• 05

    Notre famille est prioritaire sur toute les commandes de n'importe où.

    C'est pratique. Nous avions reçu nos tenus en deux heure chrono. Ma mère vint dans ma chambre et tourna sur elle-même :

    -Lionel, tu as parfaitement choisi ! Comment me trouves-tu ?

    -Bien, Maman, toujours aussi belle ! m'exclamai-je en finissant de mettre ma cravate.

    -Mon chérie, j'ai si hâte de voir ce bal ... peut-être se sera un fiasco, mais je veux m'y amuser !

    Je soupira. Elle aussi penser que c'était mal partit...

    -En faite, mon chérie ... tu ne me demandes pas ce que la petite Ines a choisi ?

    J'haussa les épaules. Je me débattais avec ma cravate.

    Elle s'approcha et me la prit des mains, pour faire le noeud elle-même :

    -Pour sa, tu es comme ton père ! Adroit pour le meurtre, mais même pas fichu de faire un noeud de cravate correcte ! Enfin ... la petite Ines deviendra une maid de cette maison. Je ne sais pas encore de qui mais j'y réfléchis...

    Quelqu'un toqua à la porte

    -La voiture est déjà avancer, madame ! annonça benoît.

    -Bien. Lionel tu es prêt ?

    -Je pense que oui ... mais maman, où est papa ? Je ne l'ai pas vu aujourd'hui...

    -Ah, ton père est en mission vers Marseille je crois bien ... il rentrera demain. Allez, viens !

    Elle m'entraîna avec elle. En plein dans le couloir, Alan voulu me sauter dessus pour me prendre dans ces bras. Mais il fut trop lent, je fis une pirouette pour atterrir derrière lui et je l'étrangla légèrement, tout en lui immobilisant le bras droit. Il leva le bras gauche pour se rendre.

    -Lionel, nous n'avons pas le temps ! Et puis cessez vos enfantillage ! On ne fait pas de grappling sur sa famille ! s'exclama ma mère en avançant.

    Je le lâcha et il reprit sa respiration.

    -Bonne soirée ! me lança t'il, alors que je courais pour rattraper ma mère.

    On entra dans la voiture. 

    ************

    -Je m'ennui à mourir ! m'exclamais-je en regardant le paysage défiler.

    -Le coucher de soleil anglais n'est pas mal... soupira ma mère.

    On jouait au dame. J'attendais qu'elle finisse son tour...

    -A toi ! me dit-elle.

    Je fis une troisième dame. Il ne lui restait que trois pions.

    -Maman, on voit bien que j'ai gagné... tu ne veux pas abandonner ?

    Elle accepta en soupirant :

    -Tu es beaucoup trop fort pour moi ... que ce soit en jeu ou en assassinat !

    Je souris, assez fière de moi.

    -Madame, jeune maître, nous voici arriver à destination ! Nous prévint, Harry, notre chauffeur.

    Ma mère se redressa, excitée. Je lui tendis son masque d'opéra, tendis que je mettais le mien.

    Harry se mit devant l'entrée. Un portier vint nous ouvrir la porte.

    Harry me rendit l'invitation que je tendis aux portiers.

    Lorsqu'ils virent le nom inscrit, ils se raidirent et nous escortèrent jusqu'à l'entrée de la salle de bal.

    -Passez une bonne soirée ! nous dirent-ils, effrayer.

    L'accent anglais remplit de peur était assez drôle ! Je souris. La salle avait l'air bien animé.

    -Sa n'a pas l'air si mal, finalement ! m'exclamais-je en voyant ma mère se faire aborder par plein d'homme en même temps...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :