• 09

    Le bâtiment du lycée était sur 3 étages. Chaque étage pour une année. Les secondes au premier, les première au deuxième et les terminales au troisième. 

    Comme mon indice se résumait à l'écriture sur ce bout de papier, et que cette écriture ne me disait rien, il fallait que je trouve son propriétaire... je devais donc faire toute les classes...

    Je commença par les terminales. J'entrais dans chacune des classes, observant chaque cahier et chaque écriture... rien. Je descendis chez les secondes et fis de même. Rien, non plus... c'était donc un ou une première... 

    En réalisant que ça pouvait être quelqu'un de ma classe, je commença à me sentir agacé. J'avais bien prévenu à chacun de venir me voir directement ! Je soupira. Je remontais les escalier pur monter au deuxième étage, quant un vertige me prit. Sous la pression et la force de celui-ci, je dû m'asseoir.

    Des flashs défilèrent devant mes yeux, sans que je pu les identifier. Puis sa s'arrêta. J'avais encore mal à la tête. Mon dos me lançait. Mais je devais en finir avec cette mission. Je me releva de toute mes forces et monta. J'inspecta toute les première avant de réaliser que mon intuition avait été bonne : c'était bien quelqu'un de ma classe. Je commençais à bouillir intérieurement. J'entra en trombe et j'inspecta les cahiers, un à un. Toute la classe retenait son souffle. Même le prof s'était arrêter de parler. J'allais finir lorsque je trouva ce que je cherchais... Je me passa une main dans les cheveux, plus qu'agacé.

    -Toi, fis-je en me contenant, ... sors de cette classe immédiatement ! Suis-moi...

    La tête blonde me suivit, peureuse et choquée, sous les regards curieux de la classe.

    Une fois dehors, je pris le chemin du local. C'était la salle de notre bande. On séchait les cours là-bas. Elle me suivait en courant légèrement. J'avançais vite. Une fois arriver, j'ouvris une fenêtre et m'affalais sur un fauteuil. Je lui fis signe de s'asseoir et je respira profondément. Je devais me calmer. Finir cette mission débile rapidement et aller taper sur des cobaye ambulant. Oui, c'est ça...calme.

    -Ce papier, c'est toi qui l'a écrit, n'est ce pas ?

    Elle fis oui de la tête.

    -Je t'avais dit de venir m'en parler directement, non ? 

    Elle hésita.

    -Parle, m*rde ! hurlai-je, impatient.

    Je sentais le vertige revenir en puissance. Je devais aller cogner des gens rapidement pour me calmer.

    -Tu me l'as dis. Mais tu n'étais pas là, hier... dit-elle, doucement.

    Oui, c'était logique finalement. Ma maladie m'avait rendu complètement idiot ... ou elle m'avait fait perdre des neurones... Pourquoi étais-je aussi en colère ? Je respira fort. Seulement, en plein milieu de mon expiration, le vertige me prit, me faisant m'étouffer.

    Pendant quelques instants, les flash revinrent, me brouillant la vue. Lorsque je retrouva celle-ci, je vis... un verre d'eau.

    -Bois ! m'ordonna t'elle.

    Je n'eu pas le choix que d'obéir. 

    -Ca va ? me demanda t'elle, inquiète.

    - Ouais, désolé. (elle se rassit face à moi) Je suis désolé de t'avoir crier dessus. Et euh...merci.

    Elle me souris. Je me repris :

    -Bon, donc c'est bien toi qui t'es faîtes racketter ? 

    -Oui et non. Depuis que tu m'as hurlé dessus en classe, cette fille, Priscillia me tient à l'oeil. Et le jours même, des mecs d'une autres écoles me sont tombés dessus. Ils m'ont pris de l'argent et mon portable. Le jour d'après, ils sont revenus et on balançait tout le contenu de mon sac, dans les égouts. Je voulais t'en parler, mais tu ne venais pas. Et je ne voulais pas demander à ta bande, parce que j'avais peur qu'ils s'en prennent à moi...

    Je ris :

    -T'as bien fait ! Parler de ça, à ses crétins n'auraient rien arranger. C'est mes potes, mais pour ces affaires là, ils sont plus du genre à cogner que réfléchir ! Sinon, ces imbéciles, tu as des détails ? Physique ? Signe reconnaissable ? Des noms ?

    -Euh...Ils avaient tous un collier noir avec des piques. L'un d'eux s'appelait Gorille ou un truc comme ça... c'est tout...

    -C'est suffisant. Je sais qui c'est. Et c'est pas Gorille (je pouffais) mais Goddy. C'est un des chefs de bande du lycée pas loin du nôtre. 

    La mission aller vite être régler. Si tout ce que m'avait dit cette fille était vrai, alors cette peste de Prinscillia, avait profité des sentiments de Goddy à son encontre, pour lui demander de s'occuper de cette tête blonde. Bon...l'histoire en elle-même avait été assez simple à résoudre.

    -Ils sont revenus hier soir ?

    Elle fis oui de la tête.

    -Ok. Ce soir, je rentre avec toi. On va en finir une bonne fois pour toute ! N'en parle à personne !

    -D'accord. Mais tu es sûr que ça va ? Tu es très pâle...

    Elle s'approcha et me mis une main sur le front. 

    -Euh...ça va ? Je te dérange pas ? ... Attend, t'as pas peur de moi ?

    -Non, pourquoi ? dit-elle, sans hésitation.

    -T'es bizarre ! dis-je en riant. Tu sais quoi ? Pour être sûr que tu vas pas faire de gaffe, on va rester ici jusqu'à la fin des cours !

    Elle haussa les épaules.

    On passa l'après-midi à discuter. C'était une fille intéressante. Elle était sympa, drôle, réactive et cultiver. Sa me changer des filles gnangnan  qui me tourner autour, juste parce que j'étais le Boss...

    A la fin des cours, on alla prendre nos affaires. Autant les élèves que ma bande, nous observaient avec des yeux... de merlan frit. On descendit et je la suivis sur son trajet habituel. 

    Une bande de gars surgie d'un coup, prêt à frapper.

    -Mélinda ! hurlai-je, en sautant sur elle, pour la protéger...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :