pu le sentir d'aussi loin !

    -Peut-être qu'a l'inverse d'en être totalement dégoûté, tout mon être fait en sorte de le détecter pour que je ne m'en approche pas ! Bien que ce n'est qu'une hypothèse ... et donc, avez-vous retrouver le vampire ?

    Il soupira :

    -Tu es bien la seule ici, à nous appeler comme ça ... enfin, ce vampire, comme tu dis, est en cour de traque. Et lorsqu'il va être attrapé, il va prendre chère ...

    Je faillis recracher le chocolat que je venais de mettre dans ma bouche :

    -Merci Ruben, mais je ne veux pas de détail sur, euh ... la fin.

    Il se releva et me fit un clin d'oeil :

    -Tu es la seule sang pure avec qui j'avoue être à l'aise ... bien que tu ais des goûts bizarre !

    Je lui tira la langue :

    -Les sucreries sont les meilleurs choses qui existe en ce monde ! Tu veux essayer ?

    Je lui tendis le paquet.

    -Je ne veux pas te froisser, mais c'est comme si tu me proposais de manger de la boue ... tu le ferais, toi ?

    -On ne dit jamais qu'on aime pas quelque chose avant de l'avoir goûter...

    -Je m'en abstiendrai quand même ... fit-il en reculant.

    J'haussa des épaules et continua a mangé.

    Nicolas raccrocha et se tourna vers moi :

    -Tes parents sont au nid et participe à la stratégie des traqueurs. Ruben, tu t'es nourri ?

    Celui-ci hocha la tête.

    -Bien, alors tu restes ici et tu montes la garde, on ne sait jamais. Lily, tu as fini de manger ?

    Je renversa le paquet vide devant ces yeux.

    -Comment tu fais pour t'empiffrer autant avant d'aller dormir ?! s'exclama t'il.

    Je lui tira la langue et commença a monté l'escalier.

    -Bonne nuit Lily ! s'exclama Ruben du salon.

    L'entendre me souhaiter bonne nuit me parut un peu étrange, mais cela me fit sourire...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :